Un héros et un sacré gaillard

Commentaires fermés
0
19

NIKE WAGNER

(Nike Wagner, discours à l’occasion de la remise du Welt Literaturpreis à Claude Lanzmann, le 5 novembre 2010. Texte traduit avec affection par Bettina Foulon et Zeline Guéna.)

Claude Lanzmann et Nike WagnerClaude Lanzmann et Nike Wagner

Claude Lanzmann s’est rendu immortel par ses films. Maintenant, honorons l’écrivain.

C’est pour moi un honneur et un plaisir de faire l’éloge de Claude Lanzmann à l’occasion de l’attribution du Welt-Literaturpreis. J’ai connu CL à l’époque du tournage de Shoah. Nous vivions alors dans la même rue de Paris. Il était sans préjugés envers moi, bien que je fusse la petite-fille de Winifred Wagner, une proche de Hitler. Grâce à lui, je me trouve ici à prononcer cette laudatio.

Il est à la fois délicat et facile de faire son éloge. Délicat car il s’est déjà lui-même loué dans une interview récente : « Claude Lanzmann », je le cite, « sait tout simplement écrire. Il y a des phrases de quelque vingt lignes qui mériteraient d’être citées dans les manuels de littérature, des phrases d’une facture classique. Ce livre – Le lièvre de Patagonie – est de la vraie littérature ». On est un peu surpris. Où se trouve la modestie des grands de la littérature autobiographique et des mémoires, ce genre français si riche? Depuis quand un auteur est-il à la fois juge et partie?

Malgré tout, il n’est pas impossible à d’autres que lui de faire son éloge. Avec ce chef d’œuvre qu’est Shoah, Lanzmann s’est assuré depuis longtemps d’une place parmi les immortels. Une œuvre de mémoire, unique et monumentale, sur l’extermination des juifs par les nazis. Ce film sans archives, sans preuves tangibles, dévoilant en toute simplicité des visages, donnant à entendre les voix des survivants et des bourreaux, montrant les lieux des crimes et l’herbe qui les couvre aujourd’hui, littéralement et métaphoriquement, est un chef d’œuvre del’indirect ; l’évocation que fait CL de l’indicible est comparable au monsterdrama de Karl Kraus, Die letzten Tage der Menschheit, drame dans lequel l’ineffable cruauté de la Grande Guerre est perçue seulement à travers les propos des participants. La force de Shoah lui a valu médailles, prix, interventions médiatiques, articles, attributions d’honneurs – doctor honoris causa –, etc. ; il a été honoré dans le monde entier.

Lire la suite :

http://laregledujeu.org/2010/12/17/3903/un-heros-et-un-sacre-gaillard/


  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc.
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Formation gratuite du Motif

Le Motif organise pour les auteurs (donc les traducteurs littéraires) habitant en Ile de F…