Accueil Choix des libraires Choix du jour de libraires à Nyon, Reze, Vaux-le-Pénil

Choix du jour de libraires à Nyon, Reze, Vaux-le-Pénil

Commentaires fermés
0
41

 getphoto.jpeg

L’embrasure

Douna Loup

Genre : Romans et nouvelles – français

Mercure de France, Paris, France

Collection : Bleue

14.00 €

ISBN : 9782715231351

GENCOD : 9782715231351

Sortie le : 02/09/2010

Choix de Claude Amstutz de la librairie Payot à Nyon (Suisse)

La forêt est grande, profonde, vibrante, vivante et vivifiante. Elle est quelque chose comme une femme qui voudrait l’homme sans lui dire. Quelque chose qui dit oui sous la robe mais qui s’est perdu dans la bouche, qui devient tendre dans l’humus et vous jette les ronces au visage. La forêt est comme ça, ici. Le sauvage sait y faire. L’attirance qu’elle éprouve à se faire explorer, elle la garde au-dedans, de la sève en puissance qui coule sous la terre, qui monte comme une odeur et vous emballe sur-le-champ. Même le ciel, au-dessus, ne reste pas indifférent. Qu’elle soit froissée après la pluie, comme les femmes qui préfèrent se doucher avant, qu’elle soit bouillante de soleil, comme celles qui brûlent après la porte d’entrée, la forêt, ici, elle ne laisse personne sortir indemne. elle retient un peu de notre substance dans sa rivière profonde. Elle se charge d’enseigner l’ardeur.

Ainsi commence le roman de Douna Loup, L’embrasure, qui nous raconte l’histoire d’un jeune chasseur pour lequel la forêt est son monde, à lui, à la fois inépuisable – il en découvre les odeurs, les murmures, les couleurs au gré des saisons – et rassurant – il est le chasseur, le maître du jeu et des heures – au point que, hormis auprès de quelques amis qu’il fréquente au café du village ou des femmes de passage, rien d’autre ne l’intéresse, ni personne. Seulement voilà, deux événements vont bousculer le petit monde de cet être frustre, quoique plus complexe qu’il n’y paraît au premier regard. Il découvre un mort dans sa forêt. Un étranger. Que cherchait-il ? Qui est-il ? Près de son cadavre – son nom est Laurent Martin – il s’empare d’un carnet qui va l’interpeller et le conduire où il n’aurait voulu aller.

Mais notre jeune homme n’est pas au bout de ses surprises, car il va rencontrer une femme peu ordinaire, Eva – Zorah, dans une autre vie qu’elle ne veut raviver – qu’il accepte d’héberger pour la nuit, mais quand il veut s’approcher d’elle, il se voit maintenu de force à l’écart par… un flingue ! Pourtant, peu après ce moment de leur rencontre, il sent que la situation lui échappe : Je m’approche, je vois qu’elle a les yeux fermés, j’aimerais la toucher mais je ne peux pas, sa respiration fait comme une brise profonde sous ses omoplates. Je n’ai même plus envie de la prendre ou de la serrer, juste la regarder me met dans une paix formidable et je m’aperçois que je n’ai jamais vu quelqu’un dormir. J’ai vu des femmes abandonnées un moment après l’étreinte. J’ai vu des morts, j’ai vu des bébés dans leurs poussettes, mais je n’ai jamais vu une femme dormir.

Auprès d’Eva qui l’ouvre à une humanité insoupçonnée, tout bascule et s’il se laisse apprivoiser, à son rythme, ce n’est pas sans connaître sur ce délicat parcours les affres de l’angoisse, de la résistance et du doute. La perte de son indépendance, de son territoire, de ses habitudes ? Pour Eva, je sens les larmes toutes proches, comme des bombes prêtes à éclater, peut-être parce qu’elle dégage quelque chose comme du sel qui vous fouette le visage, ou parce qu’elle fait voyager de façon inconnue dans les lieux que je connais le mieux au monde.

La lente maturation des êtres touchés par la grâce – cette attirance, cette légèreté, cette élévation impossibles à décrire – nous réserve les plus beaux passages de ce livre qui ne verse à aucun moment dans l’invraisemblable ou l’artificiel : La musique, dans le salon de thé, force le silence à se ramasser en boule dans mon cerveau. Je me réjouis de boire et manger. La nuit passée est comme l’inverse d’une bombe, elle a fait de moi un homme rassemblé en entier. Un bloc. C’est pour cela que mes mots se forcent à être au plus proche d’eux-mêmes avant de sortir tout en vrac, pour ne pas briser l’unité qui résonne dedans. Eva n’a pas peur de mon silence. Elle voit bien mes yeux bafouiller de lumière.

Je suis ébloui par ce premier roman – la plus remarquable découverte de l’année ! – dont la beauté du style n’est pas le moindre des mérites. D’une construction irréprochable, servi par une écriture sensuelle jouant habilement de la progression dramatique de ses personnages, il réjouira les amoureux de la langue, de l’intimité et de la nature.

Le site Internet des éditions du Mercure de France nous apprend que Douna Loup est née en 1982 en Suisse, de parents marionnettistes. Elle passe son enfance et son adolescence dans la Drôme. À dix-huit ans, son Baccalauréat Littéraire en poche, elle part pour six mois à Madagascar en tant que bénévole dans un orphelinat. À son retour elle s’essaye à l’ethnologie, elle nettoie une banque suisse pendant trois mois, garde des enfants durant une année, écrit sa première nouvelle, puis devient mère, et étudie les plantes médicinales. Après avoir vendu des tisanes sur les marchés et obtenu un certificat en Ethno-médecine, elle se consacre pleinement à l’écriture, en même temps qu’à ses deux filles. Elle vit aujourd’hui en Suisse.

Choix de Daiva Malo de la librairie Espace culturel Atout Sud à Reze (44)

Orphelin, élevé par son grand-père, le héros de l’Embrasure vit dans une solitude planifiée et n’a qu’une passion : la chasse. Jusqu’au jour où un mort et une femme vont perturber son univers ordonné. Un beau premier roman, grâce à l’écriture de Douna Loup qui rend la beauté de la nature tangible, et les aspérités de l’âme palpables.

Choix de Max Buvry de la librairie Vaux Livres à Vaux-le-Pénil (77)

Le narrateur a 25 ans, vit seul et aime sa solitude. Il préfère se protéger des autres et surtout des femmes («Je n’aimerais pas qu’une femme me tienne. Je n’aimerais pas qu’une femme me manque. S’il y en a une qui commence à pomper dans mon énergie pour en faire sortir la dépendance, c’est sûr, je fiche le camp.»). Il ne semble apprécier que la compagnie de son grand-père. Mais en réalité, sa passion est ailleurs, la chasse, la nature et la forêt. Un amoureux de la vraie chasse, respectueuse de la nature et de toutes ses facettes. Pourtant ses habitudes sont bousculées le jour où lors d’une chasse, il découvre un homme mort avec à ses côtés un carnet. Il prévient les gendarmes mais conserve le carnet. Obsédé par ce carnet, il mène sa propre enquête qui l’incite à se poser des questions sur cet homme venu mourir volontairement dans sa forêt mais aussi sur lui-même et sur sa vie. Pourtant la rencontre avec Eva sera peut-être plus bouleversante. Ces deux chasseurs ou gibiers, face à face, vont mutuellement s’apprivoiser et tisser une vraie relation humaine, sans dépendance, sans rivalité, dans la compréhension mutuelle. Un beau texte initiatique débordant de tendresse.

Le journal sonore des livres : Lu par Douna Loup – 07/12/2010

Télécharger le MP3

http://www.lechoixdeslibraires.com/media/c-266905-618040448514340.mp3

Une courte lecture de Douna Loup


Douna Loup au micro de Jean Morzadec

Télécharger le MP3

http://www.lechoixdeslibraires.com/media/c-266880-362285820556408.mp3

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Choix des libraires
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Le livre du jour – Don Juan de la Manche, de Robert Menasse

16/11/2011 | Critique | Fiction Sous la plume de l’Autrichien Robert Menasse – à qui on do…