• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 20 août 2010

24 août – Fous littéraires…

Posté par Serge Bénard le 20 août 2010


Dans le cadre de l’exposition Bibliomosaico, Catherine Danzé animera une Causerie littéraire :

« Les Fous littéraire: lecteurs excentriques et bibliothèques improbables » le mardi 24 août 2010, à la bibliothèque municipale de Paray le Monial,

Rendez-vous à 21 h, dans l’exposition même, où vous aurez , avec la complicité de la nuit, une vision neuve et étonnante de l’oeuvre de Daniele Strada « l’impero della luce » (l’empire de la lumière)…

 

 

 

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Lectures publiques, promenades et tourisme littéraires, théâtre | Commentaires fermés

L’édition : un avenir révolutionnaire

Posté par Serge Bénard le 20 août 2010

La transition entre une industrie du livre traditionnelle, faite de stocks et d’inventaires, à des fichiers numériques disponibles aussi rapidement qu’un email est irrémédiable. Pour Jacob Epstein, seule la dépendance des éditeurs vis-à-vis des bestsellers et des coups marketing dans un marché du livre hyper spécialisé les empêche d’en prendre la mesure. Les éditeurs ont simplement peur de leur propre mortalité comme de la complexité de la transformation numérique qui les attend.

Jacob Epstein voit dans l’industrie du livre actuelle ce que Marx voyait dans les révolutions de 1848 : quelque chose de solide qui se fondra dans l’air. Les imprimeries, les piles de livres entreposés et inventoriés et le marché au détail seraient amenés à se dissoudre dans un nuage énorme où tous les livres du monde, là où il sera possible de se connecter sur le web, deviendront des fichiers téléchargeables par titres. Et ces fichiers pourront être lus sur des supports numériques comme Kindle, Sony Reader ou l’iPad, ou bien imprimés et reliés sur demande, une copie à la fois, grâce à… l’Espresso Book Machine  . La numérisation rend possible un monde où n’importe qui peut se dire éditeur et n’importe qui peut se dire auteur. Même si l’intégralité du contenu des librairies de ce monde deviennent accessibles en un clic, ce même clic pourra faire disparaître ce contenu et toute la civilisation d’un même élan. Ce qui représente un argument imparable, s’il en fallait un, en faveur de l’existence de livres matériels à l’âge numérique.

Lire la suite :

http://www.nonfiction.fr/article-3244-ledition__un_avenir_revolutionnaire.htm

Publié dans Edition, éditeurs, Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes | Commentaires fermés

120e anniversaire de la naissance de Howard Phillips Lovecraft

Posté par Serge Bénard le 20 août 2010

lovecraftetsafemmesoniagreene1924.jpeg

Lovecraft et sa femme Sonia Greene (1924) 

Né le 20 août 1890 et décédé le 15 mars 1937, Howard Phillips Lovecraft est un écrivain américain connu pour ses récits d’horreur et de science-fiction.

Bibliographie sommaire :

La Couleur tombée du ciel, L’Abomination de Dunwich, Le Cauchemar d’Innsmouth, Celui qui chuchotait dans les ténèbres, Dans l’abîme du temps, La Maison de la sorcière, L’Appel de Cthulhu et Les Montagnes hallucinées furent les premiers textes publiés en France et constituent le sommaire des numéros 424 et 525 de la collection Présence du futur.

Dagon (Dagon, 1917)

Herbert West, réanimateur (Herbert West: Reanimator, 1922)

La Maison maudite (The Shunned House, 1924)

Je suis d’ailleurs (The Outsider, 1926)

L’Appel de Cthulhu (The Call of Cthulhu, 1926)

La Couleur tombée du ciel (The Colour out of Space, 1927)

L’Abomination de Dunwich (The Dunwich Horror, 1928)

L’Affaire Charles Dexter Ward (The Case of Charles Dexter Ward, 1928)

Celui qui chuchotait dans les ténèbres (The Whisperer in Darkness, 1930)

Les Montagnes hallucinées (At the Mountains of Madness, 1931)

La Maison de la sorcière (The Dreams in the Witch-House, 1932)

Le Cauchemar d’Innsmouth (The Shadow over Innsmouth, 1932)

Dans l’abîme du temps (The Shadow out of Time, 1935)

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations | Commentaires fermés

857e anniversaire de la mort de Bernard de Clairvaux

Posté par Serge Bénard le 20 août 2010

bernarddeclairvaux.jpeg

Premier abbé de Clairvaux, né en 1091 à Fontaine en Bourgogne Bernard de Clairvaux est mort le 20 août 1153. Très jeune, Bernard fut envoyé à Châtillon pour apprendre ce qui constituait la science de ce temps-là; il se distingua par son ardeur au travail. En 1113, il entra à l’abbaye de Cîteaux avec plusieurs amis et tous ses frères, à l’exception d’un seul, qui le suivit plus tard.

Bernard n’était âgé que de vingt-deux ans, lorsqu’il entra à Cîteaux. Cette abbaye avait été fondée quinze ans auparavant, en réaction contre le relâchement des maisons de la congrégation de Cluny. Mais elle n’avait eu jusqu’alors qu’une existence précaire. En 1109, lorsque Étienne Harding en reçut la direction, elle n’avait pas encore de novices, et elle semblait menacée d’une ruine précoce. Harding comprit que la principale condition du succès pour une entreprise réformatrice, c’est de poursuivre la réforme à outrance : il la poussa donc la rigueur ascétique, plus loin encore que ses prédécesseurs. Cette austérité valut à Cîteaux la réputation qui attira Bernard et ses compagnons. Harding trouva en eux les hommes qu’il lui fallait. Dans les deux années qui suivirent leur arrivée (1113-1115), Cîteaux établit quatre colonies ou « maisons-filles », dont l’une était celle de Clairvaux. Bernard en fut le fondateur et le premier abbé. En 1151, deux ans avant sa mort, il y avait 500 abbayes cisterciennes ; l’abbaye de Clairvaux contenait 700 religieux ; 72 couvents s’étaient constitués dans les divers pays de l’Europe, adoptant les observances de Clairvaux, plus sévères encore que celles de Cîteaux : 35 en France, 14 en Espagne, 10 en Angleterre et en Irlande, 6 en Flandre, 4 en Italie, 2 en Allemagne, 2 en Suède, 4 au Danemark, 1 en Hongrie

La part décisive que Bernard prit en France et en Allemagne à la prédication de la deuxième croisade (1145-1147) appartient à l’histoire politique plutôt qu’à l’histoire ecclésiastique. L’insuccès de cette entreprise lui fut amèrement reproché : comme il avait annoncé des victoires certaines, on l’accusa d’avoir été un faux prophète, il se défendit en attribuant les échecs des croisés à leurs péchés; mais dès les premières déceptions, son prestige avait été sérieusement atteint. En 1165, douze ans après sa mort, il fut inscrit sur le calendrier de l’Église; mais il ne fut canonisé officiellement qu’en 1174, sous Alexandre III.

Son œuvre écrite

Le recueil des écrits qui lui sont attribués comprend 340 sermons : 86 sur le Cantique de Salomon, 86 sur les événements solennisés dans l’année ecclésiastique, 43 sur les saints et la Vierge, 125 sur des sujets divers; 480 lettres; des traités ascétiques ou polémiques dont les plus intéressants sont : De Contemtu Dei, De diligendo Deo, Adversus Aboelardum, Apologia, de conversione ad monachos, De consideratione sui; des poésies religieuses : la prose de la Nativité, des Salve, parmi lesquels le célèbre Salve Input cruentum; le Jubilus rhythmicus de Nomine Dei, le Jesu dulcis memoria. Soumise à une critique sérieuse, cette liste subirait peut- être une réduction considérable.

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations | Commentaires fermés

Citation du 20 août

Posté par Serge Bénard le 20 août 2010

On devrait fonder une chaire pour l’enseignement de la lecture entre les lignes.

Citations de Léon Bloy

Exégèse des lieux communs

Publié dans Citation, note, pensée du jour | Commentaires fermés

12
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar