• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 6 novembre 2010

Spécial flash – 19 h 30 – Librairie Ancienne du Vivarais

Posté par Serge Bénard le 6 novembre 2010

Mise à jour du catalogue de la Librairie Ancienne du Vivarais, parmi les nouveautés :
les « Lettres apologétiques du clergé catholique du diocèse de Viviers à M. Charles Lafond-de-Savine, évèque assermenté, abdicadaire », 1800 (en nouveautés régionalisme Ardèche) et les « Etrennes du Parnasse et les Mélanges de littérature françoise et étrangère, avec plusieurs manuscrits trouvés à la Bastille [...] dans lesquels est celui du Masque de Fer », Paris, 1791.http://www.galaxidion.com/home/index.php

Publié dans Flashes, Librairies, libraires | Commentaires fermés

Choix du jour de libraires à Vienne et Grignan

Posté par Serge Bénard le 6 novembre 2010

couverturedulivreresplandy.jpeg

Resplandy

Yves Bichet

Genre : Romans et nouvelles – français

Seuil, Paris, France

Collection : Cadre rouge

17.00 €

ISBN : 9782021022254

GENCOD : 9782021022254

Sortie le : 16/08/2010

Choix de Michel Bazin de la librairie Lucioles à Vienne (38)

Avec son dernier roman, Resplandy, Yves Bichet confirme l’intérêt qu’il avait déjà manifesté dans Le Porteur d’ombre pour ces héros du quotidien que nous sommes parfois. Ici Bertrand, professeur de dessin dans un collège du nord de Paris, voit sa vie bouleversée, le jour de la mort de son père, par la rencontre de l’énigmatique Resplandy, plus âgée que lui de dix ans, et qui, sitôt croisée dans une chambre d’hôtel, disparaît.

Ce roman, en même temps qu’il intrigue – la scène initiale où l’héroïne mélange les cendres de sa propre mère à celle du père de Bertrand constitue une véritable page d’anthologie – dévoile un aspect de la conscience masculine peu exploré : sa fragilité. Faiblesse de cet homme face aux aléas du destin : mort de son père, départ de son épouse. Faiblesse surtout vis-à-vis des femmes qui l’entourent, mystérieuses et magnifiques comme Agathe, sa compagne, et Benti l’amie algérienne. Ou encore horripilantes et touchantes comme sa mère. Ces figures féminines hautes en couleur, attachantes, soulignent en négatif l’égarement du héros et donnent un puissant relief à l’exploration de l’intime, de la sensation et du corps à laquelle se livre l’auteur, fidèle en ce sens à ses autres romans. Cette évocation tout en finesse de la chair donnent lieu à des pages étrangement pudiques en même temps que très sensuelles.

Bertrand va fouiller dans le passé de son père et y découvrir le lien qu’il entretint jadis avec des évènements méconnus de la guerre d’Algérie. La narration prend alors une autre ampleur, le rapport des personnages se complexifie, leur donnant une dimension non seulement historique mais politique, sans que pour autant passe au second plan le côté plus charnel et vertigineux du récit.

Yves Bichet confirme ici sa singularité et nous offre un livre fort.

La librairie Lucioles lui avait décerné en 2002 son Prix Lucioles pour « La Femme Dieu ».

Choix de Chantal Bonnemaison de la librairie Colophon à Grignan (26)

Cinq ans que nous attendions le nouveau roman d’Yves Bichet.

Nous entrons dans la vie de Bertrand, le suivons dans son quotidien, entre travail – il est professeur d’arts plastiques – et vie de famille – Agathe, ses deux enfants, Marion et Théo-.

Mais Yves Bichet a l’art de décaler légèrement la réalité ; il campe une situation, qui à première vue paraît complètement anodine, mais du fait de ce léger décalage, donne une autre dimension, une autre profondeur au récit.

Par quel extraordinaire hasard, Bertrand, qui vient de perdre son père, se retrouve face à Resplendy, une urne funéraire également à la main ?

Et alors affleure une autre histoire, celle d’un fils en quête de la mémoire de son père, de son passé méconnu, du secret qu’il a dissimulé toute sa vie.

Et nous voilà projetés au début de la guerre d’Algérie.

C’est une histoire d’hommes, de femmes, d’amitiés, d’amours, de quêtes, de questionnements, d’erreurs, de doutes, de recherches d’identités, somme toute de la vie qui s’enroule et se déroul

Publié dans Choix des libraires | Commentaires fermés

Le Kobo 2 prêt à envahir l’Australie

Posté par Serge Bénard le 6 novembre 2010

L’Australie a longtemps été le cadet des soucis des géants du monde de l’ebook. Ce n’est plus le cas, et Borders, premier sur le continent, ne veut pas céder la place. Borders, ainsi que Angus et Robertson, devraient être capables de mettre le Kobo 2 en vente d’ici Noël. Le lecteur numérique de Borders seconde génération apporte une modification notable par rapport à son ancêtre : la WiFi, qui permettra au lecteur de télécharger depuis son Kobo, à l’instar des Kindle et compagnie.
Et ce depuis la librairie REDgroup, en partenariat avec Kobo depuis mai. Un partenariat bénéfique, puisque la firme annonce avoir depuis lors vendu 100000 ebooks et 20000 Kobo. Il faut dire que lors de la sortie du Kobo premier du nom en Australie, en mai dernier, les autochtones n’eurent pas l’embarras du choix, vu la pauvreté de l’offre des concurrents.
Apple s’est depuis repris en main, et a tenté une conquête du pays des kangourous. La firme de Steve Jobs a ainsi annoncé récemment un accord entre l’iBookstore Australie et certaines des plus grandes maisons d’édition. Borders peut se vanter d’avoir un partenaire réactif, REDgroup vient ainsi de faire signer Macmillian et Hachette Australie.
Le groupe peut aussi se targuer d’être disponible sur l’iPad ou l’iPhone,e mais aussi sur PC et Mac, ce qu’Apple ne propose pas. En outre, la venue de Samsung et de son Galaxy Tab en Australie renforce encore un peu plus la domination du Kobo. L’appareil n’ayant pas de librairie affiliée dans le pays, il fera passer ses utilisateurs par le Kobo store.

Source :

http://www.rue-des-livres.com/actus/

Publié dans Ardoises, tablettes, eReaders, lecteurs ebooks, liseuse | Commentaires fermés

À livre ouvert : Les dix commandements du livre

Posté par Serge Bénard le 6 novembre 2010

Par Mohamed Bentaleb

Le 15ème salon international du livre ferme ses portes sur un goût d’inachevé. Un dernier rush des étudiants et écoliers est venu sanctionner cette très grande manifestation livresque. Ce flux est dû aux réductions substantielles accordées par certaines maisons d’édition atteignant les 70%. Un nombre important de visiteurs à la recherche du livre scientifique a envahi les stands à la recherche de nouveautés. Selon certains, une prolongation du salon est souhaitable pour permettre à tout le monde d’accéder à son livre préféré. Il serait donc injuste d’éteindre les lampions sans tendre la perche aux retardataires venus des quatre coins du pays pour trouver la très précieuse documentation qui manque tant dans les bibliothèques universitaires ou privées. En ce tout dernier jour du salon, les maisons d’éditions ont joué le jeu dans cette grande opération de marketing sur le produit de consommation scientifique et culturel. Le festival vaut la chandelle, puisque les lecteurs sont avisés que le livre est entré dans l’étude du marché pour jauger les capacités intellectuelles de la société. Ça sera en somme un indice de développement pour le pays. Outre les maisons d’édition nationales, le SILA regroupe 210 éditeurs venus de pays arabes, 110 autres d’Europe et d’Amérique (Etats-Unis et Argentine) et d’autres encore de Turquie et d’Inde. Toute ces grands partenaires du savoir affichent déjà le sentiment d’avoir affaire à un marché du livre qui prend pied sous le chapiteau de la coupole. Ce 15ème salon marque la réhabilitation du livre pour le placer dans un contexte de consommation intellectuelle. Il fera désormais partie d’un environnement social économique et culturel. C’est dans la perspective des nouvelles technologies que le livre refait surface pour interpeller les sociétés sur la nécessité de la lecture et le savoir. Il nous revient des fonds des âges pour rouvrir la parenthèse sur les dix commandements. Dans cet élan de renaissance, le coup de starter est donné pour la grande compétition de la lecture.

Source :

http://www.horizons-dz.com/culture/15372.html

Publié dans Economie du livre, Foires et salons du livre | Commentaires fermés

Spécial flash – 16 h 35 – Lanzmann prix « Welt-Literatur Preis 2010″

Posté par Serge Bénard le 6 novembre 2010

L’écrivain et cinéaste français Claude Lanzmann a reçu pour son oeuvre, vendredi à Berlin, le prestigieux prix littéraire « Welt-Literatur Preis 2010″ décerné par le quotidien Die Welt.

Publié dans Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

Me Wade propose une commission de réflexion pour la promotion de la lecture au Sénégal

Posté par Serge Bénard le 6 novembre 2010

Le lancement de la 18e édition de la Journée internationale de l’écrivain africain a servi de tribune pour le Président de la République, Me Abdoulaye Wade, pour proposer la mise en place d’une commission de réflexion pour la promotion de la lecture. Parce que justement, il se trouve que les livres et autres romans sont rarement ouverts pour lecture. «Je suis vraiment préoccupé par le fait que les Sénégalais, en général, ne lisent pas. Quand j’allais dans certains pays, il arrive que des jeunes m’interpellent et me disent : vous avez ceci, c’est intéressant. Vous avez cela», a dit Me Wade qui se demande pourquoi les Sénégalais n’en font pas de même, bien que la production soit de qualité, ils ne lisent pas comme ils devraient». C’est dans ce sens qu’il croit profondément qu’une réflexion autour de cette problématique de la lecture s’impose. Et pour y arriver, Me Wade propose une commission qui va essayer de voir comment amener les jeunes à lire.

Lire la suite :

http://www.lemessagersn.info/Pour-pousser-les-Senegalais-a-bouquiner-Me-Wade-propose-une-commission-de-reflexion-pour-la-promotion-de-la-lecture_a6768.html

Publié dans Promotion du livre et de la lecture, dons de livres | Commentaires fermés

Cheddadi reçoit le Prix Ibn Khaldoun

Posté par Serge Bénard le 6 novembre 2010

Le chercheur a traduit de l’arabe vers le français l’autobiographie de l’historien.

Le Prix de la traduction Ibn Khaldoun-Senghor 2010 a été décerné à Abdesselam Cheddadi, professeur-chercheur à l’Institut de la recherche scientifique de l’Université Mohammed V de Rabat, pour sa traduction de l’arabe vers le français de l’autobiographie d’Ibn Khaldoun. Le lauréat recevra son prix des mains du secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Abdou Diouf et du directeur général de l’Organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences (ALECSO), Mohamed-El Aziz Ben Achour, le 9 novembre, à la Bibliothèque nationale de Rabat.

Lire la suite :

http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=115&id=141460

Publié dans Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

102ème anniversaire de la naissance de Françoise Dolto

Posté par Serge Bénard le 6 novembre 2010

imgres1.jpeg

Françoise Dolto (6 novembre 1908 – 25 août 1988), fut pédiatre et psychanalyste. Elle s’est largement consacrée à la psychanalyse de l’enfance dont elle est une des pionnières.

Œuvres

Psychanalyse et pédiatrie (le texte publié de sa thèse de médecine) éd. du Seuil (1971)

Le Cas Dominique, éd. du Seuil (1971)

l’Évangile au risque de la psychanalyse, éd. Jean-Pierre Délarge (1977) (Françoise Dolto, interpellée par Gérard Séverin, philosophe, théologien, psychanalyste)

Au jeu du désir, éd. du Seuil (1981)

Séminaire de psychanalyse d’enfants (avec la collaboration de Louis Caldaguès), Éditions du Seuil, Paris, 1982, (ISBN 2-02-006274-7)

Sexualité féminine, éd. Scarabée/A. M. Métailié (1982)

L’image inconsciente du corps, éd du Seuil (1984)

Séminaire de psychaalyse d’enfants (avec la collaboration de Jean-François de Sauverzac), Éditions du Seuil, Paris,1985, (ISBN 2-02-008980-7)

Solitude, éd. Vertiges, Paris,(1985), (ISBN 2-86896-026-X)

La Cause des enfants, éd. Robert Laffont, Paris (1985), (ISBN 2-221-04285-9)

Enfances, Paris (1986)

Libido féminine, éd. Carrère, Paris (1987)

L’Enfant du miroir (avec Juan David Nasio), Editions Rivages, Paris,1987, (ISBN 2-86930-056-5)

La cause des adolescents, éd. Robert Laffont (1988)

Quand les parents se séparent (avec la collaboration de Inès de Angelino), Éditions du Seuil, Paris,1988,(ISBN 2-02-010298-6)

L’Échec scolaire, éd. Vertiges du Nord (1989)

Autoportrait d’une psychanalyste, éd. du Seuil, Paris (1989)

Paroles pour adolescents ou le complexe du Homard, éd. Hatier (1989)

Lorsque l’enfant paraît, éd. du Seuil, Paris (1990)

Les étapes majeures de l’enfance, éd. Gallimard (1994)

Les chemins de l’éducation, éd. Gallimard (1994)

La Difficulté de vivre, éd. Gallimard, Paris (1995)

Tout est langage, éd. Gallimard, Paris (1994)

Le sentiment de soi : aux sources de l’image et du corps, éd. Gallimard (1997)

Le féminin, éd. Gallimard (1998)

La vague et l’océan : séminaire sur les pulsions de mort (1970-1971), éd. Gallimard (2003)

 

Lettres de jeunesse : correspondance, 1913-1938, éd. Gallimard ; rev. et augm. (2003) (ISBN 2-07-073261-4)

Une vie de correspondances : 1938-1988, éd. Gallimard (2005) (ISBN 2-07-074256-3)

Une psychanalyste dans la cité. L’aventure de la Maison verte, éd. Gallimard (2009) (ISBN 978-2-07-012257-8)

Source : Wikipédia

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations | Commentaires fermés

69ème anniversaire de la mort de Maurice Leblanc.

Posté par Serge Bénard le 6 novembre 2010

mauriceleblanc.jpeg

Maurice Leblanc est né le 11 novembre 1864 à Rouen. Il est mort le 6 novembre 1941 à Perpignan. Auteur de nombreux romans policiers et d’aventures, il est créateur du célèbre personnage d’Arsène Lupin, le gentleman-cambrioleur.

Œuvres

Liste non exhaustive, comprenant aussi bien des œuvres de la série Arsène Lupin que d’autres sans rapport. La série Arsène Lupin compte 27 romans et recueils de nouvelles, ainsi que deux pièces de théâtre, tous publiés de 1907 à 1937. Voir Arsène Lupin pour la liste détaillée.

1893 : Une femme

1897 : Armelle et Claude

1898 : Voici des ailes

1899 : Les Lèvres jointes

1901 : L’Enthousiasme

1901 : Un vilain couple

1904 : Gueule rouge

1904 : 80 chevaux

1906 : La Pitié, pièce de théâtre

1908 : Arsène Lupin contre Herlock Sholmès

1909 : L’Aiguille creuse

1911 : La Frontière

1911 : L’Écharpe de soie rouge

1916 : L’éclat d’obus

1919 : L’Île aux trente cercueils

1920 : La Robe d’écaille rose

1921 : Le Formidable Événement

1920 : Les Trois Yeux

1922 : Le Cercle rouge

1923 : Dorothée, danseuse de corde

1924 : La Comtesse de Cagliostro

1925 : La Vie extravagante de Balthazar

1927 : La Demoiselle aux yeux verts

1929 : La Demeure mystérieuse

1930 : Le Prince de Jéricho

1931 : La Barre-y-va

1932 : Les Clefs mystérieuses

1932 : La Forêt des aventures

1934 : Le Chapelet rouge

1934 : L’Image de la femme nue

1935 : La Cagliostro se venge

1935 : Le Scandale du gazon bleu

1932 : De minuit à sept heures

1939 : Les Milliards d’Arsène Lupin.

Source : Wikipédia

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations | Commentaires fermés

Esquelbecq (59) – Étude sur le Village du Livre : des pistes pour se développer, mais avec quels financements ?

Posté par Serge Bénard le 6 novembre 2010

À quoi pourrait ressembler le Village du Livre dans dix ans, et comment mettre en oeuvre l’ambition d’attirer plus d’échoppes et de visiteurs  ? C’est, en clair, la question que posait l’étude demandée et financée en grande partie par le conseil régional, dont les conclusions ont été récemment rendues. L’étude propose de se spécialiser davantage dans les animations et les ateliers jeune public.

Par Estelle Jolivet

L’étude, confiée à un cabinet de conseil marketing, identifie plusieurs axes de développement. Le premier d’entre eux : affirmer l’originalité du Village du Livre esquelbecquois. « Cela consisterait à mettre en avant notre identité flamande, synonyme de convivialité et de patrimoine typique, en lien avec le récent label « Village patrimoine », détaille Évelyne Valois, la présidente de l’association EVL. Esquelbecq est aussi invité à se différencier des autres villages du livre en séduisant davantage les enfants et les familles, par exemple à travers des stages de reliure ou de calligraphie (comme cela est d’ailleurs prévu en 2011), et un programme d’animations autour du plaisir de la lecture.

Deuxième axe : travailler les déambulations piétonnes, pour les rendre « fonctionnelles, sûres, agréables et intéressantes ». Les visiteurs seraient invités à se garer sur le parking de la Chesnaie, où un panneau d’information et une signalétique ludique leur indiqueraient le chemin de la place Bergerot. Troisième axe : créer un lieu d’accueil, qui serait aussi le siège de l’association, où EVL pourrait accueillir des expos et les groupes.

Lire la suite :

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Dunkerque/actualite/Autour_de_Dunkerque/Littoral_Flandre/2010/11/05/article_etude-sur-le-village-du-livre-des-pistes.shtml

Publié dans Cités, villes et villages du livre ou de la littérature | Commentaires fermés

123
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar