• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 25 août 2010

George Steiner chroniqueur au New Yorker : comment devenir intelligent ?

Posté par Serge Bénard le 25 août 2010

steinergeorgesjsassierdrspgallimard.jpg

Par Mathieu Tuffreau

Voilà un homme qui a posé toute sa vie l’une des plus passionnantes questions du siècle révolu : “qu’est-ce qui rend la haute culture si vulnérable aux sirènes de la barbarie ?” Une sélection de ses articles parus de 1967 à 1997 pour le magazine de référence The New Yorker fait l’objet d’une publication chez Gallimard.

Cet homme né en France en 1929 de parents juifs viennois a mis le nez pour notre bonheur dans tout ce que la littérature, la poésie et la philosophie ont compté de grand au cours du siècle : le grand et non moins polémique philosophe allemand Martin Heidegger sur lequel il a écrit un ouvrage aussi précis que concis (Martin Heidegger), Kafka et l’école de Prague, Karl Kraus et l’école viennoise (Vienne étant selon lui la ville qui a le plus marqué le siècle, lieu d’invention de la satire anti-bourgeoise, de la psychanalyse, du roman déconstructionniste et du nazisme), Philippe Ariès et l’histoire française structuraliste, Louis-Ferdinand Céline (”C’est dans le Voyage que détonent pour la première fois dans la langue le rythme du rock”), André Malraux (dont il moque le biographe, notre stakhanoviste Jean Lacouture, en rappelant qu’un certain John F. Kennedy disait de l’ancien ministre de la Culture :”il nous laisse loin derrière”), la philosophe Simone Weil (”il n’y a eu dans la tradition occidentale qu’une femme philosophe de rang”), Michel Foucault et la french philosophy qui dialoguait avec les maîtres allemands (”tout se passe comme si l’occupation de la France par les ALlemands avait laissé de profondes cicatrices qui se transformèrent en autant de sillons”), etc.

 

Lire la suite :

http://cinemadanslalune.net/?p=635

George Steiner, Chroniques du New Yorker, Arcades Gallimard, 18 €.

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés

25 au 29 août – Le 1er International Book Fair Mauritius

Posté par Serge Bénard le 25 août 2010

La première édition de l’International Book Fair Mauritius (IBFM 2010) aura lieu du mercredi 25 au dimanche 29 août à la Cybertour 1 d’Ebène.

Organisé par la Bibliothèque nationale, le premier Salon international du livre à Maurice bénéficie du soutien du ministère de l’Education, de l’Early Childhood Care and Education Authority (ECCEA) et de l’Association des étudiants de l’université de Maurice, qui organisent trois journées scolaires les 25, 26 et 27 août. Le grand public pourra aussi en profiter jeudi 26, de 13 à 18 heures et vendredi 27, de 15 à 18 heures ainsi que les 28 et 29 août.

Dix-neuf participants et maisons d’éditions seront représentés, dont dix partenaires mauriciens. Des étrangers feront le déplacement d’Afrique du Sud, de l’Inde et du Liban. Pour cette véritable première, six grandes marques de l’édition seront représentées en sus de Cambridge University Press, Samir Editions et PrintsIndia : Auzou (France), Collins-BigCat (Royaume-Uni), B. Jain (Inde), EPB Pan Pac Education (Singapour), The India Book House (Inde) et Ulmer (France).

Lire la suite :

http://www.lematinal.com/magazine/6875-Foire-du-livre-2010-a-partir-de-ce-mercredi.html

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Foires et salons du livre | Commentaires fermés

L’archipel de la littérature numérique

Posté par Serge Bénard le 25 août 2010

ouessant450x448.jpg

Ouessant nous a rapprochés : quelques auteurs, éditeurs et lecteurs ; au détour d’une rue venteuse, à l’abri d’un muret au-dessus du port de Lampaul, allongé au soleil à même le béton d’une cale rugueuse ou à l’ombre d’un bosquet de saules noirs. Nous avons navigué entre nos gîtes, les cafés et le Salon du livre insulaire, improvisant partout, en tous lieux, des débats, parfois officialisés, souvent impromptus et énervés, partout où nous trouvions à nous abreuver.

À cause de sa petitesse et de la mer qui l’entoure, Ouessant impose la confrontation, le direct, le face à face. Nous ne pouvons nous y cacher longtemps. Même en fuite sur le sentier côtier qui ondule en légères montagnes russes, nous sommes débusqués, démasqués, forcés de nous livrer, de nous repenser, de repenser notre travail, de repartir avec le plein d’idées, avec autant de doutes qu’avant, mais avec la volonté redoublée de nous surpasser.

Le salon insulaire d’Ouessant pourrait devenir le salon de la littérature numérique, celui où, pour la première fois, il est question des œuvres et non plus seulement de la technologie. Celui où les auteurs parleront de leur travail, proposeront des expériences nouvelles, dialogueront avec leurs lecteurs. Tout est en place, il nous suffit de revenir, d’avoir le courage de nous affronter, de nous confronter, loin de tout politiquement correct.

Lire la suite :

http://blog.tcrouzet.com/2010/08/24/l’archipel-de-la-litterature-numerique/

Publié dans Livre, histoire, bibliographie, Numérique | Commentaires fermés

Bibliothèque nationale d’Écosse

Posté par Serge Bénard le 25 août 2010

300pxnationallibraryofscotland.jpeg

Façade de la Bibliothèque nationale d’Écosse

La Bibliothèque nationale d’Écosse (National Library of Scotland) est la bibliothèque de dépôt légal pour l’Écosse. Situé dans un ensemble de bâtiments dans le centre d’Édimbourg, le siège se trouve sur le pont George IV, entre la Old Town (vieille ville) et le quartier de l’Université. Il existe également un bâtiment moderne (des années 1980) dans une zone résidentielle des quartiers sud de la ville pour accueillir quelques (collections spécialisées, cartes, bibliothèque de sciences).

180pxmerchantvenicetp1.jpeg

La Bibliothèque nationale d’Écosse rassemble près d’un million de livres dont des copies de la Bible de Gutenberg et le premier exemplaire des travaux de Shakespeare.

 

La Bibliothèque nationale d’Écosse est un organisme assez récent, établi seulement par un Acte du parlement en 1925. Avant cela, la bibliothèque nationale de dépôt était à l’Advocates Library, longeant la faculté des avocats. Celle-ci fut ouverte en 1689 et gagna son statut de bibliothèque nationale lors du Copyright Act de 1710. Pendant les siècles suivants, la bibliothèque ajouta des livres et des manuscrits à la collection grâce à des achats et au dépôt légal, créant une bibliothèque nationale à qui il ne manquait plus que le nom.

 

Dans les années 1920, l’entretien d’une telle collection fut trop important pour une institution privée. Ainsi, le contenu de la bibliothèque fut offert à la nation, avec une dotation de £100 000 de la part de Sir Alexander Grant of Forres. La National Library of Scotland fut officiellement constituée par un acte du parlement en 1925

 

Sir Alexander Grant donna à nouveau £100,000; ce qui porte le montant de ses donations combinées à l’équivalent de 6 millions de livres sterling d’aujourd’hui. Ces donations servirent à la construction d’un nouveau bâtiment sur George IV Bridge.

 

Les travaux pour le nouveau bâtiment commencèrent en 1938, interrompus par la Seconde Guerre Mondiale, et complétés en 1956. Dans les années 1970, la place nécessaire pour héberger la collection toujours grandissante commença à manquer. Le bâtiment de Causewayside ouvrit dans le sud de la ville en deux temps, en 1986 et 1995, pour un coût total de presque 50 millions de livres sterling.

 

Depuis 1999, la bibliothèque est financée par le Parlement écossais. Elle reste un des six dépôts légaux du Royaume-Uni et d’Irlande.

Publié dans Bibliothèques du monde | Commentaires fermés

L’édition : un marché grand par le prestige, petit par la taille

Posté par Serge Bénard le 25 août 2010

Le marché de l’édition en quelques chiffres peu récents mais instructifs…

Les dix groupes qui ont le plus publié en 2004 :

• Hachette Livre (5 619 nouveautés et nouvelles éditions) ;

• Editis (3 766) ;

• Groupe Flammarion (1 889) ;

• L’Hamattan (1 851) ;

• Groupe Gallimard (1 449) ;

• Groupe La Martinière-Le Seuil (1 098) ;

• Groupe Albin Michel (999) ;

• Média Participations (932) ;

• Bayard (639) ;

• Puf (548).

Chaque année, les éditeurs publient environ 45 000 ouvrages (réimpressions incluses), en 2004, la production se répartissait de la manière suivante :

• littérature (littérature pour la jeunesse et bande dessinée comprises) : 39 % des titres publiés ;

• sciences sociales : 19,1 % des titres publiés ;

• techniques, sciences appliquées : 10,1 % des titres publiés ;

• géographie-histoire : 9,8 % des titres publiés ;

• arts, sports : 8,4 % des titres publiés ;

• philosophie et disciplines connexes : 4,8 % des titres publiés ;

• religions : 2,8 % des titres publiés ;

• sciences de l’information : 2,7 % des titres publiés ;

• sciences de la nature et mathématiques : 1,8 % des titres publiés ; • langage : 1,5 % des titres publiés

Source : « Le marché du livre 2004 », Livres Hebdo, mars 2005.

Publié dans Economie du livre | Commentaires fermés

Pour rassurer les inquiets : « Le livre sera l’avenir du livre »

Posté par Serge Bénard le 25 août 2010

L’an dernier, à cete époque, « Livres Hebdo » interviewait Frédéric Kaplan, ingénieur spécialisé dans les nouvelles technologies, directeur de recherche à l’Ecole Polytechnique de Lausanne. Pour rassurer les inquiets, il nous a paru intéressant de rappeler ce qu’il affirmait, à savoir que « le livre sera l’avenir du livre ». « Le livre est un objet-interface qui dispose d’un grand nombre d’atouts, y déclarait-il. Autonome et léger, il offre des possibilités interactives très intéressantes. Par exemple, nous sommes capables en quelques dizaines de secondes de retrouver un mot dans un dictionnaire parmi des dizaines de milliers. Essayez, sans clavier, de retrouver un morceau sur votre iPod avec une bibliothèque de cette taille ! De même, nous pouvons parcourir rapidement la structure d’un livre pour acquérir une première idée, superficielle certes mais tout de même précieuse, de ce qu’il contient. Essayez de faire de même avec les fichiers de votre ordinateur personnel ! Ces atouts me font penser que le livre, en tant qu’interface, a de beaux jours devant lui et qu’il est probablement même capable d’investir de nouveaux territoires pour le moment dominés par les interfaces électroniques – clavier et souris, qui sont aujourd’hui nos modes d’accès par défaut vers les informations numérisées. »

Publié dans Livre, histoire, bibliographie, Numérique, Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes | Commentaires fermés

Barnes & Noble éponge une perte de 62,5 millions

Posté par Serge Bénard le 25 août 2010

Comme bien d’autres librairies, Barnes & Noble a souffert de la baisse des ventes de livres dans la foulée de la récession et du virage vers l’édition électronique.

Associated Press – New-York

La chaîne de librairies Barnes & Noble (BKS) a perdu 62,5 millions de dollars US au premier trimestre, soit 1,12$ US par action, après avoir engrangé un bénéfice de 12,3 millions US ou 21 cents US par action l’an dernier. Les revenus du plus important libraire traditionnel des États-Unis ont glissé de 21% à 1,4 milliard US.

Les analystes attendaient une perte de 80 cents US par action et des revenus de 1,4 milliard US. L’entreprise prévoit maintenant une perte par action pour l’exercice de 25 à 65 cents US.

Source :

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/commerce-de-detail/201008/24/01-4309275-barnes-noble-eponge-une-perte-de-625-millions.php

Publié dans Economie du livre, Librairies, libraires | Commentaires fermés

IPad et Hachette : les libraires en colère

Posté par Serge Bénard le 25 août 2010

Par Anthony Nelzin

Le Syndicat de la librairie française n’apprécie pas l’iBookstore, et encore moins que Hachette puisse être un partenaire privilégié d’Apple, partenariat « vécu comme le signe d’un profond mépris » par les 470 signataires d’un appel resté relativement discret. Et seul partenariat d’Hachette avec une société américaine (lire : iBookstore : Hachette Livre a signé avec Apple).

ActuaLitté cite ainsi un signataire qui estime que Hachette favorise une concurrence jugée déloyale : le modèle du contrat d’agent utilisé par Apple fait grincer des dents parce qu’il s’opposerait à « la nécessaire maîtrise de la fixation du prix de vente au public par l’éditeur » et présenterait des « risque[s] de domination du marché, voire de quasi-monopole ».

Hachette jouerait donc le jeu de la « marginalisation de la librairie française » en se pliant aux conditions d’Apple. Plus qu’un combat des représentants de la culture française face aux intérêts financiers américains, antienne trop souvent entendue, c’est Hachette qui est pris pour cible : « depuis plusieurs années, ce groupe pratique une obstruction récurrente sur les sujets d’intérêt commun entre l’édition et la librairie, ne participe pas à des actions collectives en faveur du développement des librairies et maintient une très large part des librairies dans des conditions de rémunération inadaptées au regard des obligations qui lui sont conférées par la loi de 1981 ».

Lire la suite :

http://www.actualitte.com/actualite/20910-accord-publicite-apple-hachette-librairies.htm

Publié dans Librairies, libraires, Numérique | 1 Commentaire »

Choix de libraire (à Fougères)

Posté par Serge Bénard le 25 août 2010

Choix de Frédéric Hélary de la librairie Mary à Fougères (35).

Auteur : Jean-Marie Blas de Roblès

Genre : Romans et nouvelles – français

Editeur : Zulma, Honfleur, France

Collection : Littérature française

Prix : 16.50 €. Sorti le : 19/08/2010

« Si la couverture n’évoque pas un mandala, c’est pourtant bien de cela dont il s’agit dans ce roman. Partir des apparences extérieures pour se concentrer sur les lumières vives de l’intérieur, voilà un défi d’écriture que Jean-Marie Blas de Roblès relève de son habileté désormais reconnaissable. En deux lignes il croque Lyon, l’une de ses rues, l’un de ses lycées, un gardien solitaire, son passé trouble, sa passion dévorante et le voisinage qui meuble l’immeuble. La poésie émane des inquiétudes, des contrariétés, des évènements qui font rebondir vers un ailleurs ou au contraire vers l’intérieur, au plus près. C’est ainsi que Bastien, gardien d’un lycée jésuite, va se tourner vers sa voisine, mère célibataire, et son fils de cinq ans, garçon sensible qui se fera narrateur une fois adulte, puis vers le fil rouge de sa vie, le coeur de son mandala : le Tibet. S’en suivra des changements inattendus, un voyage inespéré, une acceptation du temps qui passe et la vieillesse bienvenue.

Après l’aventure brésilienne de « Là où les tigres sont chez eux », Zulma nous livre ici un condensé de spiritualité apaisante. Vivement la rentrée 2011 ! »

Acheter La montagne de minuit chez ces libraires indépendants en ligne :

L’Alinéa (Martigues) Dialogues (Brest) Durance (Nantes) Maison du livre (Rodez) Mollat (Bordeaux) Ombres Blanches (Toulouse) Sauramps (Montpellier) Thuard (Le Mans)

Publié dans Choix des libraires | Commentaires fermés

Pronostics

Posté par Serge Bénard le 25 août 2010

Par Me Emmanuel Pierrat, avocat au barreau de Paris

Tandis que le versant français de l’affaire Google suit son bonhomme de chemin devant la Cour d’appel de Paris, la justice américaine, qui devait statuer le 9 août dernier, ne semble pas pressée. Le juge Denny Chin avait pourtant indiqué pouvoir se prononcer à cette date à propos de la transaction proposée par Google au milieu du livre dans le but d’arrêter le contentieux en cours.

Las, le juge Chin n’exerce pas au même rythme que le juge Ti quand celui-ci est déterminé à résoudre une affaire sous la plume de  Robert Van Gulik.

Il est vrai que le contexte est particulier. Le 9 août correspondait en effet à un troisième délai accordé aux parties dans ce procès au long cours, afin d’y trouver une solution amiable. Le même magistrat paraît partisan des rapprochements à tout prix, car il a accordé, en juillet, un autre troisième délai dans une affaire connexe opposant Google aux artistes plastiques. Sans compter que Denny Chin semble préoccupé par de futurs dossiers : il a été récemment promu à la Seconde Cour d’appel, et ce après avoir tout juste entendu les derniers débats dans l’affaire Google versus l’édition nord-américaine.

Lire la suite :

http://www.livreshebdo.fr/weblog/chronique-juridique-30/574.aspx

Publié dans Droit, législation, contentieux, conflits, procès | Commentaires fermés

12
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar