Premiers romans, vastes questions

Commentaires fermés
0
15

Par Pierre Maury

Je lis beaucoup de bêtises sur certains blogs (et, sur d’autres, beaucoup de choses intelligentes; par ailleurs je lis aussi des bêtises dans la presse – je suis bien mal placé pour m’en prendre aux blogs). Beaucoup d’entre elles sont provoquées par une totale méconnaissance du sujet abordé. Comme celui du premier roman, thème sur lequel se déversent des tombereaux de notes aigres, généralement écrites par celles et ceux qui tentent en vain, parfois depuis longtemps, de faire publier leur premier chef-d’œuvre (car il s’agit toujours d’un chef-d’œuvre, en tout cas ils le pensent, et aussi les amis qui l’ont lu, et la famille, et même d’autres blogueuses ou blogueurs, aigris eux aussi). Tout ça, c’est la faute aux copains et aux coquins qui règnent sur le milieu pourri de l’édition. Où, si vous n’avez pas de relations, ou si vous ne couchez pas, ou si vous n’habitez pas dans le 6ème arrondissement à Paris (mais qui habite encore là?), vous n’avez aucune chance de publier, donc de connaître le succès que mérite votre chef-d’œuvre, et de recevoir les prix littéraires qui vous reviennent, etc., etc.

(Note en passant: il s’agit parfois du quinzième chef-d’œuvre, les quatorze premiers ayant été refusés aussi.)

Un excellent article paru hier dans Le Soir (ce n’est pas moi qui l’ai écrit) me donne l’occasion d’une petite mise au point à propos de la difficulté qu’il y aurait à intégrer ce milieu à la réputation trouble.

Dans Comment on publie un premier roman, Lucie Cauwe s’entretient avec Martine Boutang, qui chez Grasset reçoit de dix à quinze manuscrits chaque jour. Ah! Et qu’en fait-elle, de ces manuscrits? Ben, elle les lit. Complètement? Non, bien sûr. Essayez, vous, de lire dix livres par jour. « Au moins cinq ou six pages de chacun », précise-t-elle.

J’entends d’ici le chœur des grincheux me dire, ou plutôt hurler: Vous voyez bien? Cinq ou six pages? C’est un scandâââle!

Non, ce n’est pas un scandale. Croyez-moi, j’en ai vu passer, des manuscrits, et il suffit souvent de deux paragraphes, voire moins, pour se rendre compte que la plupart d’entre eux n’ont aucun intérêt. (Sauf, bien entendu, pour leur auteur, sa famille, ses amis…)

Lire la suite :

http://journallecteur.blogspot.com/2010/09/premiers-romans-vastes-questions.html

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc.
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Chine – Jia Qinglin visite une exposition de livres anciens du Xinjiang

Le président du Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois …