• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 22 septembre 2010

28 septembre à Nice – Vente Livres Anciens XIXe

Posté par Serge Bénard le 22 septembre 2010

Ventes aux enchères de Peintures & Arts Graphiques

 

Boisgirard Provence-Côte d’Azur – 06000 Nice

 

40 – 42, rue Gioffredo – 06000 Nice

 

14h30

 

Exposition : Lundi1 27 septembre de 11 h à 18 h

 

Expert :

 

Olivier Rometti

 

26, rue Ségurane

 

06300 NICE

 

Pour tout renseignement, veuillez contacter Patricia Perrier à la maison de ventes au 04 93 80 04 03.

 

Parmi les lots :

 

BISCHOP Jean de, dit EPISCOPIUS. Paradigmata Graphices…

 

 

 

 bischopjeandeditepiscopiusparadigmatagraphices1284632484083169.jpeg

Estimation : 1 000 / 1 500 €

 

BISCHOP Jean de, dit EPISCOPIUS. Paradigmata Graphices variorum artificum per Ioh. Episcopius (suivi de) Signorum veterum icones.
S.l. (Amsterdam), Nicolai Visscher, s.d. (1669 – 1671). Petit in-folio plein vélin.
Reliure de l’époque.

Seconde édition des Paradigmata graphices suivis des Signorum veterum icônes en 2 partie, la première titrée Semi-centuria altera. 1 f. (titre gravé des Paradigmata Graphices), 4 pp. (latin/hollandais), 50 planches n° de 1 à 50, 1 f. (titre Signorum veterum icones Semi-centuria altera), 4 pp. (latin/hollandais), 49 planches n° de 51 à 100 (manque la planche 83), 1 f. (titre gravé Signorum veterum icones), 56 planches n° de 1 à 57 (manque la planche 25). Soit 2 planches manquantes, 1 planche mal placée, 1 planche détachée et 4 planches reliées à l’envers; sinon quelques défauts mineurs.
Planches gravées d’après des dessins de Doncker, Dondyns, Matham, Ferreris, Neefs, backer, Wieling, Poelenburch, And. del Sarto, Geÿn, Doedeyns, Salviati, Ann. Caratius (Annibale Carrache), Ciuoli, Dominiclun, Josepin, etc, et de l’auteur lui-même.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

24 septembre à Bruxelles – Ventes aux enchères de Livres, B.D., Autographes

Posté par Serge Bénard le 22 septembre 2010

Vente Livres et Gravures – Première Vacation

Ferraton – Bruxelles

162, chaussée de Charleroi – 1060 Bruxelles 13h

Exposition :D u vendredi 17 au samedi 18 et du lundi 20 au jeudi 23 septembre de 10 à 19 h

Table des Matières.

- Livres anciens du 16e au 18e s. : histoire, militaria, voyages, littérature, sciences et techniques, architecture, belgicana, curiosa, philosophie (lots 1-106)

- Bibliographie, histoire du livre et de la bibliographie, de la gravure et de la miniature, matériel de reliure (lots 107-247)

- Histoire, militaria, voyages, franc-maçonnerie, droit… (livres des 19e et 20e siècles) (lots 248-353)

- Belgicana (lots 354-385)

- Cartographie ancienne (lots 386-444)

- Sciences, techniques, médecine, botanique (livres des 19e et 20e siècles) (lots 445-462)

- Chromos, imageries, cartes postales (lots 463-481)

- Asie : art et histoire (lots 482-502)

- Beaux-arts : généralités, art ancien jusqu’au 18e siècle (lots 503-549)

- Arts appliqués (lots 550-569)

- Architecture (lots 570-599)

Pour tout renseignement, veuillez contacter la maison de ventes au +32 (0)2 538 69 17.

 

Publié dans Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies, Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Enchères, ventes, bibliothèques privées | Commentaires fermés

25 et dimanche 26 septembre – Fête du Village du Livre de Merlieux (02)

Posté par Serge Bénard le 22 septembre 2010

Fête du Village du Livre de Merlieux, samedi 25 et dimanche 26 septembre.

Dans le cadre de la Fête du Livre de Merlieux, dès le samedi 25 septembre 2010, vous pouvez venir passer une soirée conviviale autour de pièces de théâtres et de concerts.

Le dimanche 26 septembre 2010 célèbre le livre et plus largement l’écrit sous toutes ses formes. Cette manifestation accueille près de 10 000 curieux et passionnés qui viennent y retrouver des livres et des auteurs. Une centaine d’exposants, bouquinistes, métiers du livre proposent leurs richesses : livres d’occasions, livres rares…

Quarante à cinquante auteurs sont présents pour dialoguer avec le public, dédicacer leurs livres et participer à des débats. Parce qu’il en faut pour les goûts de toute la famille, vous trouverez également de nombreuses animations tout au long de la journée destinées à tous les âges qui se partageront les rues du Village. Un dimanche littéraire à la campagne !

Contact : « Les Amis de la Fête du Livre de Merlieux » – rue des Victimes de Comportet 02000 Merlieux et Fouquerolles – Tél. /Fax : 03 23 80 20 98 – Courriel : merlivre@voila.fr Tarif public : gratuit – Horaires : samedi à partir de 19h00 et dimanche de 10h00 à 18h00 – Public concerné : tout public – Lieu : Merlieux et Fouquerolles – (02) – Picardie.

Source :

http://www.galaxidion.com/home/agenda.php

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Fêtes du livre, marchés, brocantes, braderies | Commentaires fermés

La British Library

Posté par Serge Bénard le 22 septembre 2010

350pxbritishlibraryinterior02.jpeg

La British Library (de l’anglais signifiant littéralement « bibliothèque britannique »), également connue sous le sigle BL, est la bibliothèque nationale du Royaume-Uni. Située à Londres, elle est l’une des plus importantes bibliothèques de référence du monde, avec plus de 150 millions de références, dont environ 14 millions de livres1. Chargée du dépôt légal, la British Library reçoit des exemplaires de tous les ouvrages publiés au Royaume-Uni et en Eire, y compris les livres étrangers distribués dans ces pays. Elle acquiert également d’autres livres étrangers, pour un budget annuel d’environ 16 millions de livres, accroissant, au total, ses collections d’environ 3 millions de volumes par an. Dirigée par Lynne Brindley en 2009, elle emploie quelque 2 000 personnes.

Publié dans Bibliothèques du monde | Commentaires fermés

La 7ème librairie BDfugue vient de naître

Posté par Serge Bénard le 22 septembre 2010

… et elle est virtuelle ! 

www.BDfugue.com devient une librairie Internet et permet aux bédéphiles adeptes de la vente en ligne d’avoir une alternative aux géants généralistes que sont Amazon.fr et Fnac.com.

L’objectif du site est de reproduire l’expérience en librairies : découvrir les nouveautés, flâner, feuilleter les ouvrages et bénéficier des recommandations des libraires.

« Amazon et Fnac travaillent à partir d’un catalogue de 1.5 million de livres auxquels il faut ajouter les CD, DVD, jeux vidéo, électroménager etc. Leur site doit être adapté à tous ces produits. BDfugue.com est pensé pour la bande dessinée, des critères de recherche à la qualité des emballages. Nous travaillons sur un catalogue des 30 000 BD disponibles sur le marché français que les libraires du réseau BD fugue ont lu en majorité » déclare Thomas Jacquart, l’un des responsables du site avant d’ajouter : « La BD est un art visuel et nous avons voulu que le design du site s’efface au profit des couvertures des albums. »

Toutes les bandes-dessinées sont emballées dans du papier bulle avant d’être calées dans des cartons renforcés et spécialement adaptés au format BD. « La bande-dessinée est un livre fragile et l’amateur a souvent une mentalité de collectionneur. Il est très important pour lui que les ouvrages arrivent dans un état irréprochable » renchérit le dirigeant.

Les nouveautés sont commentées par les libraires du réseau. Quant aux recommandations, elles sont effectuées manuellement au lieu d’avoir recours à des algorithmes statistiques.

Lire la suite :

http://www.bdgest.com/news-534-BD-la-7eme-librairie-bdfugue-vient-de-naitre.html

Publié dans Cyber-librairies, lib. numériques, ventes en ligne, ebooks, livres numériques, livrels, etc., Grandes surfaces spécialisées (culture/livre), clubs | Commentaires fermés

Une exposition pour raconter l’Académie française

Posté par Serge Bénard le 22 septembre 2010

Par Colette Weinstein

143725fraffichedel.jpg

Affiche de l’exposition au MLM – Google images

Le musée des lettres et manuscrits retrace l’histoire de l’Académie française de 1635 jusqu’à nos jours, à travers une nombreuse correspondance

Robert de Flers (1872-1927) est le descendant d’une des plus vieilles familles de Normandie. Après des études de lettres et de droit, il s’oriente vers la littérature et le journalisme. C’est au théâtre qu’il atteint la célébrité. Il est élu le 3 juin 1920 à l’Académie française.

La famille de Flers a rassemblé, durant six générations, pas moins de 7 000 lettres et documents autographes émanant des quelque 700 Immortels ayant siégé à l’Académie française. Ils sont pour ainsi dire tous rassemblés dans une exceptionnelle collection, commencée en 1824 mais connue à ce jour des seuls initiés et désormais conservée par le Musée des lettres et manuscrits.

Ce musée situé boulevard Saint-Germain à Paris 7e, propose l’exposition « L’Académie française au fil des lettres, de 1635 à nos jours » du 16 septembre au 15 novembre 2010. Ainsi, à travers des documents originaux de ses membres illustres et moins connus on peut découvrir l’histoire de la vénérable institution

Plus d’informations :

Une exposition pour raconter l’Académie française http://news.suite101.fr/article.cfm/une-exposition-pour-raconter-lacademie-franaise-a18267#ixzz10CBuE4xB

Publié dans Associations, syndicats, fondations, académies, clubs, , Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies, Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Festivals, galas, spectacles, expositions, musées | Commentaires fermés

La production littéraire au Sénégal a atteint un niveau historique

Posté par Serge Bénard le 22 septembre 2010

Mots croisés avec Abdou Mbow, directeur du livre et de la lecture : La production littéraire au Sénégal a atteint un niveau historique

Plus de 250 livres sortent chaque année au Sénégal, selon Abdou Mbow. Le directeur du livre et de la lecture explique ici comment le fonds d’aide spécial à l’édition, d’un montant de 600 millions de francs Cfa, a boosté la production littéraire au Sénégal.

Wal Fadjri : A combien s’élève le montant du fonds d’aide spécial à l’édition ?

Abou Mbow : Le montant du fonds d’aide est progressif. Nous sommes partis d’environ cinquante millions (50 millions) de francs Cfa. Mais le chef de l’Etat a voulu montrer l’ambition qu’il a pour le livre sénégalais et africain en général, et a finalement accepté une demande des écrivains et éditeurs du pays qui voulaient une augmentation substantielle du fonds d’aide. Le fonds est aujourd’hui de six cent millions (600 millions) de francs Cfa payables en tranches pendant l’année.

Comment se fait le décaissement ?

Cela ne concerne pas le grand public. C’est entre le ministère des Finances et nous (Le ministère de la Culture : Ndlr). Ce n’est pas une somme que l’on met à notre disposition d’un coup. C’est l’Etat qui décide de donner l’appui en deux ou trois tranches. C’est ce qu’on appelle les décaissements. Dès l’ouverture de l’année budgétaire, la demande est faite, une tranche est versée, on fait le travail. Au bout de trois mois, on refait une autre demande et on nous reverse une autre tranche, ainsi de suite. C’est comme cela que fonctionne l’administration.

Depuis quand le fonds spécial à l’édition fonctionne-t-il ?

Il y a un an et demi à peu près. Parce que la demande a été faite, l’expression des besoins était là. Le chef de l’Etat, depuis quelques années, envisageait d’élever le fonds à ce niveau. C’est maintenant que cela est devenu effectif. C’est en 2009.

Le fonds spécial a été annoncé depuis le congrès du Pen International à Dakar en 2007. A quoi est dû le retard de sa mise en place ?

Ce sont des détails qui ne nous apportent rien au point de vue de l’information. Je crois que ce qui est important, c’est un besoin qui a été exprimé par les écrivains et le chef de l’Etat a accédé à leur requête. Un chef d’Etat qui décide d’aider les éditeurs d’un pays à avoir un certain niveau de fonds d’aide à l’édition, c’est unique en Afrique. Nous le remercions. Parce que c’est sa générosité personnelle. Rien ne l’obligeait à le faire. Il avait d’autres priorités dans le pays et à plusieurs niveaux. Je suis sûr que le chef de l’Etat va encore augmenter ce fonds d’aide et le Sénégal en a besoin. Cela montre un besoin qui existait. Parce que les Sénégalais sont des gens très productifs, créatifs et inventifs. Le niveau de créativité artistique et littéraire nécessitait un accompagnement de la part de l’Etat pour permettre aux porteurs de manuscrit de traduire en livre leur projet. C’est pourquoi les échos sont favorables au niveau national et international. L’image du livre sénégalais a fait un bon extraordinaire. L’année dernière, nous étions l’invité d’honneur de la Foire du livre de Ryad en Arabie Saoudite.

Actuellement, avec le niveau de productivité littéraire dans les régions, par exemple à Saint-Louis, il y a de quoi monter des salons littéraires régionaux. Il y a un mois, j’étais à Thiès et le même niveau de productivité s’est fait sentir, ainsi de suite. Au fur et à mesure que l’on sent qu’il y a une seconde vie du livre sénégalais, chacun aura envie d’écrire, les élèves, les étudiants. Les femmes aussi s’y mettent. Celles qui sont au foyer et à la maison et les anciennes institutrices, comme Ndèye Fatou Niang Siga, qui ont retrouvé le courage d’écrire. Parce que jusque-là, on écrivait sans savoir qu’on allait être produit. Quand j’arrivais à la Direction du livre, il y avait beaucoup de manuscrits par terre, dans la poussière, Il y avait assez de production, mais peu de moyens pour les éditer.

Le fonds spécial fonctionne-t-il en même temps que le fonds classique ?

Non, c’est fondu. Il existe aujourd’hui qu’un seul fonds, le fonds spécial d’aide à l’édition

Qui gère le fonds ?

Le fonds est géré par le ministère des Finances avec le ministère de la Culture qui le gère à son tour en relation avec les éditeurs, les écrivains.

Y a-t-il des partenaires étrangères ou nationaux qui contribuent à ce fonds spécial ?

Le fonds d’aide, c’est pour le Sénégal. Il est alimenté par l’Etat du Sénégal. C’est inscrit dans le budget. Il faut que ceux qui ont pris cette décision soient encouragés.

L’appui de la direction du livre se limite-t-il seulement à la production ?

Nous intervenons pour appuyer la phase de vulgarisation. Les gens ont tendances à oublier ce volet qui est dix mille fois plus important que tout ce que l’on peut faire. Dans la phase de promotion, on fait connaître ce qui a été produit. Parce que si quelque chose est produit et que le travail de promotion n’est pas bien fait, elle n’aura pas sa véritable valeur. Nous insistons beaucoup pour attirer l’attention sur la nécessité de la phase de distribution, de vulgarisation et de communication autour du produit pour que le lecteur soit au courant de ce qui se fait. Il faut au niveau des critiques aussi que le travail puisse être porté à l’attention du public. Dans ce sens il a été organisé il y a deux mois, un atelier d’échange sur ce qui a été produit avec les enseignants du supérieur, des collèges et des lycées, les éditeurs et les écrivains. C’était un débat sans complaisance. Il s’agissait de voir si l’incitation à la production scientifique du livre sénégalais correspond à ce que nous attendons au point de vue qualité ? Et voir la nature de la qualité à améliorer. Il nous faut réussir la phase de la production. Tout n’est pas un problème de rythme de production.

Lire la suite :

http://www.walf.sn/culture/suite.php?rub=5&id_art=67478

Publié dans Actualité - Événement, Edition, éditeurs, Francophonie, langue française | Commentaires fermés

Albums de la Cathédrale de Chartres – Etienne Houvet et Yves Delaporte.

Posté par Serge Bénard le 22 septembre 2010

La cathédrale de Chartres, depuis le regain d’intérêt pour l’architecture du Moyen Age que connaît le XIXe siècle, a été l’objet de nombreuses études et projets de publications. Jean-Baptiste Antoine Lassus est membre du comité des Arts et Monuments, depuis 1836, aux côtés de Prosper Mérimée et du baron Taylor. Ce n’est pas un novice : de 7 ans plus âgé qu’Eugène Viollet-Le-Duc, dont il est le mentor, il restaurera avec lui la Cathédrale Notre-Dame de Paris. Sur Chartres, il réalisera des restaurations, retrouvant notamment des éléments du jubé, et de nombreux dessins. Il sera nommé Architecte diocésain de Chartres en 1848. Aujourd’hui Lassus est inconnu du grand public, contrairement à Viollet-Le-Duc, sans doute à cause de son décès précoce (à cinquante ans) et au fait qu’il a beaucoup moins publié.

Le comité a le projet de publier une Monographie de la Cathédrale de Chartres. Cet ouvrage, entrepris en 1839, devait comprendre trois parties (un historique, une description iconographique et des planches) mais seules ces dernières seront publiées, à partir de 1842, en neuf livraisons, de 72 planches au total, au format grand in-folio (55x70cm).

Albums de la Cathédrale de Chartres – Etienne Houvet et Yves Delaporte. dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunablesJ

Jean-Baptiste Lassus, Choeur de la cathédrale de Chartres, planche extraite de la Monographie de la Cathédrale Chartres,

dimensions de la gravure 33 x 43 cm, dimensions de la feuille 48 x 56 cm.

Voici ce que dit Emile Mâle de cette publication :
« Jadis, le Ministère de l’Instruction publique commença, avec le concours de Lassus, de Didron, d’Amaury Duval, de Gaucherel et de beaucoup d’autres, un livre immense sur la Cathédrale de Chartres. Mais la tâche était si écrasante, il y avait tant de statues, tant de bas-reliefs, tant de vitraux à dessiner et à décrire que les collaborateurs sentirent leur courage défaillir. Le livre resta inachevé. »

C’était un ouvrage de spécialiste, pour spécialistes, resté inachevé.

En 1897, Etienne Houvet, un jeune homme de 29 ans qui voulait devenir frère convers chez les Dominicains, mais doit faire vivre sa famille, est engagé comme domestique à la Maîtrise de la cathédrale, puis sacristain de la crypte. En 1906 il devient sacristain de la cathédrale, et guide officieux. Pour renseigner les nombreux visiteurs, il lit tout ce qu’il est possible de lire sur la cathédrale. Il fera ainsi visiter l’édifice aux plus grands noms de l’histoire de l’art : Eugène Lefèvre-Pontalis, Camille Enlart, Emile Mâle, Henri Focillon. L’administration des Beaux-Arts le nommera alors guide officiel de la cathédrale.

Il commence à photographier la cathédrale en 1910 et produira des centaines, des milliers de clichés, au moyen d’appareils de plus en plus sophistiqués.

Avec le soutien du chanoine Yves Delaporte, archiviste du diocèse, et d’Emile Mâle, qui rédigera la préface, Etienne Houvet essaiera de faire publier ses photographies. Mais comme aucun éditeur ne veut se risquer dans l’aventure, il éditera lui-même ses albums.

Paraîtront donc, à partir de 1919, sept albums de photographies, comportant chacun 90 phototypies (95 pour le portail occidental), et couvrant les trois portails, l’architecture, et le tour du chœur.

 

Lire la suite :
http://le-bibliomane.blogspot.com/2010/09/albums-de-la-cathedrale-de-chartres.html

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables | Commentaires fermés

À paraître aujourd’hui 22 septembre

Posté par Serge Bénard le 22 septembre 2010

Le grand Larousse du vin – Collectif – Larousse, Paris, France – Cuisine, Gastronomie, Vins – 39.00 €

Le grand n’importe quoi (Documents sonores) – Jean-Pierre Marielle – Audiolib, Vanves – Romans et nouvelles – français – 19.00 €

Les cités des Anciens. Volume 1, Dragons et serpents – Robin Hobb – Pygmalion, Paris, France – Science-fiction, Fantastique – 21.00 €

Les hommes debout ; une certaine idée de l’engagement – W Bartoszewski | Hélie De Saint Marc | J Mojto | Jacqueline de Romilly | Ki Suong – Ed. du Toucan, Issy-Les-Moulineaux, France – Biographies Historiques – 20.00 €

Les mondes de l’art – Howard S. Becker – Flammarion, Paris, France – Arts – 11.00 €

Les Sauvenature. Volume 10, Le refuge des lémuriens – Jean-Marie Defossez – Père Castor-Flammarion, Paris, France – Jeunesse à partir de 6 ans – 5.00 €

Petit seigneur – Isabelle Hausser – Ed. de Fallois, Paris, France – Romans et nouvelles – français – 19.00 €

Phares : 24 destins – Jacques Attali – Fayard, Paris, France – Biographies, mémoires, correspondances… – 24.00 €

Poser nue à La Havane -Wendy Guerra – Stock, Paris, France – Romans et nouvelles – étranger – 20.00 €

Rapport Stiglitz – Joseph E. Stiglitz – les Liens qui libèrent, Brignon – Economie – 21.00 €

Tendre banlieue. Volume 20, Mensonges – Tito – Casterman, Bruxelles, Belgique – Jeunesse à partir de 13 ans – 9.00 €

Chine, la grande statuaire, suivi de Les origines de la statuaire de Chine – Victor Segalen – Flammarion, Paris, France – Arts – 12.00 €

Épernay, cité du champagne – Bernard Ducouret – Lieux dits, Lyon, France – Documents Essais d’actualité – 30.00 €

Forme et origine de l’Univers ; regards philosophiques sur la cosmologie – Aurélien Barrau – Daniel Parrochia – Dunod, Paris, France – Sciences et Technologies – 29.00 €

Kraa Benoît Sokal – Casterman, Bruxelles, Belgique – Bandes dessinées – 18.00 €

L’art des jardins en Chine – Laurent Colson – Rouergue, Rodez, France – Arts – 49.00 €

La tête dans les nuages – Diego Bianki – Casterman, Bruxelles, Belgique – Jeunesse à partir de 6 ans – 16.00 €

Publié dans Actualité éditoriale, vient de paraître | Commentaires fermés

96e anniversaire de la mort de Alain-Fournier

Posté par Serge Bénard le 22 septembre 2010

imgres6.jpeg

Alain-Fournier, demi-pseudonyme d’Henri-Alban Fournier (3 octobre 1886 – 22 septembre 1914) est un écrivain français, mort à l’âge de 27 ans après avoir écrit un unique roman, Le Grand Meaulnes.

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations | Commentaires fermés

1234
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar