• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 26 décembre 2010

Algérie – Le Café Littéraire de Bejaïa célèbre son anniversaire

Posté par Serge Bénard le 26 décembre 2010

Publié le 23/12/2010 à 07:58 par brahambennadji

LLe café littéraire de Bejaïa, créé le 18 décembre 2008, célèbre aujourd’hui, très modestement, son deuxième anniversaire. Cette expérience s’est fixée dès sa naissance l’objectif de créer un espace d’échange d’idées et de libre débat dans notre société tout en concentrant l’essentiel de son effort à l’essor du livre et de son corollaire, la lecture. Né dans un contexte profondément marqué par le rétrécissement des libertés publiques, le café littéraire a malheureusement fait les frais, durant sa première année, des multiples tentatives sournoises d’interdiction de ses activités. Des fonctionnaires zélés de l’Etat ont voulu étouffer dans l’œuf toute expression culturelle libre émanant de la société civile dans le but de décourager toute autre initiative échappant à leur contrôle. D’autres collectifs ou associations ont d’ailleurs subi le même sort que le nôtre. Nous n’avions eu d’autres choix alors que de poursuivre notre aventure avec peu de moyens, peu d’amis sincères et désintéressés, mais avec une volonté d’airain, provoquant une reculade temporaire des adversaires de la pratique culturelle autonome. Justement, celle-ci constitue un enjeu culturel capital dans cette conjoncture particulière durant laquelle on s’acharne à mettre un bâillon à l’expression libre de toute pensée critique allant à l’encontre des idées reçues et de l’ordre établi.

Lire la suite :

http://brahambennadji.centerblog.net/6551709-le-cafe-litteraire-de-bejaia-celebre-son-anniversaire

Publié dans Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs | Commentaires fermés

Osez le numérique

Posté par Serge Bénard le 26 décembre 2010

Pour normaliser pour chacun la gestion des droits d’auteurs, des entreprises donnent aux éditeurs,la possibilité d’œuvrer ensemble au à l’expansion de l’édition numérique des ouvrages. Comme ce fut le cas pour la musique et l’audiovisuel, la digitalisation des ouvrages met en cause le contrôle qu’exerce les éditeurs. Avec les revers subit par les secteurs de l’audiovisuel, l’édition avance vers la numérisation avec inquiétude. Tous les acteurs sont touchés par l’apparition du livre numérique. Comment savoir, à chaque étapes le bon usage des fichiers numériques ? Comment savoir que ça fonctionnera ? La gestion dans l’édition Les éditeurs qui s’inquiètent pour la propriété de leurs ouvrages face à des géants comme Google. Les diffuseurs et distributeurs qui doivent informatiser leurs leur travail. Et surtout, les auteurs peuvent craindre dans l’edition numerique de perdre davantage le contrôle sur la diffusion de leurs livres tout en s’attendant davantage de revenus du fait de la baisse des charges ou des économies d’échelles générée par l’édition numérique. Les différentes plateformes numériques de distribution d’eBooks ont permis de d’observer que pour l’édition numérique un décalque stricte du modèle de l’édition traditionnelle n’est que moyennement satisfaisant, particulièrement pour les auteurs : imprécision malgré l’informatisation des flux, difficultés à déterminer les revendeurs et surtout marges revenant aux écrivains qui n’augmentent pas alors que les charges sont moindres.

Lire la suite :

http://editionsnumeriques.wordpress.com/

Publié dans Edition, éditeurs, Numérique | Commentaires fermés

Ça ne se fait pas…

Posté par Serge Bénard le 26 décembre 2010

Ça ne se fait pas tellement de parler d’argent en pleine période de Noël, mais bon, ça y est, c’est fait, le sapin va bientôt perdre ses aiguilles, et j’ai trouvé dans mon agrégateur, sur le blog du cabinet Market Partners International, Publishing Trends, un aperçu intéressant des résultats d’une enquête menée par MPI en collaboration avec The Idea Logical Company, la société de consulting animée par Mike Shatzkin, auprès de 135 agents américains. Rappelons deux éléments importants pour la compréhension des chiffres et de certaines déclarations de ces agents : 1) Aux Etats-Unis, les pourcentages de droits d’auteurs ne peuvent, comme c’est le cas en France, être calculés sur le prix de vente au public, puisque en l’absence de loi ou d’accord sur le prix unique du livre, celui-ci varie d’un libraire à l’autre. L’assiette de calcul est dont le « net receipt », soit le « revenu net éditeur », c’est à dire un montant inférieur, ( ce qui revient à l’éditeur une fois déduites les remises accordées aux distributeurs et aux revendeurs.) Ainsi les 25% dont il est question, comme montant courant pour les droits, correspondent environ à 12%, si on calcule sur le prix de vente au public. 2) Le modèle d’agence concerne le contrat qui lie l’éditeur au revendeur. Dans un modèle d’agence, le revendeur agit en son nom mais pour le compte de l’éditeur, et le prix de vente du livre est fixé par l’éditeur. Dans un modèle « revendeur », l’éditeur indique un prix de référence, mais le revendeur peut fixer lui-même le prix de vente au public, et pratiquer le rabais de son choix. Aux Etats-Unis, le modèle d’agence a été imposé en février dernier par 5 des 6 plus grands éditeurs, après qu’Apple ait accepté le premier ce modèle de contrat. Rappelons aussi qu’il est là bas quasiment impossible d’être édité sans passer par un agent, ce qui n’est pas (encore) le cas en France, où cette pratique demeure minoritaire.

Lire la suite :

http://www.archicampus.net/wordpress/?p=935

Publié dans Agents, agences littéraires, Edition, éditeurs, Livre, histoire, bibliographie | Commentaires fermés

Le prix du livre – présentation du Syndicat de la librairie française

Posté par Serge Bénard le 26 décembre 2010

Publié le 20/12/2010 par La Rédaction

Les régimes de fixation du prix du livre ont varié à plusieurs reprises ces trente dernières années. Au prix conseillé succède en 1979 le prix net. En 1981, la France opta pour le prix unique du livre. Le régime fut étendu en 2003 aux ventes aux collectivités. Près de trente ans après, les bienfaits du prix unique du livre viennent d’être confirmés dans le cadre de la commission d’évaluation présidée par Hervé Gaymard et réunissant professionnels et parlementaires. La législation sur le prix du livre doit être encore aujourd’hui mieux connue pour être mieux défendue. A. La loi du 10 août 1981 a. Principales dispositions* Le prix unique signifie que le même livre sera vendu au même prix par tous les détaillants, quels que soient le lieu et la période de l’année, à concurrence du rabais légal de 5 % que chaque détaillant peut pratiquer. Cette remise prend généralement la forme d’une carte de fidélité. Plusieurs dérogations au prix unique sont prévues par la loi : . Un certain nombre de collectivités peut bénéficier d’un rabais supérieur (maximum de 9 %) sur le prix public de vente (bibliothèques, établissements d’enseignement, de formation ou de recherche, collectivités territoriales, État, syndicats, comités d’entreprise). . Le prix de vente des livres scolaires aux établissements d’enseignement, aux collectivités territoriales, à l’État ou aux associations de parents d’élèves déroge aux dispositions de cette loi. Les détaillants peuvent donc vendre des livres scolaires à ces collectivités sans limitation de rabais. . Passé un délai de neuf mois à compter de la date de la première publication, le prix de vente d’une publication par courtage, abonnement ou correspondance (clubs de livres) peut être inférieur à celui de la première édition. . Les détaillants peuvent fi xer librement le prix des livres publiés depuis plus de deux ans et dont le dernier approvisionnement remonte à plus de six mois.

Lire la suite :

http://www.syndicat-librairie.fr/fr/le_prix_du_livre_presentation

Publié dans Economie du livre, Librairies, libraires, Livre, histoire, bibliographie | Commentaires fermés

Pour 2011, une seule résolution

Posté par Serge Bénard le 26 décembre 2010

23/12/2010

par Lully

Pour 2011, une seule résolution dans Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes2010 ?

114 billets sont parus sur ce blog en 2010, dont certains (et non des moindres !) par Stéphanie et un (un seul ! hélas ! mais fondamental) de Symac.

Ceux qui, de mon cru, m’apparaissent comme les plus importants, ceux qui — pour moi du moins — marquent un jalon de quelque chose (ne me demandez pas quoi !), sont :

 dans Web, moteurs, sites, blogs, réseaux, etc.Je ne renie pas les autres, et je continuerai à écrire des billets dont je saurai bien qu’ils n’auront plus aucun intérêt au bout de 3 jours (certains ne sont plus lus au bout de 3 jours, mais gardent un intérêt à mes yeux). Mais ceux-ci me semblent accompagner ma propre évolution.

2011 ?

Les bonnes intentions de nouvel an, je les honnis : parce que si une chose est bonne à faire, il n’est aucune bonne raison d’attendre pour la faire.

Publié dans Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes, Web, moteurs, sites, blogs, réseaux, etc. | Commentaires fermés

La Fin des livres

Posté par Serge Bénard le 26 décembre 2010

 

Le 24 décembre 2010 par Albert Robida, Octave Uzanne

 

 

JPEG - 76 ko

Ce fut, il y a deux ans environ, à Londres, que cette question de la fin des Livres et de leur complète transformation fut agitée en un petit groupe de Bibliophiles et d’érudits, au cours d’une soirée mémorable dont le souvenir restera sûrement gravé dans la mémoire de chacun des assistants.

Nous nous étions rencontrés, ce soir-là, — qui se trouvait être un des vendredis scientifiques de la Royale Institution, — à la conférence de sir William Thompson, l’éminent physicien anglais, professeur à l’Université de Glascow, dont le nom est connu des deux mondes depuis la part qu’il prit à la pose du premier câble transatlantique.

Devant un auditoire brillant de savants et de gens du monde, sir William Thompson avait annoncé que mathématiquement la fin du globe terrestre et de la race humaine devait se produire au juste dans dix millions d’années.

Se basant sur les théories de Helmholtz que le soleil est une vaste sphère en train de se refroidir, c’est-à-dire de se contracter par l’effet de la gravité sur la masse à mesure que ce refroidissement se produit, sir William, après avoir estimé la chaleur solaire à celle qui serait nécessaire pour développer une force de 476,000 millions de chevaux-vapeur par mètre carré superficiel de sa photosphère, avait établi que le rayon de la photosphère se raccourcit d’un centième environ en 2,000 ans et que l’on pouvait fixer l’heure précise où la température deviendrait insuffisante pour entretenir la vie sur notre planète.

Lire la suite :

http://www.larevuedesressources.org/spip.php?article1793


Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres, Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes | Commentaires fermés

Foix (09) – Vers un réseau de bilbliothèques ?

Posté par Serge Bénard le 26 décembre 2010

 

Une réflexion est engagée depuis un bon moment déjà par la communauté de communes sur la mise en réseau des bibliothèques municipales. Un groupe de travail planche en effet sur la question. Initialement le conseil général avait mis en place le système du bibliobus qui allait de communes en communes. À l’usage, ceci s’est avéré trop coûteux. D’autant plus que le budget du conseil général s’est restreint avec les transferts de charges non compensées par l’État.

Une initiative encouragée par le conseil général

La communauté de communes réfléchit donc avec l’appui du conseil général sur une mise en réseau des bibliothèques communales via les outils informatiques d’aujourd’hui. Cela permettrait de proposer un catalogue plus diversifié de livres, CD ou DVD ainsi qu’un renouvellement de l’offre.

ire la suite :

http://www.ladepeche.fr/article/2010/12/26/977767-Foix-Vers-un-reseau-de-bilbliotheques.html


Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

Rentrée littéraire de janvier 2011, les romans étrangers

Posté par Serge Bénard le 26 décembre 2010

Rentrée littéraire de janvier 2011, les romans étrangers dans À paraître rl11_big_etranger

Si le nombre de romans français annoncés pour la rentrée littéraire de janvier 2011 est en légère augmentation, les textes étrangers perdent eux pas moins de trente titres par rapport à 2010. Les statistiques, néanmoins, ne font pas tout, et c’est au rayon étranger que l’on devrait trouver les plus belles surprises, avec la parution des nouveaux romans d’auteurs très attendus, et de quelques rééditions notables.

Plusieurs événements majeurs sont ainsi dans les cartons des éditeurs. A leur tête, le nouveau roman de John Irving, qui revient quatre ans après Je te retrouverai. Son nouveau texte, Dernière nuit à Twisted river (Seuil), est aussi foisonnant que les précédents livres de l’auteur, et nous plonge dans l’histoire d’un père et de fils dans un petit village du New Hampshire, sur trois générations. Les ours, chers à l’auteur, répondent également présents dans ce nouveau texte. Autre auteur très aimé du public français, Jonathan Coe, qui revient avec un nouveau récit intimiste,La vie très privée de Mr. Sim (Gallimard), que nous avons déjà évoqué.

Autre événement de cette rentrée de janvier, le très attendu dernier roman de l’auteur portugais José Saramago, prix Nobel de littérature décédé en juin dernier. Paru quelques mois avant sa disparition, Caïn (Seuil) avait déclenché une vive polémique au Portugal. Toujours aussi critique envers le catholicisme, Saramago dénonce dans ce livre la mauvaise influence de la Bibl sur  les catholiques, et investit de nouvelles hypothèses dans la responsabilité de Caïn sur la mort de son frère Abel.

cain dans Actualité - Événement

On devrait également beaucoup parler du nouveau livre de Jonathan Safran Foer, Faut-il manger les animaux ? (L’Olivier). Abandonnant pour un livre le roman, l’auteur de Extrêmement proche et incroyablement près s’interroge dans cet essai sur les tendances carnivores de la société, et leur justification morale. Entre un centre d’abattage industriel et une ferme d’élevage traditionnel, Foer se lance dans une enquête sans concession, couverte d’éloges lors de sa parution américaine. James Ellroy met lui aussi sur pause sa carrière de romancier pour La malédiction Hilliker (Rivages), un traité sur les femmes qui ont marqué sa vie, et les circonstances cruelles de la mort de sa mère (voir nos articles). Les amateurs de William T. Vollmann seront ravis de découvrir un nouveau tome du Livre des violences consacré à l’Asie, Roi de l’opium et autres enquêtes en Asie (Tristram), déjà évoqué sur ce site. Enfin, Nick McDonell, jeune auteur très remarqué lors de la parution de son premier roman Douze, et également correspondant du Time, livre un texte polémique sur le retrait des troupes américaines d’Irak dans La fin des opérations majeures de combat (Denoël).

Source :

http://www.culture-cafe.fr/site/?p=1824

Publié dans À paraître, Actualité - Événement, Edition, éditeurs, Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres | Commentaires fermés

Spécial flash – 11 h 29 – Noël pour Assange

Posté par Serge Bénard le 26 décembre 2010

Dans un journal britannique de ce dimanche, le fondateur de WikiLeaks Julian Assange vient d’annoncer  qu’il avait signé un contrat concernant son autobiographie.  Montant de l’opération : un peu plus d’un million de livre.

Publié dans Actualité - Événement, Droit d'auteur, propriété intellectuelle, plagiat, pira, Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres | Commentaires fermés

Citation du 26 décembre

Posté par Serge Bénard le 26 décembre 2010

Ce pourquoi les hommes retiennent si peu ce qu’ils lisent tient au fait qu’ils pensent trop peu par eux-mêmes ; là où un homme sait bien répéter ce qu’un autre a dit, c’est qu’il y a habituellement réfléchi.

Georg Christoph Lichtenberg

Pensées

Publié dans Citation, note, pensée du jour, Cités, villes et villages du livre ou de la littérature | Commentaires fermés

 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar