Accueil Anniversaires, fêtes, commémorations 182e anniversaire de la naissance de Léon Tolstoï

182e anniversaire de la naissance de Léon Tolstoï

1
0
19

lontolstophotographiparsergueprokoudinegorski.jpeg

Né le 9 septembre 1828 dans la haute bourgeoisie russe, Léon Tolstoï entre dans l’armée à 23 ans et fait le coup de feu contre les rebelles tchéchènes (déjà). Il commence à écrire et abandonne l’armée 5 ans plus tard. Il est reconnu comme l’un des plus grands écrivains russes avec deux best-sellers mondiaux : Guerre et Paix et Anna Karénine. Son évolution hors du commun fait de lui un homme attachant, d’une richesse intérieure impressionnante, et il est un des précurseurs de la non-violence. Léon Tolstoï est à la fois ce chrétien en « quête de la vérité», révolté par la pauvreté, la peine de mort, l’indifférence à autrui, l’esclavage, le militarisme, l’hypocrisie du clergé, et cet intellectuel curieux des autres cultures. C’est une véritable crise religieuse et morale qui transforme sa pensée, sa manière de vivre et de considérer le monde. Une vraie conversion ! Les années 1879-1886 furent décisives, et cela se voit dans ses œuvres (Confessions, Critique de la théologie dogmatique… Il mourra le 20 octobre 1910.

Œuvres

Récits du Caucase, 1853

La tourmente de neige, 1856

Le Royaume des Cieux est en vous, 1883

Mikhaïl, 1893

Le cadavre vivant, 1900

Romans 

Les Cosaques, 1863

Guerre et Paix, 1864-1869

Anna Karénine, 1873-1877

Résurrection, 1899

Nouvelles

Récits de Sébastopol (1855-1856)

La matinée d’un seigneur (1856)

La Tempête de neige (1856)

Les deux hussards (1856)

Lucerne (1857)

Albert (1857)

Trois morts (1859)

Le bonheur conjugal, 1859

Poulikouchka (1863)

Kholstomer (aussi intitulé Le Cheval) (1865)

La Mort d’Ivan Ilitch (1886)

La Sonate à Kreutzer (1889)

Maître et serviteur (1895)

Aliocha Gorchok

Le Réveillon du jeune tsar

Après le bal

Ainsi meurt l’amour

Les mémoires d’un fou

Histoire d’Ivan le petit sot (conte philosophique)

Histoires pour les enfants

Le Diable (1889-1890)

Le père Serge (1898)

Une paysanne russe

Le faux billet (aussi intitulé Le faux coupon) (1904)

Hadji-Mourat (1904)

Alexis le Pot (aussi intitulé Une âme simple) (1905)

Journal posthume du vieillard Fedor Kouzmitch (1905)

Ce que j’ai vu en rêve (1906)

Le Père Basile (1906)

Quels sont les assassins ? (1908)

Khodynka (1910) – Dernier écrit littéraire de Tolstoï, composé quelques mois avant sa mort.

Marchez pendant que vous avez de la lumière

Théâtre

La Puissance des ténèbres (1887)

Les Fruits de la science (1890)

Autobiographie

Enfance (1852)

Adolescence (1854)

Jeunesse (1855)

Ma confession (1879-1882)

Essais

Ma religion (1885)

Physiologie de la guerre (1887)

Pouvoir et liberté (1888)

La liberté dans l’école (1888)

Quelle est ma vie ? (1888)

Ce qu’il faut faire (1888)

L’école de la Iasnaia Poliana (1888)

De la vie (1889)

L’argent et le travail (1890)

Critique de la théologie dogmatique (1891)

Le Royaume des cieux est en vous (1893)

Qu’est-ce que l’art (1898)

Les pensées des hommes sages pour tous les jours (1903)

Ravisez-vous ! Essai sur la guerre russo-japonaise (connu en français sous le titre de Ravisez-vous ! ou Ressaisissez-vous), 27 juin 1904, in Times ; en 1904 en russe aux éditions A. Tchertkoff

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Anniversaires, fêtes, commémorations

Un commentaire

  1. Greg

    9 octobre, 2010 à 3:24

    Tolstoï semblait croire qu’il fallait « laisser faire » et préférer la liberté à toute forme d’autorité. Et c’est vrai que plus on s’enfonce dans notre société de consommation, plus on se rend compte qu’on rêve à un retour à l’état naturel…

Consulter aussi

Réouverture à New York de la maison d’Edgar Poe

La modeste maison dans laquelle l’écrivain Edgar Poe a passé ses dernières années vi…