• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 14 novembre 2010

Citation du 15 novembre

Posté par Serge Bénard le 14 novembre 2010

 Le livre est l’ami de la solitude. Il nourrit l’individualisme libérateur. Dans la lecture solitaire, l’homme qui se cherche lui-même a quelque chance de se rencontrer. 

Georges Duhamel

Publié dans Citation, note, pensée du jour | Commentaires fermés

Apple met en vente des cartes cadeaux pour l’iBookstore

Posté par Serge Bénard le 14 novembre 2010

ibooksgiftcards.jpeg

Jusqu’à présent, si vous vouliez offrir des ebooks à un possesseur d’iPad ou d’iPhone, il fallait opter pour un carte iTunes d’un montant déterminé. Cependant, pour beaucoup de monde, cela n’allait pas de soit. Même si l’iTunes Store et l’iBookstore repose sur le même système de paiement et la même plateforme, la dernière boutique d’Apple manque encore de visibilité auprès de ses clients. Pour remédier à cela, la firme de Cupertino commercialise désormais dans ses Apple Store un carte griffée iBookstore. Comme le rapporte iGeneration, il ne serait pas étonnant qu’il s’agisse simplement d’un changement de design de la traditionnelle carte iTunes et qu’il soit aussi possible d’acquérir de la musique et des films avec ce modèle. Cela dit, l’idée de la carte cadeau pour acheter des ebooks est intéressante et l’on peut d’ores et déjà se demander si d’autres enseignes ne vont pas adopter le même système. On pense en particulier à la FNAC, dont ce type de produit compléterait l’achat d’un FnacBook.

Publié dans Ardoises, tablettes, eReaders, lecteurs ebooks, liseuse | Commentaires fermés

Birmanie : les écrivains face à la dictature

Posté par Serge Bénard le 14 novembre 2010

Par Sutiya Laksana

A l’heure où l’on annonce la fin de l’assignation à résidence d’Aung San Suu Kyi mais où rien ne garantit sa liberté effective de mouvement ni de parole, nous souhaitons rappeler, grâce à cet article publié en 2007, que la situation des Birmans est toujours aussi digne de préoccupation et que nombreux sont les ’opposants’ à croupir dans les prisons. Aussi est-il important, au-delà de la joie légitime pour cette inflexible combattante des libertés, de rester vigilants, exigeants et de maintenir une pression sur le(s) gouvernement(s).

La littérature birmane au début du XXIème siècle semble presque anéantie du fait que le pays, la Birmanie devenue Myanmar depuis 1989, est tombé dans les mains d’une Junte militaire. Effectivement, « anéantie » est le mot qu’un célèbre auteur birman en exil a employé pour décrire sa situation d’écrivain en Birmanie. Le monde entier a pu voir lors des dernières répressions survenues notamment envers les moines bouddhistes birmans Theravada [1] manifestant calmement et d’une manière non-violente, que la Junte militaire contrôle consciencieusement tous les domaines de la vie.

La richesse littéraire que la Birmanie possédait depuis presque mille ans est en voie de disparition aujourd’hui. Le début des royaumes birmans fut une époque où la forme littéraire classique en vers apparut essentiellement dans les cours royales. Or, seuls les gens des cours et les élites avaient accès à la littérature.

La transformation radicale intervient avec la colonisation britannique durant le XIXème siècle et l’introduction de l’apprentissage de l’anglais à l’école. Pouvoir lire la langue anglaise a permis certains privilèges, comme lire des romans étrangers. Le début de la littérature moderne consista en des adaptations d’œuvres, de romans occidentaux en traduction. La première œuvre étrangère traduite en 1904 fut Le Comte de Monte Cristo d’Alexandre Dumas, traduit en birman par James Hla Kyaw sous le titre Maung Yin Maung Mame Ma, et qui est plutôt considérée comme une adaptation ayant subit quelques modifications dans l’histoire. Ainsi le héros français vindicatif est remplacé par un héros birman plein de grâce, car la vengeance [2] à l’égard des Birmans n’était pas possible en raison de la croyance bouddhiste.

La fin de la période coloniale se traduisit par la montée des jeunes auteurs nationalistes. Avec le patriotisme et l’indépendance, le style changea et, s’inspirant des modèles occidentaux, devint plus direct, les phrases plus courtes. Ces auteurs, par exemple Thein Pe Myint, Bohmu Tin Maung, Zawgyi, qui furent pour la plupart impliqués dans la lutte contre le colonialisme, ont forgé une identité birmane très forte. A partir de la période Ne Win [3], on peut constater le début du déclin de la littérature birmane. Un comité de censure créé en 1962, par le Ministre de l’Intérieur – le fameux Press Scrutiny Board, a soumis tout ouvrage littéraire à son contrôle et les sujets qui dérangent les militaires (les sujets touchant la santé publique, comme le sida, la drogue, ou les droits de l’homme) sont censurés. Les écrivains risquant l’emprisonnement à vie, ils sont moins nombreux à choisir cette profession jugée trop dangereuse. Certains passent à l’autocensure pour éviter le pire : « L’autocensure est profondément ancrée dans l’esprit des rédacteurs et des éditeurs. » [4]

Lire la suite :

http://www.larevuedesressources.org/spip.php?article861

Publié dans Censure, autodafés, emprisonnements, crimes, exils | Commentaires fermés

5 décembre à Paris – 7ème salon du livre d’histoire

Posté par Serge Bénard le 14 novembre 2010


Dimanche 5 décembre 7e Salon du livre d’histoire

Rencontres et dédicaces avec plus de 50 écrivains

facile d’accès à 2 mn. à pied de l’esplanade des Invalides

Parking : près des salons, rue de Constantine

RER C Invalides. Métro 8, 13 et 12. Bus 63

Maison de la chimie

28, rue Saint-Dominique

75007 PARIS

de 13 h 00 à 18 h 00. entrée 5 €.

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Foires et salons du livre | Commentaires fermés

Un libraire aux larges épaules

Posté par Serge Bénard le 14 novembre 2010

Xavier Garambois directeur d’Amazon france

Calme et sérénité : Xavier Garambois a les qualités pour diriger Amazon France. A ce poste très exposé, il y a beaucoup de coups à prendre : cet ancien banquier d’affaires connaissait les termes de l’accord en rejoignant les rangs de l’e-marchand en 2002. Contre les attaques répétées des libraires et des éditeurs, son meilleur rempart a toujours été le succès. Amazon.fr représente la moitié des ventes en ligne de livres dans l’Hexagone.

Gilles Fontaine


 

Publié dans Cyber-librairies, lib. numériques, ventes en ligne | Commentaires fermés

Courant d’ère. N’achetez pas le Goncourt !

Posté par Serge Bénard le 14 novembre 2010

Par Hervé Hamon

Mais non, ne vous trompez pas, je ne suis rongé par aucune jalousie d’auteur; je n’ai été piqué par aucune de ces vipères qui grouillotent entre Lipp et La Closerie des Lilas. Houellebecq est un écrivain considérable. Voilà, la chose est dite. Et ce n’est pas parce qu’un livre obtient un prix qu’il est mauvais, ni d’ailleurs le contraire. Mais, je vous en supplie, n’achetez pas le Goncourt.

Ou, plus exactement, ne l’achetez pas maintenant. Ne vous ruez pas sur les bandes rouges qui font émerger du lot, quelques oeuvres. Et surtout, surtout, tâchez d’avoir de l’imagination: à Noël, offrez un autre livre, d’autres livres. N’écoutez pas le joueur de flûte qui vous entraîne hors de la cité. Regardez autour de vous. Il y a le choix, c’est une chance, ne la laissez pas passer. Si vous voulez lire le Goncourt, je vous assure qu’il sera encore en librairie à Pâques, ou au mois de juin. Vous n’aurez aucune peine à vous le procurer, promis. Tandis que les autres se seront évanouis, seront repartis chez l’éditeur, et, pour beaucoup, voués au pilon. Savez-vous que la plupart des livres n’ont une vie que de trois semaines. Que certains même, sont remballés à peine déballés? C’est ceux-là qu’il faut attraper au vol. Vous me direz, il y a tellement de livres. Pour y voir plus clair, commencez par écarter les faux livres, les confessions de Rama Yade, ou de Ségolène Royal, les révélations de Rachida Dati, les mémoires de Michael Jackson, enfin du cousin de Michael Jackson, vous voyez ce que je veux dire. Apprenez ensuite à mépriser tout ce qui introduit de la quantité dans l’ordre de l’art où il ne devrait être question que de qualité, les coups du coeur, les trois ou cinq étoiles, le buzz, l’effet people. Rappelez-vous que Flaubert n’avait aucun succès, et sentez-vous libre de fouiller, fouiner, renifler, de la lire la quatrième de couverture, puis quelques pages. Soyez aussi exigeant pour les livres que vous l’êtes pour le poisson au marché. Ne vous laissez pas intimider. Vous faites confiance à votre libraire ? Parfait. Mais assurez-vous que c’est un libraire qui lit. Assurez-vous aussi qu’il est tolérant, ouvert, curieux, qu’il ne se prend pas pour un critique, qu’il s’efforce de vous ouvrir toute la palette des parutions. Ce libraire-là (souvent cette libraire-là), écoutez-le, écoutez-la. C’est un ami de la littérature, de la pensée, de l’essai. Il sait que toute littérature n’est pas fiction, que toute fiction n’est pas littérature. Et si votre libraire essaie de vous fourguer le Goncourt, changez de libraire.

Source :

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/commentaires/courant-d-ere-n-achetez-pas-le-goncourt-14-11-2010-1115180.php

Publié dans Librairies, libraires, Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes, Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

À quand les livres numériques québécois en bibliothèque ?

Posté par Serge Bénard le 14 novembre 2010

S’il existe un enjeu de taille dans l’univers du livre au Québec en ce moment, il s’agit sans conteste de la mise en disponibilité des œuvres québécoises dans les bibliothèques aux fins de consultation et de prêt. Les bibliothèques publiques sont habituées de traiter des contenus numériques. Elles gèrent depuis des années des abonnements à des bases de données, encyclopédies, dictionnaires et autres.Actuellement, on assiste à une diversification de cette offre de contenu numérique. De très académique, elle devient plus « grand public » et contient des romans et autres ouvrages littéraires. De même, les usagers des bibliothèques sont de plus en plus nombreux à demander l’accès à des contenus numériques de type littérature.

Avant d’aller plus loin, quelques chiffres…

En 2010, 29% du budget d’acquisition de Bibliothèque et Archives nationale du Québec (BanQ) est consacré à l’achat de contenu numérique. Malgré quelques recherches, il m’a été impossible de convertir ce pourcentage en dollars, mais il est permis de présumer qu’il s’agit d’une somme considérable.

Ce contenu est composé à 75% d’ouvrages en anglais et à 25% d’ouvrages en français. De ce 25%, un très maigre 4% est du contenu québécois.

Le contenu francophone, et québécois dans une plus grande mesure, est donc sous représenté dans l’offre de contenu numérique des bibliothèques au Québec. Pourtant, du contenu numérique québécois, il en existe de plus en plus (au moins 3 500 titres de littérature générale québécois sont disponibles dans l’Entrepôt numérique ANEL-De Marque). Cependant, il n’est toujours pas accessible pour les usagers des bibliothèques.

Lire la suite :

http://riomarti.blogspot.com/2010/11/quand-les-livres-numeriques-quebecois.html

 

Publié dans ebooks, livres numériques, livrels, etc., Francophonie, langue française | Commentaires fermés

Spécial flash – 14 h 47 – Jouve met en place un outil de conversion en ligne

Posté par Serge Bénard le 14 novembre 2010

Pour faciliter la vie des éditeurs qui souhaitent voir leurs oeuvres présentes et vendues sur l’iBookstore, le groupe Jouve vient de mettre en place un outil de conversion en ligne, « 100 % compatible avec les spécifications Apple ».

Publié dans Ardoises, tablettes, eReaders, lecteurs ebooks, liseuse, Flashes | Commentaires fermés

Jacques de Maleville et le Code Napoléon. Analyse des lois. Édition de 1807.

Posté par Serge Bénard le 14 novembre 2010

 

 

Jacques de Maleville et le Code Napoléon. Analyse des lois. Édition de 1807. dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables maleville%2B001


 

 

Le Code civil, de son petit nom Code Napoléon (c’est encore son nom officiel, même s’il n’est plus employé) est entré en vigueur le 21 mars 1804, tous les juristes savent cela. Il faudrait, en fait, parler de Code Bonaparte car ce n’est qu’en décembre de cette même année que le Premier Consul Bonaparte deviendra Napoléon Ier !



 

 

Les juristes du Code Napoléon ont un nom. Ils sont quatre, qui ont rédigé l’essentiel du Code Civil. Ils méritent d’être cités : Jacques de Maleville, François Denis Tronchet, Jean Étienne Marie Portalis et Félix Julien Jean Bigot de Préameneu. En ces temps de législation biodégradable, leur travail subsiste après deux siècles. Ce qui, en droit, équivaut à l’éternité…



 

 

maleville%2B008 dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables


 

 

Nous allons aujourd’hui nous intéresser au premier d’entre eux.



 

 

Jacques de Maleville, né en 1741 à Domme, où il est mort en 1824, est un jurisconsulte et homme politique français. Avocat à Bordeaux en 1789, il devient en 1790 président du directoire de la Dordogne puis juge au Tribunal de Cassation en 1791. Il est membre du Conseil des Anciens de 1795 à 1799, fut rappelé au Tribunal de Cassation en 1800 et en préside la section civile à la place de Tronchet en 1801.



 

 

Avec ce dernier, Portalis et Bigot de Préameneu, il participe à l’élaboration du Code Civil mais combattit de toutes ses forces les idées du divorce et de l’adoption. Il fut fait membre de la légion d’honneur en 1803 et président de la Cour de Cassation l’année suivante. Sénateur en 1806, comte de l’Empire en 1808, baron de l’Empire en 1810, c’est donc tout naturellement qu’il trahit l’empereur en 1814 en votant sa déchéance…


Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables | Commentaires fermés

Sélection du Premier Prix Littéraire Jean Jacques Rousseau

Posté par Serge Bénard le 14 novembre 2010

 

L’écrivain Didier Daeninckx sera le parrain du premier Prix Jean-Jacques ROUSSEAU de Montmorency. La cérémonie de remise du Prix se fera le samedi 4 décembre 2010 à 11H au Musée JJ Rousseau à Montmorency (95).La sélection :




Rémi Viallet 
L’herbe sous les pieds
 
Quespire

Maurice Gouiran 
Franco est mort jeudi
 
Jigal

Stéphanie Janicot 
Que tous nous veuille absoudre
 
Albn Michel







Fabrice Humbert 
La fortune de Sila
 
Le Passage

Martina Chyba 
Helvetic Park : Une (pré)histoire de couple
 
Favre

Stéphane Beau 
Le coffret
 
Ed. du Petit Pavé




 



Pascal Dessaint 
Les derniers jours d’un homme
 
Rivages

André Bonmort 
Appel au possible
 
Sulliver

Alain Gluckstein 
La Muette après le passage de l’oublieur
 
Folies d’encre





 

Publié dans Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

12
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar