• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 30 août 2010

La Bibliothèque d’État de Berlin (Staatsbibliothek zu Berlin)

Posté par Serge Bénard le 30 août 2010

fichierstaatsbibliothekzuberlinhaus2.jpeg

Bibliothèque d’État de Berlin (Potsdamer Straße)

La Bibliothèque d’Etat de Berlin a été fondée en 1661 par Frédéric-Guillaume de Brandenburg comme «Churfürstliche Bibliothek » à Cölln an der Spree. En 1701, la bibliothèque a été rebaptisée «Bibliothèque royale de Berlin » et a conservé ce nom jusqu’à la fin de la monarchie en Allemagne en 1918, puis renommé en « Bibliothèque d’État prussienne ».

Le 10 mai 1933, sur l’initiative du ministre de la propagande, Joseph Goebbels, les nazis ont brûlé environ 20 000 livres, dont la plupart pris dans la bibliothèque, y compris des œuvres de Thomas Mann, Erich Maria Remarque, Heinrich Heine, Karl Marx et bien d’autres auteurs. Aujourd’hui, une plaque de verre fixée sur la Bebelplatz, montrant une vue de bibliothèques vides, commémore cet événement.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale l’ensemble des collections (à l’époque près de trois millions de livres et d’autres matériels) a été caché par sécurité dans 30 monastères, des châteaux et des mines abandonnées. Une partie des collections a été restituée et rassemblée à la fin des années 1970 dans le nouveau bâtiment conçu par Hans Scharoun dans la Kulturforum sur la Potsdamer Straße dans Berlin-Ouest.

Publié dans Bibliothèques du monde | Commentaires fermés

Définition du jour : Papier cuve (ou papier à la cuve)

Posté par Serge Bénard le 30 août 2010

Papier cuve (ou papier à la cuve). Papier multicolore avec des motif irréguliers obtenus par trempage de ce dernier dans un bain d’acide. Utilisé exclusivement par les relieurs pour orner les plats des reliures demi-maroquin, chagrin ou basane ainsi que le deuxième et troisième plat et les gardes. Le papier se diversifie notamment au XIXe siècle par un grand choix de teintes et de motifs). 

Publié dans Définition du jour (Les mots du livre) | Commentaires fermés

Choix du jour de libraire à Limoges

Posté par Serge Bénard le 30 août 2010

couverturedulivrelesjeuxdelanuit.jpeg

Les jeux de la nuit

Jim Harrison

Traducteur : Brice Matthieussent

Genre : Romans et nouvelles – étranger

Flammarion

Prix : 21 €

ISBN : 978-2-08-122266-3

GENCOD : 9782081222663

Sortie le : 01/09/2010

Choix de Aurélie Janssens de la librairie Page et plume à Limoges

Ce sont trois longues nouvelles ou trois courts romans, c’est selon. Elles dressent toutes trois le portrait d’un personne touchée à un moment donné dans sa vie par un évènement difficile, mais qui sait relever la tête et s’en sortir. En toile de fond, et ce qui est peut-être pour moi le personnage principal du livre, nous avons les grands espaces américains : lacs, forêt, plaines… autant d’endroits propices à recueillir les errements, les pensées, chagrins et espoirs de ces trois êtres fragilisés.

Dans la première nouvelle, Sarah est une jeune fille qui a subi une agression sexuelle lorsqu’elle avait 15 ans. Dès lors une seule pensée l’obsède : se venger de la personne qui lui a infligé cela. D’un naturel solitaire, elle s’isole de plus en plus dans une petite cabane, préparant son plan, remuant ses pensées noires tout en essayant de sauver les apparences devant les trois amis qu’elle s’est fait à l’université.

La seconde nouvelle nous raconte le périple de Chien Brun, un indien, exilé au Canada avec sa fille, pour rejoindre les États-Unis où il aurait connu par le passé quelques sombres histoires. Nouvelle touchante d’un homme à qui le destin n’a pas offert les meilleurs cartes mais qui tente tout de même de sauver de sa vie ce qui peut l’être et notamment sa fille.

Enfin, dans la dernière nouvelle nous découvrons l’histoire de Samuel, atteint de lycanthropie après avoir été mordu par un louveteau. Nous suivons alors son parcours pour comprendre et lutter contre ses pulsions carnivores et sexuelles les nuits de pleine lune.

Quête de rédemption, destins tragiques, âmes solitaires ou en recherche d’amour et d’apaisement… ces portraits finement peints par Jim Harrison sont avant tout profondément touchants et humains. L’oeuvre d’un grand maître des lettres américaines.

Publié dans Choix des libraires | Commentaires fermés

Citation du 30 août

Posté par Serge Bénard le 30 août 2010

La où on brûle des livres, on finit par brûler des hommes.

Heinrich Heine

Publié dans Citation, note, pensée du jour | Commentaires fermés

12
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar