Francfort au présent de l’indicatif

Posté par Serge Bénard le 9 octobre 2010

Présent de l’indicatif

Par Virginie Clayssen

 

Ce qui m’a le plus frappée à Francfort, aussi bien au TOC que dans les allées de la foire, c’est une basculement très net dans les thématiques abordées par tous ceux qui s’intéressent au numérique. L’an dernier encore pas mal de conférences, ateliers, présentations se conjugaient au futur : Le futur du livre, le futur de l’édition, la lecture demain … Cette année, c’est bien différent. On parle de numérique au présent. Finies les envolées lyriques qui commençaient à Gutenberg et se terminaient «  in the Cloud.  » Cela ne signifie pas du tout qu’un mutation complète s’est accomplie en l’espace d’un an. Cela signifie que cette mutation est désormais en œuvre, de manière très concrète, et les professionnels du monde de l’édition ont aujourd’hui le souhait d’échanger non plus sur ce qu’il faudrait faire, ou sur ce qu’ils vont devoir faire, mais bien sur ce qu’ils sont en train de faire. Cela ne signifie pas non plus que le marché du livre numérique, et les usages autour desquels se marché se construit, est déjà significatif dans toutes les parties du monde. En Europe, qu’il s’agisse de la France, du Royaume Uni, de l’Allemagne, de l’Italie, de l’Espagne, le marché demeure embryonnaire, et c’est seulement aux États-Unis, et selon des modalités différentes au  Japon et en Chine, qu’il atteint aujourd’hui une taille qui commence à être significative. Dans d’autres parties du monde, comme en Amérique Latine, comme l’a souligné Pablo Arrieta lors de son intervention au TOC, l’offre en langue locale est encore totalement inexistante.

Lire la suite :

http://www.archicampus.net/wordpress/?p=813

 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar