Accueil Edition, éditeurs Interview : Capucine Roche, lectrice d’édition et auteur de « Comment se faire éditer ? »

Interview : Capucine Roche, lectrice d’édition et auteur de « Comment se faire éditer ? »

Commentaires fermés
0
5

conseillitterairemanuscritediteur2.jpeg

Bien souvent premier lecteur des manuscrits adressés à une maison d’édition et donc premier « barrage » à passer, le lecteur d’édition travaille dans l’ombre et la plus stricte confidentialité. Un travail rigoureux et méconnu à l’importance fondamentale. Ce sont en effet eux qui choisissent et orientent les manuscrits vers les éditeurs en vue d’une éventuelle publication. Comment travaillent-ils ? Quelles sont les conditions pour qu’un ouvrage soit retenu, les erreurs à éviter ? Comment obtenir un avis argumenté sur ses écrits lorsque l’on est un jeune auteur aspirant à la publication.

Autant de réponses (et bien d’autres encore) que Capucine Roche, lectrice d’une grande maison d’édition parisienne (dont le nom n’est pas communiqué pour raison de confidentialité), journaliste littéraire et auteur du guide « Comment se faire éditer ? » a accepté de nous dévoiler. A la découverte des coulisses et des rouages de l’édition… :

Comment devient-on lecteur(ice) pour l’édition ?

Il n’y a pas de formation qui prépare à ce genre d’activité. Cependant, les personnes qui ont fait des études de lettres, ont (selon moi) plus de chance d’être sélectionnées. Et encore que… Moi, je suis titulaire d’un DEA de lettres modernes. Mais ce n’est pas mon diplôme qui m’a fait obtenir ce poste. C’est plutôt ma passion pour la lecture qui m’a donné la force d’aller démarcher un grand éditeur parisien…

Pourquoi avez-vous eu envie de l’exercer ?

Parce que j’aime lire et qu’être payé pour exercer sa passion est une véritable chance. Mais aussi parce qu’à l’époque j’étais journaliste littéraire et que ce type d’activité n’était que le prolongement logique de mon métier.

Quelles sont les qualités, les compétences requises ?

Pour devenir lectrice, il faut avant tout aimer lire. C’est la base. Mais pas en dilettante. Il faut que la lecture soit pour vous une nécessité. Un besoin quasi vital. Il faut également avoir beaucoup lu (les auteurs classiques mais aussi les contemporains). Car c’est en lisant que l’on découvre comment fonctionne une bonne mécanique romanesque et que l’on est capable ensuite de porter un jugement objectif sur les textes. Enfin, il faut disposer d’énormément de temps.

Quelles sont les difficultés du métier ?

L’ennui… Il faut reconnaître que la grande majorité des manuscrits sont décevants. Mais dans la mesure où vous vous êtes engagés à les lire, vous devez impérativement les terminer pour être capable d’établir leurs bilans. Ce qui n’est pas toujours facile, croyez-moi… L’autre point noir de ce métier est la solitude. Passer son temps à lire vous isole et vous coupe du reste du monde.

Lire la suite :

http://www.buzz-litteraire.com/index.php?2010/04/05/1593-interview-capucine-roche-lectrice-maison-dedition-auteur-du-guide-comment-se-faire-editer

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Edition, éditeurs
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

3 mars – Pierre Parat présentera son livre « Parat par Pierre Parat »

  Le 3 mars 2011, à 18h30 à l’Académie d’Architecture, Dans cet ouvrage paru en mai 2010, …