• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 27 novembre 2010

Les bibliothèques de Bordeaux à la rencontre de leur public..

Posté par Serge Bénard le 27 novembre 2010

…et même de leur non-public, pour ce qui me concerne !

En effet, je me trouvais l’autre week-end à Bordeaux pour une raison absolument non-professionnelle. Pourtant, alors que j’errais sur le quai de la station de tram Saint-Michel à la recherche de ma correspondance, j’ai aperçu un jeune homme qui distribuait des tracts. Je pensais qu’il s’agissait d’une promotion commerciale ou d’une manifestation culturelle, mais non, ce tract faisait bel et bien la promotion des services des bibliothèques municipales de Bordeaux.

Je ne le savais pas, mais je me trouvais alors en bordure du centre-ville, à proximité de la bibliothèque Capucins/Saint Michel.

bordeaux1.jpeg

Un peu plus tard, à une autre station de tram, je suis tombé sur une autre distribution de tracts. J’étais à la station Meriadeck, du nom du grand centre commercial dans lequel se situe la bibliothèque centrale du réseau.

Les deux fois, j’ai demandé à la personne qui distribuait les tracts si cette opération avait lieu souvent. J’ai obtenu deux réponses contradictoires, en fonction de l’expérience personnelle des personnes j’imagine, puisqu’on m’a di à la fois que c’était juste pour ce samedi-là, mais aussi que ça se faisait régulièrement.

En tout cas, même si certains tracts se sont directement retrouvés dans les poubelles alentour, ce qui fait partie du jeu lorsqu’on tracte, et indépendamment des circonstances particulières (personnes préoccupées par l’arrêt des transports en centre-ville pour cause de manifestation), cela semble un bon moyen de toucher en nombre le public hors les murs de la bibliothèque. Et si tout le monde n’a pas conservé son tract, j’ai vu aussi des gens qui l’avaient gardé à la main avec leur journal ou leurs courses.

Comme les bibliothèques semblaient me poursuivre cette après-midi là, je suis tombé, en me baladant dans le centre entre les deux stations de tram, sur une bibliothèque universitaire. Certes, l’entrée du bâtiment qui abrite cette BU pluridisciplinaire n’est pas très engageante, mais elle a le grand mérite d’être facilement accessible en centre-ville et d’être ouverte de 8h30 à 19h le samedi.

Source :

http://bibliothequepublic.blogspot.com/

 

 

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

L’art éclaire nos lanternes

Posté par Serge Bénard le 27 novembre 2010

Par Nancy Huston, romancière

……………………

Voici un an ou deux, le romancier canadien Yann Martel (dont le premier roman, Histoire de Pi, obtint le Booker Prize et fut traduit dans le monde entier) a eu une idée fameuse. Chaque semaine dans un grand journal de Toronto, il publie une lettre ouverte au premier ministre, Stephen Harper, lui recommandant la lecture d’un roman. Il explique pourquoi, à son avis, le chef de l’Etat pourrait profiter de la lecture de ce livre-là.

Je trouve qu’on devrait faire de même : recommander tranquillement, sincèrement à ceux qui nous gouvernent les livres que nous aimons le plus, ceux qui nous ont le plus apporté et importé, ceux qui nous ont appris les valeurs que nous cherchons à promouvoir. Aucune raison que les romans en question relèvent de la littérature « nationale » ! Car elle n’est pas nationale, la littérature ; elle part du particulier pour dire l’universel. Le roman, c’est le genre humain.

Tiens, je veux bien commencer ; je suggère que notre chef à nous remplace enfin, sur sa table de chevet, La Princesse de Clèves, de Madame de Lafayette, par L’Art de la joie, de Goliarda Sapienza (Viviane Hamy, 2005). Je suis sûre et certaine que ce magnifique roman éclairerait sa… lanterne !

Extrait – Article complet :

http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2010/11/27/l-art-eclaire-nos-lanternes_1445842_3232.html

Née au Canada et éduquée aux Etats-Unis, Nancy Huston vit en France depuis 1973 et écrit en anglais et en français. Dernières parutions : L’Espèce fabulatrice (2008), Jocaste reine (2009) et Infrarouge (Actes Sud, 310 p., 21,80 euros).

 

 

Publié dans Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes | Commentaires fermés

Histoire du livre, histoire de la lecture et «Leserevolution»

Posté par Serge Bénard le 27 novembre 2010

Par Frédéric Barbier

L’histoire de la lecture a constitué l’un des points forts des travaux d’histoire du livre conduits en Occident depuis plusieurs décennies, et cette approche a incontestablement permis des avancées scientifiques spectaculaires. La tradition française de la «nouvelle histoire du livre» fondée avec L’Apparition du livre en 1958 se concentrait plutôt sur les acteurs de la branche de la «librairie», les imprimeurs, les éditeurs et les libraires, puis les auteurs et leur public.

L’élargissement épistémologique que marquent notamment les travaux de Michel de Certeau sur L’Invention du quotidien introduisent la problématique anthropologique comme un des pôles de l’interrogation. Il existe évidemment des déterminants larges (par ex., le niveau technique, les équilibres économiques, les catégories sociales, etc.), mais ceux-ci ne sont jamais absolument… déterminants: on dira plutôt qu’ils tracent un horizon de possibles, à l’intérieur duquel chacun invente ou réinvente, quotidiennement, des «arts de faire» qui sont autant de formes de liberté et, le cas échéant, de dépassement.

Parmi, ces «arts de faire», la lecture en tant que pratique a tout naturellement retenu au premier chef l’attention des historiens du livre. Deux observation principales en ont structuré la réflexion: d’une part, c’est l’opposition classique entre une lecture silencieuse et une lecture orale (ou murmurée), laquelle serait longtemps restée majoritaire. On saint que, lorsque saint Augustin rend visite à saint Ambroise de Milan, il s’étonne de la manière dont ce dernier lit :

« Quand [Ambroise] lisait, ses yeux parcouraient la page et son cœur examinait la signification, mais sa voix restait muette et sa langue immobile. (…) Souvent lorsque nous venions lui rendre visite, nous le trouvions occupé à lire ainsi en silence, car il ne lisait jamais à haute voix » (on remarquera au passage l’allusion à la problématique du sens du texte).

Cette distinction de la lecture orale et de la lecture silencieuse appellerait un certain nombre d’observations, mais nous voulons aujourd’hui nous arrêter plutôt sur le second modèle, celui qui oppose lecture intensive (la lecture et la relecture in extenso des mêmes textes) et lecture extensive. Cette dernière désigne une lecture constamment renouvelée, ou encore une lecture de consultation.

Lire la suite :

http://histoire-du-livre.blogspot.com/2010/11/histoire-du-livre-histoire-de-la.html

Publié dans Lecture, lecteur, lectorat, Vie du livre, modes, tendances, dons, pastiches,concours littéraires | Commentaires fermés

Trévières (14) – Animer la lecture au-delà du festival du livre

Posté par Serge Bénard le 27 novembre 2010

Si Marais page est connu principalement pour son festival du livre, ses actions envers le développement de la culture par la lecture va au-delà en s’inscrivant dans une démarche continue. Le festival, les cafés littéraires, le concours de nouvelle, le partenariat avec les collèges représentent un travail constant de ses bénévoles. « L’association vit de subvention, c’est pourquoi nous devons travailler avec sérieux, rappel le président Jean Delange. Ne pas mener qu’un seul événement mais conduire ce travail sur l’année avec un suivi des actions nous permet d’obtenir une reconnaissance et les aides nécessaires à assumer nos projets. »

L’équipe, car Marais page est avant tout un travail d’équipe, est déjà pleinement occupée par la préparation du neuvième festival qui se tiendra le 16 avril. Le thème sera la jeunesse et l’histoire de la Normandie. Déjà 40 auteurs ont annoncé leur venue. Le comité de lecture s’est mis en action pour l’attribution du prix Octave-Mirbeau et du prix de la ville de Trévières.

Le comité de lecture ados concerne des collégiens de Trévières mais aussi d’Alain Chartier à Bayeux. Un auteur, Yves Bigot, les rencontrera en avril. Le concours de nouvelle est lancé, il est sur le thème de la carte postale Normande. En dehors du salon, l’association organisera un café littéraire le 11 décembre avec Mariannick Maupin et le 12 février avec Christian Langeois.

Source :

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Animer-la-lecture-au-dela-du-festival-du-livre-_14165-avd-20101125-59419898_actuLocale.Htm

Publié dans Promotion du livre et de la lecture, dons de livres | Commentaires fermés

14 décembre à Esquelbecq (59) – Café Littéraire BD avec Alain Dodier

Posté par Serge Bénard le 27 novembre 2010

mini.jpeg

par Laurie Rohart

Le prochain café littéraire aura lieu le 14 décembre à l’estaminet de la Brasserie Thiriez. Vous pourrez y rencontrer Alain Dodier, auteur de BD, et en particulier de Jérôme K Jérôme Bloche

Le café débutera à 19h.

A l’issue de la rencontre, la librairie Aventures BD vendra les livres de l’auteur et vous pourrez les lui faire dédicacer !

Pour tout renseignement : 06 78 43 63 03

Source :

http://www.esquelbook.com/blog1.php/2010/11/24/cafe-litteraire-bd-avec-alain-dodier

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs, Cités, villes et villages du livre ou de la littérature | Commentaires fermés

Spécial flash 12 h 16 – Jouve propose ses services de conversion ebook en ligne

Posté par Serge Bénard le 27 novembre 2010

Le Groupe d’imprimerie Jouve propose ses services de conversion ebook en ligne sur l’iBookstore d’Apple. Spécialiste de la conversion ebook, Jouve développe une plate-forme clients accessible depuis l’iBookstore et met ses solutions de conversion industrielles au service de tous les éditeurs. http://www.graphiline.com/article/13659/Le-Groupe-d-imprimerie-Jouve-propose-ses-services-de-conversion-ebook-en-ligne-sur-l-iBookstore-d-Apple

Publié dans Ardoises, tablettes, eReaders, lecteurs ebooks, liseuse, Flashes | Commentaires fermés

Vargas Llosa, exercice de censure sous Franco

Posté par Serge Bénard le 27 novembre 2010

Pour son ouvrage La ville et les chiens, il a dû faire quelques rectifications très importantes.   

Par Nicolas Gary

Alors que sa maison d’enfance vient d’être classée dans les registres du patrimoine culturel du Pérou, le romancier est revenu récemment sur un exercice douloureux, celui de la censure exercée… contre soi-même. Parce que les circonstances l’y ont contraint…

Aujourd’hui, il est prix Nobel Mario Vargas Llosa est revenu sur un épisode éditorial des années 60, alors que l’Espagne était sous le régime de Francisco Franco, qui entre 1939 et 1975, avait placé le pays sous un régime autoritaire dictatorial.

La ville et les chiens, ou en espagnol La ciudad y los perros, fut publié en 1962, et la critique l’a salué dès sa sortie, racontant l’expérience de Mario durant ses années au collège militaire de Leoncio Prado. En France, le livre ne sortira qu’en 1966. Mais en 1963, en Espagne, le livre avait fait scandale, contraignant l’auteur à des arrangements, alors que les censeurs en vigueur dans le pays se révoltaient du langage peu châtié…

Les mots les plus courants, traduits ici pour des raisons évidentes, étaient merde, couilles, enculé, note un des censeurs de l’époque. Pas vraiment des mots que l’on associe à l’immortalité, dont pourtant le livre fait état. Et de conclure : « Je ne pense pas que ce livre devrait être publié dans ces conditions, ni aucune autre. Il est marxiste, anticlérical, antimilitariste et obscène. » N’en jetez plus. (ou alors, consultez le document en PDF)

Lire la suite :

http://www.actualitte.com/actualite/22936-llosa-ville-chiens-censure-espagne.htm

 

 

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Censure, autodafés, emprisonnements, crimes, exils | Commentaires fermés

OK: l’improbable et fabuleuse histoire d’un des mots les plus utilisés au monde

Posté par Serge Bénard le 27 novembre 2010

 

ok.jpeg

L’édition de ce samedi du journal suisse « Le Temps » propose un article très original et passionnant. C’est un portrait. Non pas d’une personne. Mais d’un mot. Et peut-être le mot le plus utilisé au monde. Deux lettres, à la notoriété universelle: « o » et « k » pour « OK ». Usage inusé. L’auteur de l’article cite un livre sorti le 9 novembre 2010 aux Etats-Unis, d’Allan Metcalf, « OK – The Improbable Story of America’s Greatest Word » (Oxford University Press). Ce qui donne en français: « OK – l’histoire improbable du plus grand mot des Etats-Unis ». Et 224 pages pour raconter l’histoire d’une abréviation de deux lettres, ouvertes positivement sur le monde. Découvrez bien-sûr son origine, mais également plein d’autres choses, okay? Et une certaine philosophie américaine, n’en déplaise à Alexis de Tocqueville…

Source :

 

http://alterjournalisme.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/11/27/ok-l-improbable-histoire-d-un-des-mots-les-plus-utilises-au.html

 

Publié dans Actualité éditoriale, vient de paraître | Commentaires fermés

Spécial flash 11 h 12 – Montauban : les chineurs comblés ce dimanche

Posté par Serge Bénard le 27 novembre 2010

La traditionnelle brocante de la fin du mois s’installe sur la place Nationale de Montauban ce dimanche. Toute la journée, les meubles anciens, les vieux linges de maisons, les livres et les bibelots vont envahir les arcades du cœur de la Bastide. Et puis les bouquinistes s’installent à Montauban, ce dimanche également. Dans la salle Eurythmie, les stands de livres anciens et d’occasion vont s’enchaîner. Les relieurs, graveurs et éditeurs seront également présents toute la journée. Quelque 22 exposants seront présents.

http://www.radio-totem.net/actualite/journal/tarn-et-garonne/article-33392-montauban-les-chineurs-combles-ce-dimanche/?page=&filtre=all

Publié dans Bouquineries, bouquinistes, Fêtes du livre, marchés, brocantes, braderies, Flashes | Commentaires fermés

Alger – Des librairies fermées, d’autres en voie de disparition

Posté par Serge Bénard le 27 novembre 2010

Par Ahmed Chebaraka

Si vous traversez les ruelles et les places de la capitale, vous ne rencontrez pas plus qu’une dizaine de librairies. Celles-ci, qui autrefois accueillaient un nombre considérable de lecteurs tous domaines confondus, ferment aujourd’hui progressivement et les lecteurs devront prendre leur mal en patience

Il est vrai que l’information suscite de vives réactions sur Facebook, depuis l’annonce que plus de 10 000 personnes expriment leur dépit d’abord contre la fermeture de certaines librairies à Alger mais surtout contre cette déperdition sans que les pouvoirs publics n’arrivent à prendre le taureau par les cornes.

Ainsi «plusieurs librairies sont en voie de disparition à Alger avec un amer sentiment d’inachevé», soulignent certains mordus de la lecture, lesquels devront se d&eacut! e;placer au centre-ville, plus exactement du côté de la Grande poste, pour dénicher un livre. Dans ce texte empreint à la fois de tristesse, de tendresse et de révolte, ils évoquent les entraves à leur passe-temps en tant que lecteurs.

Indignés, d’autres ne manquent pas d’apostropher les responsables algériens à propos de l’absence d’espaces culturels dans les grandes artères du pays, qui serait la conséquence de l’absence de vision politique dans la gestion culturelle et urbaine, ainsi que le mépris de l’aspiration naturelle des citoyens à accéder à la liberté d’apprendre, de s’exprimer… ou de lire.

La fermeture des librairies fait peur

Entre consternation, dépit et colère, les réactions s’étalent sur une centaine de messages postés sur! les différents sites. En effet, les Algérois on! t accueilli avec tristesse et dégoût la fermeture de plusieurs librairies mythiques, avant de se demander pourquoi brade-t-on tout, dans ce pays ? Certains affirment que «la fermeture de ces librairies fait peur». Ils évoquent avec mélancolie et amertume leurs escapades dans ces «havres de lecture et de paix», dans leur jeunesse.

Lire la suite :

http://regions.algerieinfo.tk/2010/11/des-librairies-fermees-d-en-voie-de.html

Publié dans Librairies, libraires | Commentaires fermés

1234
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar