L’édition en ligne… On en parle beaucoup… Alors, parlons-en !

Posté par Serge Bénard le 24 décembre 2010

 

 

 

L’édition en ligne… On en parle de plus en plus… Elle a ses fans et ses détracteurs. Les Etats-Unis sont leaders, les marques d’électronique lancent sur le marché des tas de tablettes capables d’ingérer des quantités invraisemblables de textes. L’Europe attend, sonde, teste… les intérêts en jeu sont colossaux…

Regardez autour de vous… Qui possède ce type de produit ? Qui envisage d’en acheter ? Qui affirme haut et fort être prêt à lire un livre sans support papier ? Jusqu’à présent, pas moi… Mais là, je parle en tant que lectrice conservatrice… pas très au fait des techniques nouvelles.

 

Alors, j’ai voulu savoir… comprendre pourquoi un éditeur fait ce choix du « tout en ligne », pourquoi des auteurs jouent le jeu et se lancent dans l’aventure…

Pour obtenir quelques unes des réponses que je cherche, Thomas Dreneau, Directeur de la maison d’édition en ligne E, P & LA, et deux de ses auteurs, Bruno Gaia, auteur de « Au Hasard » et Laurent Herrou, « Cocktail », ont répondu présents… 

 

 Thomas Dreneau, en tant qu’éditeur, pourquoi avoir choisi l’édition en ligne?

Au départ, je crois que c’est surtout par les facilités que donnait l’édition en ligne, et la possibilité de faire appel à un minimum d’intermédiaires qui ont décidé de mon choix. Mais je suis persuadé, désormais, que l’édition en ligne constitue une révolution équivalente à la naissance de l’imprimerie.

Premièrement, l’édition en ligne permet de franchir les frontières grâce à internet. Le seul obstacle qui demeure est la langue. Mais je pense -sérieusement – que la culture doitdépasser les frontières, et, partant, s’internationaliser davantage.

Deuxièmement, si je prends l’exemple de la France, et en connaissance des moyens dont on dispose par l’édition « immatérielle », il est nécessaire de présenter des livres à des prix abordables. Ce qui signifie que la culture prendra le chemin d’une « démocratisation » supplémentaire.

Certes, beaucoup de lecteurs pensent que lire un livre électronique oblige à une vision sur écran d’ordinateur. Alors que nous disposons maintenant de liseuses qui prennent autant de place qu’un livre de poche, et qui offrent un vrai confort de lecture. D’ailleurs, à l’exception de l’i-pad, ces appareils de lecture coûtent moins de 200 euros ; tout en permettant une grande autonomie en termes de consommation d’énergie. J’ajoute que ces liseuses vont peu à peu remplacer nos bibliothèques personnelles en raison de leur capacité à mémoriser plusieurs centaines d’ouvrages.

 

Lire la suite :

http://www.passion-creatrice.com/article-dreneaux-59958372.html

 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar