Accueil Festivals, galas, spectacles, expositions, musées 3 novembre 2010 au 6 février 2011 – Exposition Louise Bourgeois : Moi, Eugénie Grandet…

3 novembre 2010 au 6 février 2011 – Exposition Louise Bourgeois : Moi, Eugénie Grandet…

Commentaires fermés
0
4

 Exposition à la Maison de Balzac (75) du 3 novembre 2010 au 6 février 2011, 47, rue Raynouard, 75016 Paris

Louise Bourgeois, artiste essentielle de la scène contemporaine, a souhaité présenter dans l’intimité de la Maison de Balzac une exposition dédiée à Eugénie Grandet. Entièrement fondée sur la mémoire et les « motivations enfantines », l’œuvre de Louise Bourgeois est autobiographique. Au service de l’inconscient, son art cathartique renvoie aux relations mère – enfant ou père – enfant.
Eugénie Grandet, célèbre dès sa publication en 1833, met en scène le père Grandet, vigneron d’une avarice instinctive, sa femme, que l’insensibilité de son mari écrase et finit par tuer, et sa fille Eugénie, douce, bonne et aimante qui, déçue dans ses sentiments, se referme sur elle-même et devient une vieille fille charitable mais amère. Le roman de Balzac traite donc de la famille, de l’adolescence, de la douleur et de la solitude : autant de thèmes que Louise Bourgeois, se disant non pas féministe mais « s’occupant du féminin », a exploré sans relâche depuis ses premières peintures, à la fin des années 30. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’Eugénie Grandet soit un personnage central dans la genèse de l’œuvre de Louise Bourgeois qui y voit « le prototype de la femme qui ne s’est pas réalisée. Elle est dans l’impossibilité de s’épanouir. Ce personnage de Balzac est la prisonnière de son père qui avait besoin d’une bonne. Son destin est celui d’une femme qui n’a jamais l’occasion d’être une femme… « . 
Revenant à la broderie, technique féminine par excellence mais surtout mode de création lié au souvenir de sa mère tisserande, Louise Bourgeois nous livre plusieurs séries d’œuvres qui évoquent le temps qui passe, les occupations inutiles, le flétrissement, la solitude. Une incroyable poésie – non dépourvue d’humour – se dégage de cet art de l’intime, du secret, chez une artiste qui ne travaille que dans l’isolement. Cette exposition marque ainsi la rencontre de deux très grands artistes qui, bien qu’éloignés dans le temps et l’espace, se rejoignent par leur puissance d’analyse, leur lucidité et leurs efforts pour identifier les ressorts les plus profonds et les plus secrets de l’âme humaine.



Commissariat scientifique 
Wendy Williams et Yves Gagneux.



Tarifs :
Plein tarif : 4€ / Tarif réduit : 3€ / Demi-tarif : 2€
Gratuité pour les moins de 13 ans 
Ouvert du mardi au dimanche sauf jours fériés.

Source :

http://www.litterature-lieux.com/actualites/index.asp?View=1397#F1397

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
  • Supervielle, poète de la Pampa

    Du jeudi 8 décembre 2011 au jeudi 19 janvier 2012 de 10h00 à 20h00 Photographies et docume…
  • Librairie éphémère

    Mardi 13 Décembre > Jeudi 05 Janvier 2011 Initiative des éditions Passages piétons et d…
  • Les histoires de Babar

    Depuis 80 ans, Babar, est certainement l’un des héros de la littérature jeunesse les plus …
Charger d'autres écrits dans Festivals, galas, spectacles, expositions, musées
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Dix livres fétiches : Sébastien Veilleux

19 août 2011  par Sébastien Veilleux Lorsque j’ai dû m’asseoir pour réfléchir aux dix livr…