Accueil Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs Vie privée, bibliothèques et Google-Books

Vie privée, bibliothèques et Google-Books

Commentaires fermés
0
1

Par Jean-Michel Salaun

Dans une discussion récente avec Silvère Mercier (ici), je m’étonnaisque les bibliothécaires francophones ne prêtent pas plus d’attention à l’anonymat de la lecture dans le monde numérique. Justement un papier vient de paraitre sur le sujet :

Elisabeth A. Jones et Joseph W. Janes, “Anonymity in a World of Digital Books:  Google Books, Privacy and the Freedom to Read,” dans (présenté au Internet, Politics, Policy 2010: An Impact Assessment, Oxford Internet Institute, 2010). Pdf

À vrai dire l’article n’amène pas sur le fond d’autres arguments que ceux déjà connus (voir par ex. ici). Mais il appuie son raisonnement sur un livre de Helen Bissenbaum paru en 2009 que je ne connaissais pas et qui m’a bien intéressé, du moins par sa présentation dans l’article et les extraits et commentaires que j’ai pu en lire jusqu’ici :

Helen Nissenbaum, Privacy in Context: Technology, Policy, and the Integrity of Social Life (Stanford Law Books, 2009).

Le concept clé de Nissenbaum est «l’intégrité contextuelle» (contextual integrity) qui n’est pas une définition de ce qui serait privé vs ce qui serait public, mais une construction à partir de normes informationnelles d’une situation appropriée, c’est-à-dire moralement acceptable dans un contexte donné. Les normes sont évolutives et leurs paramètres sont précisés (contextes, acteurs, attributs et principes de transmission). Enfin un cheminement par étapes est proposé pour juger de la validité d’une nouvelle intégrité contextuelle qui peut être résumé en deux phases : Les nouvelles pratiques sont-elles conformes aux normes de l’ancien contexte ? La négative ne signifie pas qu’il faille nécessairement les rejeter, tout dépend des risques encourus par rapport aux bénéfices généraux. Cette mesure en termes moraux fait l’objet de la seconde phase.

Il est facile de montrer ainsi que les pratiques de Google violent les principes de l’anonymat de la lecture édictés dans le contexte des bibliothèques publiques des États-Unis (phase 1) et les auteurs suggèrent que le nouveau contexte créé ne répond pas non plus aux considérations morales de liberté, d’autonomie et de justice. Ce deuxième point est discuté dans l’article à mon avis un peu rapidement, même si je suis d’accord avec la conclusion. La difficulté à trancher sur la deuxième phase montre peut-être la limite de la méthode de Nissenbaum. Néanmoins, il paraît difficile d’éviter un débat moral et politique lorsque l’on aborde les notions de sphères privée et publique, toutes deux indispensables à notre humanité.

Lire la suite :

http://permalink.gmane.org/gmane.politics.activism.vie-privee.actu/4687

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Cheddadi reçoit le Prix Ibn Khaldoun

Le chercheur a traduit de l’arabe vers le français l’autobiographie de l&rsquo…