• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 25 novembre 2010

4 décembre Rouen (76) – Résider pour créer les résidences d’auteurs

Posté par Serge Bénard le 25 novembre 2010

Les « Conversations » proposées par l’ARL Haute-Normandie sont des rencontres régulières qui se déroulent en région au fil de l’année. Ouvertes aux professionnels et au public, elles abordent des sujets liés au livre, à la lecture et aux écritures. Samedi 4 décembre 2010 à 11 h. Résider pour créer les résidences d’auteurs Le terme de résidence recouvre des réalités très diverses de durée, de conditions financières, de lieux d’accueil, de publics visés et de projets. Le plus souvent, les résidences d’auteurs offrent un espace de travail favorable à la création avec un lieu d’accueil sur un territoire et une durée de séjour. Qu’est-ce qu’une résidence d’auteur ? Pour qui et pour quoi faire ? Quelle richesse pour le territoire accueillant ? Toutes ces questions seront évoquées avec nos quatre invités. Yann Dissez est responsable de l’action culturelle et de la littérature au Triangle (Rennes), de 1999 à juin 2010 et membre du bureau de la Maison de la Poésie de Rennes depuis 2000. Il est l’auteur d’un mémoire de recherche sur les résidences d’écrivains Habiter en poète. La résidence d’écrivain, une présence de la littérature au monde. Dorothée Piatek est née dans le nord de la France en 1969. C’est un professeur de français qui lui transmet la passion des livres et de l’écriture, alors qu’elle n’est âgée que de douze ans. En 2002, elle publie son premier roman L’Horizon Bleu, suit une vingtaine d’ouvrages plusieurs fois primés. Elle anime régulièrement des ateliers et interventions dans des écoles et bibliothèques. Jeanne-Marie Rendu a enseigné les lettres dans différents collèges et lycées avant de rejoindre la DRAC Haute-Normandie comme Conseillère livre et lecture. Depuis 1992, elle s’attache à susciter de vraies rencontres avec des auteurs, ateliers ou résidences, les jugeant essentielles pour transmettre la passion pour les livres et le besoin d’écrire. Véronique Youinou, après des études musicales au conservatoire de Rouen et à la faculté de musicologie, sillonne la France durant vingt ans avec plusieurs compagnies, participe à des résidences d’artistes et anime des ateliers de pratique théâtrale et musicale. Elle est aujourd’hui responsable culturelle au sein de la Communauté de Communes de l’Andelle, chargée de la programmation, de la médiation culturelle et de la mise en œuvre de résidence d’artiste sur le territoire de l’Andelle. Cette conversation sera animée par Olivier Bouzard, consultant rédactionnel, journaliste et rédacteur indépendant dans la presse écrite, et animateur radio. Il collabore à de nombreux supports régionaux ou nationaux dans des domaines allant de l’économie à la culture. Télécharger le carton de présentation Contact ARL Haute-Normandie Mme Sophie Fauché Tél. : 02.32.10.04.90 sfauche@arl-haute-normandie.fr Entrée libre

Source : http://www.arl-haute-normandie.fr/Agenda–2424.htm 

Publié dans Colloques, conférences, assises, forums, congrès, symp | 1 Commentaire »

Spécial flash 15 h 43 – Soirée lectures à Caen

Posté par Serge Bénard le 25 novembre 2010

Vendredi 10 décembre, de 18h à 19h30, soirées lectures autour des oeuvres de Maram Al Masri, à la bibliothèque de la Guérinière à Caen. L’auteure sera invitée en mars 2011 à l’occasion du Printemps des poètes.

Publié dans Flashes, Lectures publiques, promenades et tourisme littéraires, théâtre | Commentaires fermés

2 décembre – Rendre accessible sa bibliothèque au public sourd

Posté par Serge Bénard le 25 novembre 2010

Par Le CRL

Jeudi 2 décembre 2010  Université Lille 3, Villeneuve d’Ascq

Cette journée professionnelle a pour objectif d’aller au-delà de l’information sur l’accessibilité pour faire émerger une dynamique concrète et pertinente, notamment sur le plan local.

Cette journée est organisée par MédiaLille, centre régional de formation aux carrières des bibliothèques, du livre et de la documentation. Elle reçoit le soutien de la DRAC Nord-Pas de Calais et est organisée en partenariat avec Signes de sens, association spécialiste de l’accès aux savoirs et à la culture pour le public sourd.

Interprétation LSF – Français assurée

Programme complet :

http://www.eulalie.fr/spip.php?article3909

Publié dans Enseignement, séminaire, conférences, formation, atelie | Commentaires fermés

Alexandre Bompard, d’Europe 1 à la Fnac, sans passer par France Télévisions

Posté par Serge Bénard le 25 novembre 2010

On l’avait (prématurément) annoncé à la tête de la télé publique au printemps dernier : Alexandre Bompard quitte finalement la direction d’Europe 1 pour celle de la Fnac, où il sera chargé d’optimiser le réseau de magasins culturels en vue de sa vente. Portrait d’un homme de 38 ans, au parcours professionnel déjà bien rempli et qui sait relever les défis. Sans faire trop de sentiments.

On savait bien qu’il allait partir d’Europe 1 ! Il y a six mois, on croyait (et lui le premier) que c’était pour France Télévisions. Nicolas Sarkozy en a décidé autrement. On attendait depuis qu’il se trouve un nouveau terrain de jeu : d’abord, parce qu’après les rumeurs de son départ de la radio, il y avait comme un flottement avec son patron, Arnaud Lagardère. Ensuite, parce que ça lui ressemble : pour cet énarque de 38 ans, brillant prototype d’une génération de patrons mercenaires, la petite radio ne pouvait être qu’une étape rapide. Après trois ans à Europe 1, où il affiche un bon bilan – légère augmentation de l’audience, développement du numérique, rédaction apaisée, comptes au vert –, Alexandre Bompard va donc finalement agiter ses idées, nombreuses, à la Fnac. Le terrain de jeu est plus vaste – il passe de 200 à presque 20 000 salariés –, mais fragile. Baisse de fréquentation des magasins, dématérialisation des produits musicaux : l’enseigne, est au cœur des bouleversements de consommation des produits culturels. Elle a déjà commencé à y répondre en s’exportant à l’international et en développant les produits numériques : « Alexandre devra renforcer cette politique », nous explique t-on chez PPR. « Un beau défi industriel, qui ne se refuse pas », a t-il expliqué à ses ex-troupes, déconfites, d’Europe 1.

Lire la suite :

http://television.telerama.fr/television/alexandre-bompard-d-europe-1-a-la-fnac-sans-passer-par-france-televisions,62863.php#xtor=RSS-19

Publié dans Grandes surfaces spécialisées (culture/livre), clubs | Commentaires fermés

Bibliophilie – Comblage des lacunes de papier (restauration d’un livre ancien)

Posté par Serge Bénard le 25 novembre 2010

René de BIC, fidèle lecteur, vous présente sa technique de comblage de lacunes de papier dans le cadre de la restauration d’une page d’un livre ancien. Très intéressant. J’en profite pour vous renvoyer sur le site de la ville de Pontoise qui propose en images une procédure de restauration d’un ouvrage avec un comblage des lacunes de papier. Une autre méthode encore !

Léo Mabmacien 

Etant confronté à la restauration d’un livre victime d’importants dégâts de vers, j’ai regardé avec intérêt les videos de l’Atelier Simon Mago ainsi que les quelques sites cités dans les commentaires.

J’ai examiné en détail la description des divers procédés de comblage au moyen de poudre ou de pulpe de cellulose et je n’ai pas été totalement convaincu. J’en suis donc revenu à la technique classique consistant à greffer des fragments d’un papier ancien judicieusement choisi.

L’occasion m’est ainsi donnée de faire profiter les amateurs, qui voudraient se lancer dans ce genre d’opération, de quelques petits trucs que j’ai découverts progressivement, sans prétendre en être l’inventeur.

La phase la plus délicate est l’amincissement des bords de la lacune et du greffon.

Habituellement ce travail délicat s’effectue à la pointe à élaguer, il prend beaucoup de temps et un coup de lame mal maîtrisé risque d’aggraver les dégâts initiaux.

J’ai donc tenté l’exécution au moyen d’une petite meule montée sur une mini perceuse.

J’ai choisi une petite fraise diamantée comme on en trouve à la douzaine pour un prix très bas dans les magasins de bricolage, un assortiment qui comporte plusieurs modèles appropriés à des usages multiples.

Je me suis d’abord exercé sur des morceaux de papier ancien, sans valeur, pour évaluer la technique.

Le travail est facile mais on constate rapidement que la perceuse présente une vitesse de rotation et une puissance excessives que l’on peut certes maîtriser mais un faux mouvement peut devenir catastrophique.

J’ai donc rapidement opté pour l’utilisation d’un moteur beaucoup plus petit et moins puissant (élément de récupération) sur lequel j’ai assujetti la fraise diamantée ; le moteur est alimenté en basse tension continue et en jouant sur la valeur de celle-ci on peut obtenir la vitesse de rotation la plus adéquate. Le fait de ne disposer que d’une puissance fort réduite mais largement suffisante présente en outre l’avantage de n’avoir aucun dommage si d’aventure on en vient à se meuler le bout des doigts. D’autre part le petit moteur, très léger, est infiniment plus maniable que la mini-perceuse – voir la comparaison des 2 instruments.

comblage1.jpeg

Lire la suite :

http://bibliomab.wordpress.com/2010/11/25/comblage-des-lacunes-de-papier-restauration-dun-livre-ancien/

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Livre, histoire, bibliographie | Commentaires fermés

Histoire de l’édition littéraire au Québec au XXe siècle v.3

Posté par Serge Bénard le 25 novembre 2010

histoiredeleditionlitteraireauquebecauxxesieclev.jpeg

Les éditeurs ont étroitement participé à l’émancipation culturelle et littéraire de la Révolution tranquille. La lutte pour la liberté d’expression et la reconnaissance littéraire était indissociable d’une démocratisation et d’une laïcisation de la lecture. Matériellement adapté aux idéaux démocratiques des années 1960, le livre québécois devient un objet accessible à tous. Le décloisonnement des marchés résultant de la libéralisation du système éditorial ouvrait la porte aux maisons étrangères qui en peu de temps occupent une position dominante. La bataille du livre québécois pour sa souveraineté est alors engagée. Elle porte fruit au début des années 1980 avec l’adoption de la Loi sur le développement des entreprises québécoises dans le domaine du livre et la création de programmes d’aide publique à l’édition. Les éditeurs partent dès lors à la conquête de nouveaux territoires et consolident leurs positions dans un champ littéraire de plus en plus polarisé entre production restreinte et production de masse. Grâce à leur pouvoir de sélection et de légitimation, ils contribuent au développement de la chaîne du livre et aident les écrivains à se libérer des tâches matérielles liées à la publication qui, depuis le début du siècle, constituaient l’un des principaux obstacles à la création. Ce troisième et dernier volet de l’Histoire de l’édition littéraire au Québec au XXe siècle relate l’aventure intellectuelle et les luttes commerciales qui, au delà des histoires particulières d’entreprises, tracent le portrait d’une littérature en quête d’autonomie. Directeur du Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec (GRÉLQ) de 1982 à 2006, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire du livre et de l’édition de 2002 à 2008 et codirecteur avec Carole Gerson du volume III (De 1918 à 1980) de l’Histoire du livre et de l’imprimé au Canada/History of the Book in Canada (2007), Jacques Michon est professeur à l’Université de Sherbrooke. Récipiendaire, en 2004, de la Médaille Marie Tremaine de la Société bibliographique du Canada, il a publié de nombreux articles et ouvrages sur l’édition. Les deux premiers volumes de l’Histoire de l’édition littéraire au Québec au XXe siècle ont déjà remporté plusieurs prix littéraires

Jacques Mchon 2010, Fides

Source :

http://www.livresquebecois.com/livre.asp?id=isdisdisdisdypepe&/histoire-de-l-edition-litteraire-au-quebec-au-xxe-siecle-v-3/jacques-michon

 

 

Publié dans Francophonie, langue française, Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres, Vie du livre, modes, tendances, dons, pastiches,concours littéraires | 1 Commentaire »

Vente de Sotheby’s – Oscar Wilde, Rousseau, Cocteau et Magritte, sacré plateau

Posté par Serge Bénard le 25 novembre 2010

20758.jpeg

 

 

Des enchères plutôt réussies

Par Cécile Mazin

C’est la crise, c’est certain, mais le milieu bibliophilique se porte toujours aussi bien. Pour preuve, la dernière vente de Sotheby’s qui s’est déroulée hier. Et les résultats sont probants.

Les livres et manuscrits vendus ont récolté 1,82 million €, avec un taux de vente de 73,5 %. « Les collections d’Henri Florin de Duikinberg, membre de la société royale des bibliophiles et iconophiles de Belgique et du Président Pompidou ont toutes deux suscité de nombreuses batailles d’enchères », explique la maison d’enchères parisienne.

Parmi les belles réussites de cette vente, les Métamorphoses, d’Ovide, exemplaire de la marquise de Pompadour, parti pour 28.350 € et les Réflexions de Rancé aux armes de la Marquise de Chamillart – 21.150 €. C’était pour la collection Florin Duikinberg. Le tout pour un montant 253.275 €. Un Rousseau, le Discours sur l’origine de l’inégalité, a été vendu à 18.750 €.

Lire la suite :

http://www.actualitte.com/actualite/22886-encheres-livres-vente-rousseau-wilde.htm

Publié dans Enchères, ventes, bibliothèques privées, Expertise, estimations, cotations, catalogues | Commentaires fermés

Prix littéraires – Dommages de l’auteur

Posté par Serge Bénard le 25 novembre 2010

Par Édouard Launet

Il y a peu de prix littéraires en France, guère plus de 2 500 au dernier recensement, aussi serait-il opportun d’en créer un nouveau. Par exemple un prix récompensant chaque année la plus belle mise à mort d’un écrivain par lui-même. Dans son dernier roman, l’a-t-on suffisamment répété, Michel Houellebecq décrit sa propre fin dans une scène digne du Silence des agneaux. A ce jour, on ignore toujours l’identité de l’assassin bien que de forts soupçons pèsent sur un certain Tahar Ben Jelloun.

L’écrivain imaginant sa disparition, c’est une figure récurrente de la littérature. L’Italien Baldassare Castiglione (1478-1529), dont Raphaël a laissé un joli portrait quelque part au Louvre, fut sans doute le premier à s’occire lui-même, dans une poésie latine. Plus contemporain, l’Autrichien Joseph Winckler s’est auto-enterré à Naples sous un citronnier, dernière demeure où il fut «porté par des travestis et des homos, nu, dans un drap taché de sang d’agneau». Et songez que deux tiers des écrivains ayant Rolin pour nom de famille sont décédés ou ont songé à leur mort dans leur œuvre : la Belge Dominique dans le Gâteau des morts, et le Français Olivier dans Suite à l’hôtel Crystal. C’est une hécatombe qu’il est grand temps de récompenser.

Lire la suite :

http://www.liberation.fr/livres/01012304249-dommages-de-l-auteur

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., État, gouvernement, administration, organismes publics, Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

La N-bibliothèque de demain

Posté par Serge Bénard le 25 novembre 2010

 dscn03332.jpeg               dscn0490.jpeg

……………………

1. L’image de marque. L’approche marketing détermine stratégiquement l’orientation de la programmation des bibliothèques à construire.  On veut donner aux nouvelles bibliothèques une signature, un branding, les distinguer des autres bibliothèques, des établissements publics autour mais plus encore on veut marquer une rupture avec la tradition, avec l’entrepôt de livres, l’austérité, les représentations négatives qui compromettent la perception et les usages de cette institution. On entreprend donc un exercice de démarcation aussi bien verticale qu’horizontale. On renomme la bibliothèque, on développe un langage architectural ambitieux, on enrichit la mission d’une fonction sociale renouvelée et visible fondée sur une accentuation des services de formation, de médiation, de création.

En s’investissant dans une réflexion sur la signature, la participation des membres de la communauté constitue une clé nécessaire dans la recherche d’une identité signifiante pour ceux-ci localement en tant que projet d’innovation et levier pour le développement durable.

2. Le zoning. Un espace pour tous et pour chacun : C’est le principe du zoning. C’est-à-dire qu’il faut penser à des espaces variés que ce soit pour différents publics (enfants, adolescents, adultes, aînés, etc.), pour différents  style de lecteurs et d’apprenants, pour différents documents/médias ainsi qu’on l’amène dans les directives de l‘IFLA. Et comme les usagers sont, en-deçà de leur appartenance sociologique, des individus, ils manifestent aussi leurs préférences, quant au bruit, à l’intimité, l’animation, la proximité, la socialisation.

Par ailleurs, et dans la mesure où la question de la formation est pregnante, il faut, en outre, prendre en compte la diversité des apprenants. Selon leurs styles, certains apprennent mieux en groupe ou individuellement.  Dans bien des cas, on souhaite avoir des facilités pour emprunter un ordinateur ou brancher le sien. Les lecteurs eux vont se distribuer entre des places individuelles, des tables pouvant accueillir plusieurs personnes, des salles pour le travail en équipe, des salons de lecture, des cafés.

Une réflexion sur la typologie des individus et des groupes sociodémographiques est complétée par une analyse des styles de communautés et des besoins de soutien associés à des projets territoriaux: musiques alternatives? Multimédia ? Affaires? Coworking et travailleurs autonomes ? Initiatives en réseaux (Living Lab, Fab Lab)?

Lire l’intégralité de l’article (c’est recommandé) :

http://bibliomancienne.wordpress.com/2010/11/24/la-n-bibliotheque-de-demain/

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

Ecrire – Des livres à l’attention de ceux qui veulent se lancer dans l’écriture.

Posté par Serge Bénard le 25 novembre 2010

Des livres à l’attention de ceux qui veulent se lancer dans l’écriture. Séléction : http://www.rue-des-livres.com/bibliographies/7/ecrire.html

Le Vertige des auteurs Auteur : Georges FlipoEditeur: Le Castor AstralDate de publication: 2007-01-04

Mes secrets d’écrivain : Ecrire un roman, ça s’apprend ! Auteur: Elizabeth George Editeur: Presses de la Cité Date de publication: 2006-05-18       

Lettre d’un éditeur de poésie à un poète en quête d’éditeur : Accompagnée de considérations de l’auteur sur les misères de l’édition et quelques réponses de poètes à sa lettre Auteur: Louis Dubost Editeur: Ginkgo Date de publication: 2006-04-13               

Le nouveau magasin d’écriture Auteur : Hubert Haddad Editeur : Zulma Date de publication : 2006-01-19       

L’atelier d’écriture : Eléments pour la rédaction du texte littéraire Auteur : Anne Roche, Andrée Guiguet, Nicole Voltz Editeur : Armand Colin Date de publication: 2005-06-01   

Ecrire, un plaisir à la portée de tous : 350 techniques d’écriture créative Auteur : Faly Stachak Editeur: Editions d’Organisation Date de publication: 2004-10-28     

Guide pratique de l’écrivain : Présenter son manuscrit – Trouver un éditeur – Défendre ses droitsAuteur: Paul Desalmand Editeur: Leduc.S Editions Date de publication: 2004-05-24               

Gradus, les procédés littérairesAuteur: Bernard Dupriez Editeur: 10×18 Date de publication: 2003-03-01       

Je suis un écrivain Auteur: Gilbert Gallerne Editeur: Encrage Editions Date de publication: 1998-06-09

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Enquêtes, études, dossiers, bibliographies, numéros spé | Commentaires fermés

1234
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar