• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 6 octobre 2010

15 au 23 octobre – 1er Salon régional du Livre à Dakhla (Maroc)

Posté par Serge Bénard le 6 octobre 2010

Dakhla, 6/10/10- « La consécration de la culture de lecture, pilier fondamental de développement durable » est le thème retenu pour le 1er Salon régional du livre, qui aura lieu du 15 au 23 octobre à Dakhla à l’initiative de la direction régionale de la culture dans la région de Oued-Eddahab-Lagouira.
Organisée avec le soutien de la Direction du Livre, des Bibliothèques et des Archives et en collaboration avec la wilaya de la région et les conseils régional et municipal, cette manifestation culturelle connaîtra la participation de 10 maisons d’édition, a-t-on indiqué auprès de la direction régionale.
Lire la suite :

http://www.marocjournal.net/actualites-maroc/12020.html

 

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Foires et salons du livre | Commentaires fermés

Le Conseil Constitutionnel annule la loi sur les noms de domaine en .FR

Posté par Serge Bénard le 6 octobre 2010

Par Guillaume Champeau

Le Conseil constitutionnel a décidé d’annuler un article de loi relatif à l’attribution des noms de domaine du territoire français, au motif que le législateur exigeait uniquement le respect de l’intérêt général et de la propriété intellectuelle, sans viser d’autres droits fondamentaux. Il donne un peu plus de 6 mois au gouvernement et au Parlement pour voter une nouvelle loi, ou les noms de domaine futurs risqueront la nullité.

C’est une décision qui pourrait avoir d’importantes répercussions sur l’ensemble des noms de domaine en .fr, gérés par l’Association Française pour le Nommage Internet en Coopération (AFNIC). Saisis d’une question prioritaire de constitutionnalité par le Conseil d’Etat, les sages ont jugé dans une décision publiée mercredi que les noms de domaine attribués pour la France l’avaient été en vertu d’une loi contraire à la Constitution.

C’est l’article L.45 du Code des postes et communications électroniques qui était attaqué devant le juge de la loi. Il prévoit que les noms de domaine de premier niveau du territoire français (essentiellement .fr) sont attribués et gérés par des organismes désignés par le gouvernement. Mais le législateur a très peu encadré les règles d’attribution, demandant simplement que les noms de domaine soient attribués « dans l’intérêt général, selon des règles non discriminatoires rendues publiques et qui veillent au respect, par le demandeur, des droits de la propriété intellectuelle« .

Lire la suite :

http://www.numerama.com/magazine/16984-le-conseil-constitutionnel-annule-la-loi-sur-les-noms-de-domaine-en-fr.html

Publié dans Actualité - Événement, Droit, législation, contentieux, conflits, procès, Web, moteurs, sites, blogs, réseaux, etc. | Commentaires fermés

Prix Goncourt, deuxième sélection – Amélie Nothomb disparaît

Posté par Serge Bénard le 6 octobre 2010

 

Quatorze moins six égalent huit. C’est le nombre de titres qui sont encore sélectionnés pour le prix Goncourt.

 

Six, ce sont les absents, retenus dans la première sélection. Pas de chance, Vassilis Alexakis, avec qui je m’entretenais hier à propos de son livre Le premier mot, n’est plus dans la deuxième liste. Pas davantage que Vincent Borel, dont j’ai fini de lire hier soir l’excellent Antoine et Isabelle. Marc Dugain (L’insomnie des étoiles) a disparu aussi malgré le savoir-faire et l’intelligence de son roman. Je n’ai pas lu, en revanche, les ouvrages de deux autres auteurs écartés, Patrick Lapeyre (La vie est brève et le désir sans fin, dont il se dit beaucoup de bien et qui me paraît un candidat solide pour le prix Femina) et Fouad Laroui (une année chez les Français, dont il ne se dit pas grand-chose). En revanche, j’ai lu (et descendu) Une forme de vie, d’Amélie Nothomb. Elle ne devait pas se faire beaucoup d’illusions et probablement n’aura-t-elle jamais le Goncourt. C’est très bien ainsi, pour un tas de raisons.

Lire la suite :

http://journallecteur.blogspot.com/2010/10/prix-goncourt-deuxieme-selection.html

Publié dans Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

Brouillons d’écrivains (BnF)

Posté par Serge Bénard le 6 octobre 2010

Le terme « brouillon » n’apparaît qu’en 1551, se définissant, un siècle après l’invention de Gutenberg, par rapport au manuscrit et à l’imprimé. Mais l’objet lui-même avait depuis bien longtemps déjà emprunté les divers supports de l’écriture : feuille de papyrus, tablettes de bois ou de cire…

L’étymologie rattache le mot au germanique brod, « brouet », « bouillon ». Ce sont bien là, en effet, les bouillonnements de la pensée que l’on donne à voir en présentant des manuscrits de travail, témoins des hésitations et des blocages, des renoncements et des reprises, des trouvailles et des recherches de leurs auteurs. Conscients de la part d’eux-mêmes qu’ils abandonnent dans leurs archives, les écrivains ont eu, et ont encore, à leur égard une attitude variable, – les détruisant ou bien les conservant dans leur totalité ou en partie pour les léguer à la postérité.

Mais ceux qui, aujourd’hui, écrivent directement sur ordinateur laisseront-ils des traces de leur création ? Cette question en entraîne une autre sur ce que les manuscrits apportent d’irremplaçable à la connaissance d’un auteur et à la compréhension de la genèse de l’écriture. Si l’œuvre est « le masque mortuaire de la création » (selon Walter Benjamin), les brouillons n’en révèlent-ils pas le visage le plus authentique.

L’appellation de « manuscrit » – qu’il soit caractérisé comme « moderne », « d’auteur » ou « de travail » – recouvre ici tous les documents autographes précédant le livre imprimé. Mais avant de devenir reliques convoitées par les collectionneurs, objets d’étude pour les chercheurs, et même sujets d’exposition, ces manuscrits n’ont trouvé leur place au cours des siècles que dans la mesure où s’est peu à peu affirmé le statut de l’auteur. L’histoire de leur conservation depuis le Moyen Âge est donc aussi celle de la reconnaissance de l’écrivain, culminant à l’époque romantique avec la consécration de tout ce qui désormais porte la marque de sa main.

Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, ce sont surtout des textes non destinés à l’impression qui circulent encore sous forme manuscrite, alors que le manuscrit d’auteur lui-même continue à être négligé. Mais avec le temps des Lumières et la reconnaissance progressive des droits de l’écrivain, les manuscrits littéraires entrent dans une ère nouvelle : même si Voltaire se soucie peu des siens et que ceux de Diderot concernent des œuvres vouées à la clandestinité, la plupart des écrivains, à commencer par Rousseau, préservent désormais leurs archives. Pourtant, comme le montre au siècle suivant l’exemple de Chateaubriand ou de Stendhal – l’un détruisant ses brouillons, l’autre ne conservant que ses textes inédits – la relation à son travail reste pour chaque auteur une expérience singulière.

Ces deux derniers siècles auront-ils été l’âge d’or du manuscrit d’auteur ? Comme si le sacre romantique de l’écrivain avait entraîné la sacralisation de ses manuscrits, y compris de ses brouillons les plus laborieux, où apparaissent à l’état naissant le génie et la beauté. Le geste emblématique de Victor Hugo léguant ses papiers à la Bibliothèque nationale en institutionnalise la valeur dès la fin du XIXe siècle et inaugure un mouvement qui ne cessera de s’amplifier. L’importance désormais accordée aux traces de leur travail par les écrivains eux-mêmes et le goût contemporain pour les signes précieux et instables de la création vont faire du manuscrit tout à la fois un « objet-culte », un objet d’art et un objet d’étude.

Source :

http://expositions.bnf.fr/brouillons/expo/histoire.htm

 

Publié dans Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies | Commentaires fermés

l’IABD : faire-part officiel

Posté par Serge Bénard le 6 octobre 2010

 
 
 

http://www.bibliofrance.org/images/stories/2010/iabd2.jpgL’union fait la force est une locution française qui sert, entre autres, de devise nationale à la Belgique, la Bulgarie et Haïti …

Depuis le 4 octobre, elle s’appliquera aussi aux associations des archives, des bibliothèques et de la documentation !

C’est pas moins de Quinze associations représentatives du monde de la culture et de l’information, réunies en assemblée générale, qui ont fondé le 4 octobre à Paris une fédération dotée d’une personnalité juridique : l’association IABD… pour Interassociation Archives Bibliothèques Documentation.

L’IABD se donne pour objectifs :

- de favoriser l’accès du plus grand nombre à l’information et à la culture ;
- de promouvoir et faire connaître les missions, activités et services des organismes oeuvrant pour la collecte, la conservation, la mise en valeur et la diffusion des œuvres de l’esprit et de l’information, quels qu’en soient les supports ;
- d’être force de proposition lors de la définition des politiques publiques dans le cadre des traités internationaux, des législations européenne et française ;
- dans le respect des compétences et missions des associations membres, et dans celui du principe de subsidiarité :
- d’exercer une veille sur toute question les concernant,
- de représenter les associations qui la constituent auprès de tous partenaires et interlocuteurs,
- de communiquer par tous moyens auprès du grand public et de publics et interlocuteurs ciblés.

Cette inter-association n’est cependant pas nouvelle : depuis 2005, ce collectif a déjà enrichi le débat professionnel, parlementaire, au niveaunational mais aussi européen, par de très nombreuses interventions et propositions constructives chaque fois que « les libertés fondamentales de l’accès au savoir et à la connaissance » étaient menacées…

Voir à ce sujet les récapitulatifs des diverses actions sur le site de l’IABD ainsi que ces deux billets : ici et ici.

Cette inter-association, avec ce choix marquant d’une forme fédératrice, rappelle, malgré une culture parfois différente,  l’inter-complémentarité de nos métiers, leurs diversités, la richesse et les enjeux de nos missions de services publics ainsi que la capacité ( la nécessité parfois ?) de pouvoir parler d’une seule voix lorsque la situation l’impose…

Longue longue vie à l’IABD !

 

Publié dans Archives, archivistes, Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Documentation, documentalistes | Commentaires fermés

Bibliothèques Sans Frontières inaugure sa boîte à livres

Posté par Serge Bénard le 6 octobre 2010


La Mairie de Paris en partenariat   

Par Cécile Mazin

Une nouvelle initiative solidaire va débuter sur Paris, en partenariat avec la Mairie de la ville et l’association Bibliothèques sans Frontières, qui annonce l’inauguration prochaine de sa première boîte à livres.

Rendez-vous le 14 octobre 2010 à 18 h à l’espace Jean Dame, 17 rue Léopold Bellan, dans le IIe arrondissement. L’association a également pour soutien la « présence des écrivains Philippe BORDAS, Arnaud DELALANDE, Patrick RAMBAUD, de la chanteuse SAPHO et du comédien Raphaël MEZRAHI ».

BSF est une association qui « œuvre en France et à l’international pour rendre le livre et la lecture accessibles à tous ». Avec cette initiative de la Boîte à livres, il s’agit de récolter des ouvrages qui pourront servir soit dans le pays, soit à l’étranger.

Lire la suite :

http://www.actualitte.com/actualite/21914-bibliotheques-frontieres-recolter-boite-livres.htm

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Promotion du livre et de la lecture, dons de livres | Commentaires fermés

18 octobre à Fameck (57) – L’édition solidaire, une nouvelle voie pour la création ?

Posté par Serge Bénard le 6 octobre 2010

Dans le cadre de son programme PRO+ visant à familiariser les acteurs de la filière livre avec les mutations du livre et de la société, le Centre régional du livre, en partenariat avec le Festival du film arabe de Fameck (57), proposera le 18 octobre 2010, à l’Hôtel de Ville, une journée intitulée « l’édition solidaire, une nouvelle voie pour la création ? ».

Cette journée est ouverte aux professionnels et associations du livre, et des autres champs de la culture, mais aussi à tout acteur impliqué dans l’économie solidaire ou équitable.

Accueil 9 h 30 Propos introductifs, essais de définition de l édition solidaire 10 h-11 h : Pierre Astier, agent littéraire : l’édition francophone dans le monde. Faut-il exporter les droits plutôt que les livres ? 11 h-12 h : Thierry Quinqueton, président de l Association internationale des éditeurs indépendants       statuts, missions et actions de l AIEI. Les coéditions solidaires, une nouvelle alternative pour l édition indépendante ? 12 h-12 h 20 : lectures de textes avec la Médiathèque de Fameck

Pause déjeuner

14 h-15 h : Farouk Mardam Bey et Yves Gonzalez-Quijano : L’édition arabe et l’édition francophone dans l aire arabe. Quels liens possibles ? 15 h-16 h 15 : table ronde témoignages associant les éditions Aspect, l’association Alphabet d’Hagondange (sous réserve) Jusqu à 16 h 30 : échanges avec la salle Invitation aux activités du Festival du film arabe de Fameck.

Source :

http://fill.zumablog.com/index.php?sujet_id=14801

 

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Edition, éditeurs, Journées, rencontres, événements, voyages | Commentaires fermés

État des lieux des bibliothèques et médiathèques de la région Auvergne

Posté par Serge Bénard le 6 octobre 2010

État des lieux des bibliothèques et médiathèques de la région Auvergne dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs Etat-des-lieux-des-bibliotheques-et-mediatheques-de-la-region-Auvergne_medium

E TRANSFO vient de terminer l’état des lieux des bibliothèques et médiathèques de la région Auvergne. Les bibliothèques ou médiathèques municipales ou intercommunales implantées sur le territoire constituent des services de proximité de diffusion et de partage de la connaissance et des savoirs. Elles participent aussi activement à la mise en place de projets culturels, par leur capacité à tisser du lien social, particulièrement en milieu rural où elles jouent un rôle important de médiateur entre le milieu artistique et les populations…

Par ailleurs, le développement de l’intercommunalité depuis une dizaine d’années a donné un nouvel élan aux politiques publiques en faveur de la lecture. Les collectivités ont fait preuve d’une démarche volontariste par une montée en puissance de moyens, la création de nouveaux équipements et l’intégration progressive de professionnels. 
LE TRANSFO souhaite que ce travail puisse susciter échanges et débats et constitue un nouveau point de départ pour une réflexion régionale sur l’évolution et la place des bibliothèques sur les territoires.

Télécharger l’état des lieux des bibliothèques municipales et intercommunales en Auvergne – 2009(pdf-5,74 Mo)

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

Abidjan – Dans les librairies par-terres

Posté par Serge Bénard le 6 octobre 2010

Abidjan – Dans les librairies par-terres – Quand les livres de ‘’seconde main’’ nourrissent des vies

                       

La rentrée scolaire 2010-2011 a été fixée au lundi 13 septembre 2010 sur toute l’étendue du territoire national. Pendant que les parents se saignent pour la scolarisation de leurs progénitures, une race de vendeurs d’ouvrage et manuel scolaire prolifèrent comme des petits champignons dans toute la capitale économique. De Yopougon-Siporex, Adjamé-Marché, Abobo-mairie à Port-Bouët en passant par le Plateau-Sorbonne, Treichville-Marché et Koumassi-Marché, des livres de ‘’seconde main’’ inscrits au programme dans les lycées et collèges, des gommes, des compas, des ensembles dessinateurs (etc). sont vendus sur des étals loin des librairies conventionnelles. Des lève-tôt se positionnent à tous les carrefours des dix (10) communes du district d’Abidjan. On trouve du tout sur ces étaux de fortune. De passage à ces endroits, des jeunes gens approchent les piétons en transit. Pas la peine de laisser partir le potentiel client surtout lorsque celui-ci arbore un cartable ou autres porte-documents. « S’il vous plaît, avez-vous quelque chose pour moi. …Tonton, s’il vous plaît, venez, on va vous donner seulement les prix des fournitures scolaires! », clament-ils souvent en voulant coûte que coûte jeter un coup d’œil dans votre attache-case. Les vendeurs rencontrés sur les lieux disent ne pas être inquiétés par les librairies ou autres espaces de vente d’ouvrage scolaire. « Nous faisons du social, nous savons que les parents d’élèves n’ont pas de moyens. Donc, on les aide », soutient Jacques S., vendeur de livres par-terre à Yopougon –Siporex. Sur ce marché, la vente d’ouvrage se fait à la criée. Les tarifs sont très souvent homologués.

Lire la suite :

http://news.abidjan.net/article/?n=376629

 

Publié dans Librairies, libraires | Commentaires fermés

9 et 10 octobre – Festival du livre jeunesse – le Motif à Cagnes-sur-mer

Posté par Serge Bénard le 6 octobre 2010

Du samedi 9 au dimanche 10 octobre 2010 :
- Samedi, Dimanche de 10 à 18 h





Tarifs d’entrée : Gratuit

Atelier

Les enfants et la littérature

La littérature pour enfants est à l’honneur pendant deux jours à Cagnes-sur-Mer à l’occasion du Festival du Livre Jeunesse. Pour sa 15e édition, le festival explorera le thème du « motif » sous tous ses aspects. A partir d’ateliers, de spectacles et à travers des contes, des BD ou des mangas, les enfants auront tout le loisir de goûter aux joies de la lecture pendant deux jours.

Adresse : Office de tourisme de Cagnes-sur-mer > 6 boulevard du Maréchal Juin 06800, Cagnes-Sur-Mer

Tel : 04 93 20 61 64

En savoir plusInfos tourisme : CAGNES-SUR-MER

 

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Festivals, galas, spectacles, expositions, musées | Commentaires fermés

123
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar