Accueil Librairies, libraires Ma petite librairie va fermer

Ma petite librairie va fermer

Commentaires fermés
0
45

Sans être nostalgique des temps anciens, il nous faut prendre conscience que certaines avancées technologiques et la logique libérale nous entraînent vers une société où la mort du livre semble programmée.

De nombreuses librairies ferment et sont remplacées par des « fast food », d’autres sont achetées par des chaînes et proposent des produits standardisés…

Des écrivains, des chercheurs et de nombreux intellectuels alertent l’opinion publique devant le danger de voir non seulement disparaître les véritables librairies mais de voir passer à la trappe ou dans l’oubli demain des dizaines de milliers de livres.

Le livre d’Isabelle Desesquelles arrive à point. («Fahrenheit 2010», d’Isabelle Desesquelles, Éditions Stock, septembre 2010).

La mort programmée de la Librairie

Les grandes surfaces, l’entrepôt avec sa banque de données et le supermarché vont continuer à vendre des « livres », ceux qui sont bien calibrés et qui peuvent rapporter gros.

Certains mastodontes qui ont racheté des librairies vont essayer de garder le nom, l’enseigne…

« Profil du client, goûts recentrés, tout est stocké, mouliné et analysé par la broyeuse marketing ».

Gare au résistant, il sera isolé, broyé par la grande machine qui saura avec ses cartes de fidélité, sa logique du chiffre à tout prix créer les besoins, éliminer les livres qui gênent ou qui ne sont pas rentables.

L’auteure en appelle à tous les amoureux du livre pour qu’ils se mobilisent contre « Lachaîne »

Est-il encore possible de combattre « Blondinet » qui a prévu et organisé le massacre des librairies indépendantes, leur rachat et leur transformation afin qu’elles soient au service du projet mercantile et anticulturel de ceux qui veulent uniquement augmenter les dividendes des actionnaires ?

Il restera en tête de gondole « des souks aménagés avec des livres-caution, un bric-à-brac de produits bons à faire du chiffre. Jeux et jouets, best-sellers pour appâter le chaland, papeterie pour lui faire les poches à grands coups d’offres promotionnelles, l’occasion de balancer ses textos à des clients qui n’en demandent pas tant. »…

Les livres que l’on caressait, les ouvrages que l’on découvrait au hasard d’une recherche dans les rayons…tout ce rituel va disparaître.

Quant au personnel, il va se retrouver avec des contrats à durée déterminée, à faire la promotion de ce qui marche.

Conditionné et surtout pressuré, il sera invité à ne pas perdre du temps .

C’est la fin programmée du vrai libraire qui discute avec son client potentiel et qui n ’hésite pas à donner des conseils.

Rien n’est encore perdu, il existe encore quelques filets protecteurs comme l’interdiction pour les marchands de vendre en « offrant » des réductions de plus de 5%…

Lire la suite :

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/ma-petite-librairie-va-fermer-85445

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Librairies, libraires
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Quand des héros de feuilletons prennent la plume…

Quand la fiction s’invite dans les rayons des librairies… Un nouveau filon édi…