Le livre papier, le livre numérique et l’internet

Posté par Serge Bénard le 30 novembre 2010

Entre le livre papier et le livre numérique il y a une frontière infranchissable par le numérique, c’est l’amour du livre en papier, le culte de l’objet par sa beauté et par son histoire, celui que l’on chérit et que l’on garde sa vie durant. Celui que nos ancêtres nous ont laissé, et qui vaut plus que tout. C’est celui de la culture du monde qui s’est perpétuée au cours du temps. Il apparaît après l’écriture en Mésopotamie à la fin du IVème siècle av J.C., l’écriture étant la consistance du texte, un livre ne peut être autre chose qu’écritures traduisant la pensée. Les premiers instruments de l’écriture avant la découverte de l’imprimerie par Gutemberg vers le 1395- 1468, furent les tablettes d’argile premiers support au IIIème millénaire av J.C. L’instrument d’écriture aurait été le calame, instrument en forme de triangle, qui sert à imprimer des caractères dans l’argile encore molle. C’est l’écriture des Assyriens et des Sumériens, en forme de coins, d’où le nom d’écriture cunéiforme. À Ninive, 22 000 tablettes ont été retrouvées, datant du VIIe siècle av. J.-C., c’est la bibliothèque des rois d’Assyrie, qui disposaient d’ateliers de copistes et de lieux de conservation. Puis la soie en Chine fut un autre support sur lequel on écrivait a l’aide des pinceaux, encore aujourd’hui d’ailleurs. Puis vînt le papyrus sous forme de rouleaux. Progressivement le parchemin remplace le papyrus. La légende attribue son invention à Eumène II, roi de Pergame, ancienne ville d’Asie mineure en Mysie, Turquie province d’Izmir, d’où le nom de pergamineum qui a donné parchemin. Sa production commence vers le IIIème siècle av. J.-C. Puis vînt le codex à la fin de l’Antiquité II et IVème siècles qui remplaça le volumen. Le codex est un livre manuscrit du même format que celui utilisé pour les livres modernes. Cette invention qui est romaine a remplacé le rouleau de parchemin et est la première forme de livre de toutes les cultures d’Eurasie.

L’élaboration des techniques de l’imprimerie par Gutenberg vers 1450 marqua ce qu’on a considéré comme une véritable révolution du livre, qui est désormais reproduit à de nombreux exemplaires, mais reste à l’échelle artisanale. L’introduction, un peu après 1820, de presses à imprimer fonctionnant à la vapeur, et ensuite les nouveaux moulins à papier, fonctionnant aussi à la vapeur, constituèrent les seules innovations majeures depuis le XVème siècle.

Le virage apparaît vers le XVIème siècle avec l’ordinateur. Le premier fut la machine d’Alain Turing, un ensemble mécanique de calcul de concepts d’algorithmes. Les premiers ordinateurs sont mécaniques conçus avec des pignons d’horlogerie pour des opérations simples. C’est donc par le calcul que l’écriture numérique est apparue. Charles Babbage mathématicien Anglais est l’un des précurseurs de l’informatique. Il conçoit la machine à différences, une machine encore mécanique qu’il présente en 1821 à la Société Royal d’Astronomie. Elle sert à calculer les polynômes en utilisant une méthode différentielle. Cette machine analytique n’est toutefois pas l’ancêtre de l’ordinateur actuel qui lui intègre la notion de programmes. Cette notion arrive avec l’algèbre de Boole du nom de son inventeur George Boole qui pourtant était son contemporain. La carte perforée dite Herman Hollerith qui fut le créateur d’IBM en 1896 construisit la machine à statistiques à cartes perforées. Il est à l’origine de l’industrie mécanographique. Au XIXème et XXème siècles l’électricité modernise les ordinateurs mécaniques en remplaçant les mécanismes par l’électromécanique. L’ère des ordinateurs modernes commença avec la seconde guerre mondiale. Les circuits électroniques, tubes à vide, condensateurs et relais remplacèrent leurs équivalents mécaniques et le calcul numérique remplaça le calcul analogique. Les ordinateurs conçus à cette époque forment la première génération d’ordinateurs. Vers 1954 apparaissent les premières mémoires magnétiques tores de ferrite pour la mémoire vive, bandes, puis disques pour la mémoire de masse. IBM lance ses premiers ordinateurs, en 1952 l’IBM 701, puis en 1953 l’IBM 650, en 1955 l’IBM 704 premier ordinateur commercial. Il pouvait exécuter 40.000 opérations par seconde, c’était des ordinateurs lourds gros consommateurs d’énergie plusieurs centaines de kw. L’apparition du transistor en 1947 modifie complètement la donne, ils sont à la base de l’ordinateur moderne. En 1960 IBM lance le premier ordinateur transistorisé le 7.000. Puis viennent ceux de la troisième génération à circuit intégrés, les minis ordinateurs à partir de 1973, la quatrième génération de 1971 à la fin de 1980 par l’apparition du microprocesseur par Marcian Hoff, puis viennent les supers ordinateurs en 1976 le Cray-1 à structure vectorielle. En 1984 Apple lance le Macintosh premier ordinateur graphique utilisant une souris et une interface graphique. La cinquième génération est l’interface graphique et les réseaux, c’est la créations d’images, de vidéos de sons, avec différents périphériques associés souris, scanners, télévision, et les logiciels Window professionnel, Vista, MacOS, IRIS, Gnu/Linus. Les textes, les images fixes et images animées et les sons sont une invention sans doute aussi considérable que celle de l’écriture. Enfin, l’Internet réseau informatique mondial utilisant le protocole de communication IP, internet protocol, permettant la transmission du courrier électronique, la messagerie instantanée, et le World Wide Web, «la toile d’araignée», qui est système hypertexte public permet de consulter, avec un navigateur, des pages accessibles sur des sites. Les communications sont, soit filaires, ADSL téléphoniques ou fibres optiques, soit sans fil WiMAX internet par satellite. Quel chemin depuis la fin du Moyen Âge.

Nous voici arrivés à l’informatique moyenne d’écriture numérique aux multiples applications qui modifient le livre, le vrai celui qui ne s’efface pas. C’est un peu comme la montre à encre après celle à cylindre et le pendule et l’horloge, objets de culte puits de savoirs et d’arts. Comparés aux montres numériques solaires quintessences actuelles de notre technologie mais sans amour par ce que le travail est caché dans cette électronique miniaturisée inaccessible à notre imagination. Le livre se garde la montre se porte. Mais dans notre monde de consommation ou la valeur travail n’est plus, remplacée par le vite, le commode que procure un livre numérique ou sont mémorisés, dans un format de poche, des millions de pages, on emporte sa bibliothèque dans sa poche. En fait qu’est-ce qu’un livre, travail d’imprimerie ou travail électronique, il faudrait redéfinir ce qu’il représente.

Un livre c’est une œuvre de la pensée de celui qui l’écrit comme celui qui écrit cet article, quelle différence dans le fait d’écrire. L’un le fait sur le papier et moi sur mon ordinateur.

«L’illustre philosophe Emmanuel Kant «distingue nettement l’exemplaire, l’objet concret, l’opus mecanicum qu’est le livre, qui peut devenir la propriété privée de n’importe qui, et, par ailleurs, les idées, le discours qui s’inscrit sur les pages, expressions d’une pensée originale, originelle, personnelle, qui ne saurait être vendue, aliénée, et qui confère à celui qui l’a écrit un droit imprescriptible sur les éditions variées et les variantes qui ne manqueront pas d’être publiées ici ou là.

Lire la suite :

http://www.come4news.com/le-livre-papier,-le-livre-numerique,-867490

 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar