Accueil Numérique ebooks, livres numériques, livrels, etc. Negroponte : “Le livre est mort. Dans 5 ans, il aura disparu.”

Negroponte : “Le livre est mort. Dans 5 ans, il aura disparu.”

Commentaires fermés
0
9

Par Clément Monjou

Durant l’été, lors de la conférence Techonomy, Nicholas Negroponte avait lancé une phrase peu anodine qui a agité le milieu de l’édition aux Etats-Unis : “L’objet livre est mort. Dans 5 ans, il aura disparu.”. En France, sans que nous en ayons été étonnés, les relais ont manqué. Cependant, l’initiateur du projet OLPC persiste et signe dans un interview accordé il y a quelques semaines à la chaîne CNN.

Le fondateur du Media Lab réitère avec assurance. Et son affirmation (qui bousculera sûrement certains éditeurs) pose la question de son fondement. À partir de quel constat Nicholas Negroponte peut-il établir que le livre papier n’a plus d’avenir ? La réponse est simple : l’expérience OLPC. En effet, depuis 2007, la fondation créée par Nicholas Negroponte distribue le fameux ordinateur XO aux enfants des pays émergents. D’ici la fin de l’année, 3 millions d’exemplaires de ces appareils auront été distribués.

Sur chacune de ses machines sont préchargés une bonne centaine d’ouvrages, qui peuvent différer de machine en machine. Ces bibliothèques numériques peuvent communiquer entre elles, grâce à des fonctionnalités de partage. Les enfants peuvent aussi prendre des notes sur les ouvrages et les rendre accessibles à leurs camarades. Ainsi, un déploiement de XO va créer ex nihilo une bibliothèque numérique et ouverte que les enfants pourront facilement s’approprier.

Car l’enjeu est bien là : il faut faire lire. Chaque XO est attribué à un enfant qui pourra repartir chez lui avec l’appareil, déplaçant ainsi sa bibliothèque, la partageant à volonté. Face à de tels arguments, le livre papier n’a pas grand-chose pour lui. Généralement attaché à un lieu, la bibliothèque, l’enfant ne le possède pas et ne peut que l’emprunter. Ainsi, les externalités sont réduites, les chances de s’approprier le texte sont moindres. Les coûts d’installation et d’entretien d’une collection d’ouvrages papier sont aussi bien plus élevés que son pendant numérique.

D’après les conclusions d’un récent rapport sur l’utilisation du XO en Afghanistan, le coût de la mise en place et de l’entretien d’une bibliothèque pour seulement 3 ans équivaut à déployer des contenus interactifs (avec des mises à jour assurées) accessibles par un lectorat d’une même taille. Vendu 180$ et avec une durée de vie supérieure à 5 ans, le XO apparaît comme étant un support de lecture plus durable que le livre papier.

Lire la suite :

http://www.ebouquin.fr/2010/11/08/negroponte-le-livre-est-mort-dans-5-ans-il-aura-disparu/

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans ebooks, livres numériques, livrels, etc.
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

SOMMAIRE DU 26 MAI

    États-Unis – Des zombies pour sauver les bibliothèques Les Requins Marteaux, la …