Accueil Foires et salons du livre Alger – Les visiteurs du Salon «frustrés» par les prix

Alger – Les visiteurs du Salon «frustrés» par les prix

Commentaires fermés
0
38

Les livres sont souvent chers ou introuvables

Sous le grand chapiteau installé près du stade du 5 Juillet, les visiteurs sont nombreux à flâner  dans les allées du Salon international du livre d’Alger.

 Même si les ouvrages exposés lors de cette édition ont été exonérés de taxes, l’enthousiasme et la curiosité des visiteurs  est vite rattrapée par la réalité des prix. Le stand de la Suisse, invitée d’honneur de cette 15e édition, permet de dénicher quelques pépites de la littérature helvétique ainsi que des ouvrages portant sur des questions aussi pointues telles que l’urbanisme, l’exégèse des religions ou l’amiante.

Il y a deux ans, les autorités algériennes avaient séquestré des livres de la sélection suisse qu’elles jugeaient «non-conformes». Jean Richard, directeur des éditions d’En bas, ainsi que des autres éditeurs avaient alors décidé de boycotter le Salon. Cette année, les autorités algériennes semblent avoir rangé leurs ciseaux, mais l’éditeur craint encore que les ouvrages traitant des questions de la religion et de l’islamisme ne soient mis sous le boisseau.

Le Salon du livre reste, pour notre interlocuteur, «une occasion unique pour la Suisse de faire connaître ses auteurs et éditeurs».

Pour Jean Richard, il y a, en Algérie, «un public curieux, intéressé, mais frustré». Aussi, a-t-il décidé cette année de revoir les tarifs pour permettre au plus grand nombre de s’ouvrir sur la culture helvétique.

«J’ai voulu que les prix soient accessibles pour le public algérien. Je suis déjà venu en 2008 et j’ai vu à quel point les gens étaient frustrés de ne pas pouvoir s’offrir les livres dont ils avaient envie», explique-t-il. Les livres vendus à 20 euros en Suisse sont cédés à 1100 DA à Alger.

Jean Richard est l’un des initiateurs du «livre équitable» permettant aux pays du tiers monde d’accéder à la culture et au savoir. L’alliance des éditeurs indépendants travaille à rendre le livre accessible à tous, en réalisant des coéditions «Nord-Sud».

Les éditions Barzakh se sont lancées dans l’aventure avec la publication, entre autres titres, de  Kaveena du Dakarois Boubacar Boris Diop. Le roman est disponible à 400 DA au Salon du livre.

Le représentant des éditeurs suisses au Salon d’Alger, Jean Richard, dit avoir observé que les livres — notamment scientifiques — ont 10 à 20 lecteurs dans les pays africains alors qu’il n’en ont qu’un seul en Occident. Et d’asséner, provocant : «Si j’étais vous, j’aurais recours au piratage dans la mesure où on rend le livre inaccessible».

Parmi les 800 titres proposés par les éditeurs suisses, les visiteurs peuvent se laisser surprendre par certains ouvrages, à l’exemple d’un livre retraçant le parcours d’Henri Cornaz (1920-2008), imprimeur, éditeur, militant politique, dans lequel figurent quelques extraits du journal Résistance algérienne de l’année 1957.

Il est également possible de plonger, pour 1540 DA, dans l’univers de Christian Leconte, journaliste et romancier, et de son roman L’interdite d’Alger. Un livre qui, selon la description de son éditeur, est «illuminé par un soleil âpre et doux d’une Algérie livrée à ses démons et bercée par le spleen».

Lire la suite :

http://www.elwatan.com/actualite/les-visiteurs-du-salon-frustres-par-les-prix-30-10-2010-96798_109.php

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Foires et salons du livre
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Albert Uderzo donne Astérix à la BnF, sans gauloiseries

Mais un événement prochain à prévoir autour de ce don  Rédigé par Cecile Mazin, le mercred…