• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 9 octobre 2010

La télé n’aime pas les écrivains

Posté par Serge Bénard le 9 octobre 2010

Il paraît que la télévision n’aime pas les écrivains. C’est en tout cas ce qu’il ressort du livre L’écrivain sacrifié : vie et mort de l’émission littéraire écrit par Patrick Tudoret romancier, critique et chercheur en sciences de l’information et de la communication. Le livre, coédité par Le Bord de l’Eau et l’INA, a été récompensé par le grand prix de la critique en 2009.

Dans cette interview vidéo (réalisée par Dominique-Emmanuel Blanchard), Patrick Tudoret dénonce : « L’émission littéraire, un passage obligé pour l’écrivain, icône cathodique dont les performances audiovisuelles comptent plus que la qualité littéraire de son œuvre ».

http://www.dailymotion.com/video/x80r6t

Publié dans Radio/Télé - Voir et/ou entendre | Commentaires fermés

Choix du jour de libraires à Épinal (88)

Posté par Serge Bénard le 9 octobre 2010

 couverturedulivreunautremonde.jpeg

Un autre monde

Barbara Kingsolver

Traducteur : Martine Aubert

Genre : Romans et nouvelles – étranger

Editeur : Rivages, Paris, France

24.50 €

ISBN : 978-2-7436-2123-0

GENCOD : 9782743621230

Sortie le : 25/08/2010

 Choix de Claire Strohm et Robert Roth de la librairie Au moulin des lettres à Épinal (88)

Ce roman de Barbara Kingsolver, qui a obtenu aux États-Unis le prestigieux Orange prize 2010, est une merveilleuse réussite : intelligent, subtile, sensible. Il retrace le destin mouvementé d’un américano-mexicain dont la route, croisant successivement celle de Frida Kahlo, de Diego Rivera, puis de Trotsky en exil, conduira dans les griffes d’une Amérique monstrueuse : celle du Maccarthysme.

Mais cet ouvrage-là est bien autre chose qu’un roman bâti sur une toile historique. C’est aussi un roman initiatique fort émouvant, émaillé de portraits attachants, riches de parfums et de saveurs. En outre le récit porte en filigrane, de manière très subtile, une réflexion sur la dualité des êtres, de même que sur les oppositions (Nord/Sud ; Est-Ouest ; passé/présent). Il est aussi et surtout un témoignage passionnant sur l’acte de création, son inscription dans le temps et son incomparable fragilité.

Extraits :

« La terre aux odeurs de fumée et d’orage rappelle à elle toute chose : s’étendre et se soumettre à la désintégration silencieuse vers le berceau des origines. C’est ainsi que nous célébrons le jour des Morts en Amérique : en relevant nos cols pour nous garder de l’odeur des vers de terre qui nous ramène à notre condition.

 

« Il ne sourit pas. « Je suis un vieil homme, j’ai vu beaucoup de choses. Mais ce qu’ils font ces hommes c’est mettre du poison sur la pelouse ; ça tue vos mauvaises herbes, et puis vous vous retrouvez avec des tas de choses mortes, pendant très longtemps. Peut-être toujours. »

 

Publié dans Choix des libraires | Commentaires fermés

Un salon du livre pourrait s’installer à Condom (32)

Posté par Serge Bénard le 9 octobre 2010

Lionel et Gwendoline Clergeaud ont installé leur maison d’édition à Condom en 2009. Lionel souhaite organiser un salon du livre en 2011.

C’est un joli projet culturel que l’éditeur condomois évoque, à l’occasion de la semaine de Lire en fête. Installé depuis un an dans la cité, à la tête des éditions CLC, Lionel Clergeaud ambitionne en effet d’y organiser un événement littéraire en 2011.« L’objectif est de valoriser le patrimoine écrit de la région qui abrite de nombreux auteurs et des maisons d’éditions », explique le professionnel. Pour porter l’événement, encore en phase d’élaboration, l’éditeur a créé, début 2010, l’association Lir’écrire. Reste à Lionel Clergeaud à fédérer la mairie, les librairies, les écoles et toutes les associations souhaitant participer à la manifestation. Des rencontres sont prochainement envisagées à cet effet.

« La culture est souvent axée sur le théâtre, le cinéma, la musique, etc. Il ne faut pas oublier le livre qui est un vecteur de transmission de toutes les formes culturelles. Ce salon ambitionne de susciter l’intérêt des adultes et des enfants autour de l’écrit », explique l’éditeur.

Parrainé par un auteur, ce salon du livre condomois pourrait se tenir début juin, afin d’avoir le temps d’impliquer les écoles de Condom et de ses environs. « Les modalités restent à définir avec les instituteurs, mais cet aspect de l’événement est très important », souligne Lionel Clergeaud qui ambitionne d’initier des rencontres entre les auteurs et les enfants pour travailler autour de l’écrit.

Prévu pour juin 2011

Outre l’exposition de stands des éditeurs, en présence de leurs auteurs, le salon aimerait proposer des ateliers d’écriture tout public et se décliner au sein de la bibliothèque municipale par diverses animations. « L’idée principale est de montrer le livre comme un objet ludique et une source de plaisir infinie. »

Lire la suite :

http://www.sudouest.fr/2010/10/09/un-salon-du-livre-pourrait-s-installer-dans-la-ville-207474-2362.php

Publié dans Edition, éditeurs, Foires et salons du livre | Commentaires fermés

Le Havre (76) – Le bouqui’n'oir pour le roman noir

Posté par Serge Bénard le 9 octobre 2010

6a00d8341c2ffd53ef0120a5945f5d970b150wi.gif

Par Marie Sainz

Du nouveau place Danton c’est l’ouverture de Bouqui’n'oir un café littéraire dédié au roman noir. Chantal Lebourg qui a passé sa vie professionnelle en tant que directrice d’école passionnée par le genre noir, a recrée dans une belle ancienne boutique, un univers digne d’un beau café-crime. Bouquins, théâtre, débats et conférences, lectures, dédicaces tout pour séduire les accros du « Polar à la Plage » et des Ancres Noires et les autres qui ne manqueront pas ces rendez-vous inspirés. Bouqui’n'oir, 1 rue Raspail 02.35.22.01.85 Mardi,jeudi et vendredi de 14h à 19h, mercredi et samedi de 10 h à 19 h.

Publié dans Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs | Commentaires fermés

5 novembre – Café Littéraire de Samir Mégally

Posté par Serge Bénard le 9 octobre 2010

Vendredi 5 novembre de 20 heures à 22 heures

Café Littéraire de Samir Mégally à Brétignyau

Café Chiquito
39, rue du Général Leclerc – près de la poste Brétigny (91)

Marc S. Masse présentera son livre «Virage danger »
(Editions Harmattan)

Au programme de cette soirée : lectures, débat avec le public, et vente de son livre, qu’elle se fera un plaisir de dédicacer.

Entrée gratuite – Paiement d’une consommation.

Pour tous renseignements contactez : samir.megally@yahoo.fr

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs | Commentaires fermés

Les Presses de l’Université du Québec basculent dans le numérique

Posté par Serge Bénard le 9 octobre 2010


200 titres disponibles prochainement au format ePub.

Par Victor de Sepausy

Les Presses de l’Université du Québec observent depuis déjà longtemps l’évolution de l’édition numérique. Si la plupart de leurs titres sont déjà disponibles dans une version au format PDF, elles ont décidé de franchir un pas de plus.

C’est en faisant appel aux services d’un spécialiste du secteur, Interscript, que les PUQ vont procéder à la numérisation de 200 titres de leur fonds d’édition. Le but est de permettre de sortir rapidement les ouvrages imprimés par les PUQ au format ePub afin de les proposer en lecture sur les smartphones.

Lire la suite :

http://www.actualitte.com/actualite/21946-presses-universitaires-quebec-livre-numerique.htm

 

Publié dans Bibliothèques du monde, Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, ebooks, livres numériques, livrels, etc., Numérique | Commentaires fermés

30 et 31 Octobre – 15e salon des « 1001 Livres » de Fayence (83)

Posté par Serge Bénard le 9 octobre 2010

Dans le cadre de la quinzième édition du salon des « 1001 Livres » de Fayence, placé sous la haut patronage de François Léotard, Président d’honneur ce salon, le Prix Marie Mauron, Prix littéraire de Fayence, sera décerné en hommage à un défenseur de la Provence et à l’un des meilleurs conteurs de sa génération.

Renseignements du Prix Marie Mauron sur le site de la ville de Fayence (Var)

samedi de 14 h à 20 h – dimanche de 10 h à 19 h

Fayence (Var)

Publié dans Foires et salons du livre, Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

8 novembre à Villeurbanne (69) – Les projets de bibliographie du livre ancien à l’époque du numérique

Posté par Serge Bénard le 9 octobre 2010


Les projets de bibliographie du livre ancien à l’époque du numérique : méthodes et réseaux

Par Marie Pellen

Journée d’études organisée en lien avec le projet de bibliographie des éditions lyonnaises du seizième siècle (Bel16), pour faire le point sur les projets existants, les besoins des chercheurs, les questions techniques et scientifiques.

Cette journée est organisée par le centre Gabriel Naudé en lien avec le projet de bibliographie des éditions lyonnaises du seizième siècle (Bel16). Elle réunira professionnels des bibliothèques et chercheurs français et étrangers pour faire le point sur les besoins liés à la recherche et établir un bilan scientifique et technique des bibliographies du seizième siècle déjà en ligne comme EDIT16 pour l’Italie, VD16 pour l’Allemagne, GLN 15-16 pour la Suisse ou encore STCN pour les Pays-Bas, mais aussi l’ISTC, couvrant le quinzième siècle. La seconde journée s’attachera plus particulièrement aux perspectives de collaborations et de travail en réseau, tant au niveau rhônalpin qu’à l’échelon international : projet sur les romans lyonnais du seizième siècle, projet de bibliographie universelle USTC.

Découvrir le programme :

http://calenda.revues.org/nouvelle17530.html

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Journées, rencontres, événements, voyages | Commentaires fermés

Après le licenciement de Pascale Casanova (France-Culture) : un hommage d’écrivains

Posté par Serge Bénard le 9 octobre 2010

Comme nous l’annoncions ici même (en reproduisant un article paru dans Politis), Pascale Casanova a été licenciée de France Culture où elle travaillait depuis vingt cinq ans (alors que le directeur de France Culture sous l’autorité duquel elle a été licenciée, un certain Bruno Patino, a dirigé cette chaîne de septembre 2008 à août 2010 soit deux ans).

Une lettre signée par plus de trente écrivains déplore ce départ contraint et rend hommage à la productrice de l’Atelier littéraire. Refusée par Le Monde et Libération, elle a été publiée par Mediapart.

Refusée, mais pourquoi ? Pour ne pas se fâcher avec la direction de France Culture ? Régulièrement Le Monde des livres et le cahier livres de Libération rendent compte des ouvrages d’auteurs (littérairement reconnus) comme Pierre Bergounioux, François Bon, Olivier Cadiot, Jean Echenoz, Pierre Michon, Jean Rolin, Jacques Roubaud, Antoine Volodine. On aurait pu s’attendre à ce que ces deux quotidiens publient sur le champ un texte co-signé notamment par ces huit auteurs. On aurait pu.. Mais les responsables de l’imprimatur en ont refusé la publication.

Refusée, « probablement pour incompétence des signataires », relève ironiquement François Bon sur le site letierslivre.net, où il reproduit cette lettre, remercie Mediapart, et apporte son propre témoignage (à lire dans sa version intégrale) : « Je ne sais pas à quand remonte mon premier entretien France Culture avec Pascale Casanova, c’était toujours un rendez-vous important, […] Son émission a été déplacée plusieurs fois. Le mardi matin, je ne crois pas qu’elle mangeait l’antenne à trop de ces émissions tchatche qui prolifèrent. C’était trop, sans doute : les voix qu’elle accueillait ne correspondent pas au bruit général, alors au revoir. […]  

Voici le texte de l’hommage à l’Atelier littéraire, jugé indigne de publication par les arbitres du bon goût du Monde et de Libération, tel qu’il a été publié sur Mediapart :

Hommage à l’Atelier littéraire

Pascale Casanova, apprend-on, vient d’être licenciée par Radio France « pour un désaccord concernant son contrat de travail ». Nous n’en revenons pas.

L’Atelier littéraire disparaît de la grille de France-Culture, sans discussion, sans un mot prononcé, à notre connaissance, pour saluer un travail radiophonique exemplaire qui, durant près de quinze ans (les Jeudis littéraires puis Les Mardis littéraires avant L’Atelier depuis la rentrée 2009) et vingt-cinq ans d’antenne sur France-Culture, est devenue l’un des lieux les plus stimulants pour la littérature, pour une certaine idée de la littérature. Réunissant des écrivains, des critiques, des universitaires, des éditeurs, des libraires et des traducteurs, d’émission en émission, Pascale Casanova donnait à entendre une parole critique libre, un ton ou « une inflexion de voix juste », pour reprendre le mot de Julien Gracq. Nous sommes nombreux, assurément, à regretter cette disparition et à saluer la justesse, l’intensité et l’attention de cette voix. Elle va nous manquer.

L’Atelier littéraire proposait chaque semaine, non pas une table ronde de « personnalités » où chacun son tour disait « j’aime » ou « j’aime pas » suivi d’un bon mot ou d’une formule lapidaire potentiellement polémique, mais un espace critique exigeant, drôle, sensible, impertinent, ouvert au débat contradictoire, à la réflexion. Prenant au sérieux le fait littéraire et interrogeant sa modernité, dans une approche ouverte au monde. Auteur, notamment, d’un livre important, La République mondiale des Lettres, Seuil, 1999 et Points, 2008, Pascale Casanova était qualifiée pour conduire, avec ses invités, un tel débat. Son émission ne se contentait pas de diffuser l’entendu d’avance, la répétition du même, mais osait l’écart, la surprise, le questionnement. Une émission curieuse de la multiplicité des formes, des expériences littéraires. Prenant le risque du contemporain, avec toutes ses incertitudes, ses combats, ses vertiges. Qui a su découvrir ou redécouvrir nombre d’auteurs français et étrangers, souvent laissés de côté par les autres médias littéraires. Qui continuait de cultiver un certain art de la conversation, une certaine élégance. Et donnait sens encore à ce beau mot de critique, trop souvent ramené à une simple préoccupation promotionnelle. C’est tout cela qui faisait la tonalité particulière de cette voix. Nous tenions à le dire.

Signataires : François Bon – Eric Chevillard – Antoine Volodine – Marie Darrieussecq – Pierre Bergounioux – Jean Echenoz – Pierre Michon – Jean Rolin – Stéphane Bouquet – Jean-Charles Massera – Bertrand Leclair – Olivier Cadiot – Marianne Alphant Christian Prigent – Jean-Baptiste Harang – Hélène Cixous – Patrick Deville – Philippe Forest- Zahia Rahmani – Nathalie Quintane- Michel Deguy – Patrick Kéchichian – Xavier Person – Tanguy Viel – Sylvie Gouttebaron – Bernard Heidsieck – Jacques Roubaud – Emmanuel Hocquard – Tiphaine Samoyault – Thomas Clerc- Yves Pagès.

Source :

http://www.acrimed.org/article3457.html

 

Publié dans Actualité - Événement, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

Francfort au présent de l’indicatif

Posté par Serge Bénard le 9 octobre 2010

Présent de l’indicatif

Par Virginie Clayssen

 

Ce qui m’a le plus frappée à Francfort, aussi bien au TOC que dans les allées de la foire, c’est une basculement très net dans les thématiques abordées par tous ceux qui s’intéressent au numérique. L’an dernier encore pas mal de conférences, ateliers, présentations se conjugaient au futur : Le futur du livre, le futur de l’édition, la lecture demain … Cette année, c’est bien différent. On parle de numérique au présent. Finies les envolées lyriques qui commençaient à Gutenberg et se terminaient «  in the Cloud.  » Cela ne signifie pas du tout qu’un mutation complète s’est accomplie en l’espace d’un an. Cela signifie que cette mutation est désormais en œuvre, de manière très concrète, et les professionnels du monde de l’édition ont aujourd’hui le souhait d’échanger non plus sur ce qu’il faudrait faire, ou sur ce qu’ils vont devoir faire, mais bien sur ce qu’ils sont en train de faire. Cela ne signifie pas non plus que le marché du livre numérique, et les usages autour desquels se marché se construit, est déjà significatif dans toutes les parties du monde. En Europe, qu’il s’agisse de la France, du Royaume Uni, de l’Allemagne, de l’Italie, de l’Espagne, le marché demeure embryonnaire, et c’est seulement aux États-Unis, et selon des modalités différentes au  Japon et en Chine, qu’il atteint aujourd’hui une taille qui commence à être significative. Dans d’autres parties du monde, comme en Amérique Latine, comme l’a souligné Pablo Arrieta lors de son intervention au TOC, l’offre en langue locale est encore totalement inexistante.

Lire la suite :

http://www.archicampus.net/wordpress/?p=813

Publié dans Actualité - Événement, Cyber-librairies, lib. numériques, ventes en ligne, ebooks, livres numériques, livrels, etc., Economie du livre, Foires et salons du livre, Numérique | Commentaires fermés

12345
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar