Accueil Librairies, libraires Achères (78) : les clients volent à la rescousse de leur librairie

Achères (78) : les clients volent à la rescousse de leur librairie

Commentaires fermés
0
11

Par Lotfi Hammoumraoui

Voilà trois ans que la librairie « Neverland » s’est installée en centre ville d’Achères. Et quand celle-ci envisage de mettre la clef sous la porte pour des soucis financiers, ses clients n’hésitent pas à lui apporter soutien moral et pécuniaire.

En 2007, quand Mélanie Le Saux-Glaymann ouvre sa librairie marquée du sceau de Peter Pan « Neverland », le centre ville achérois s’enorgueillit de posséder un nouveau commerce autre qu’une banque, assurance ou agence immobilière. La commune qui compte 20000 habitants se dote également, au passage, d’une librairie.

Une librairie qui marche

Mélanie Le Saux-Glaymann dévore une dizaine de livre par semaine afin de conseiller et de discuter avec sa clientèle de passionnés

Mais malgré l’offre culturelle riche de la ville qui compte un cinéma d’art et d’essai, une grande bibliothèque et une salle de concert, Mélanie ne fut pourtant pas si optimiste que cela : «  J’ai voulu créer cette libraire car l’idée m’a parue intéressante. Cependant, on sait très bien que les gens lisent moins et que la concurrence des grandes surfaces fait beaucoup de mal aux petits commerces. C’est pourquoi je me disais que cela allait être difficile. Pas impossible mais difficile ».

Pourtant, ses pronostics sont déjoués. En deux ans, la librairie triple ses recettes « j’ai été la première surprise » avoue-t-elle modestement. Petit à petit, une clientèle se fidélise à l’enseigne et bientôt le stock de livre gonfle pour faire face à la demande accrue.

Trou de trésorerie et agios bancaires

Cependant, avec les banques, faire des bénéfices c’est bien mais sans avoir de trous de trésorerie, ce serait mieux. Mélanie accuse un retard de paiement de 5000 euros : «  Je travaille beaucoup avec les collectivités locales, publiques et l’Etat et je dois avouer que ce ne sont pas ceux qui paient le plus rapidement. Du coup, même si l’argent arrivait, c’était en retard et cela n’a pas plus à mon banquier. C’est là que les choses se sont mises à aller mal ».

Un trou de trésorerie de 5000 euros compromet l’avenir de la librairie

Les découverts traînent et les agios gonflent. Ceux-là contribue nettement à nourrir le retard de trésorerie de la libraire : «  Cet été a été très difficile pour moi car malgré un chiffre d’affaire en hausse. Mon banquier m’assurait que tout allait pour le pire et me sommait de mettre la clef sous la porte. Je ne me suis pas senti soutenue. Démoralisée, fatiguée, même dégoûtée j’ai fini par baisser les bras. »

A la rentrée 2010, Mélanie décidait donc de mettre la clef sous la porte. C’était sans compter sur le soutien de ses clients.

Lire la suite :

http://www.mediaseine.fr/Acheres-les-clients-volent-a-la-02167

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Librairies, libraires
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Le club de lecture évoque l’écrivain Jean Christophe Rufin – Quessoy (22)

lundi 24 octobre 2011 Le club de lecture s’est réuni vendredi 21 octobre dans la nou…