• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 17 août 2010

23 septembre au 2 octobre – Les Francophonies en Limousin

Posté par Serge Bénard le 17 août 2010

Pour la vingt-septième année consécutive la ville de Limoges et sa région accueillent le festival des Francophonies en Limousin. Théâtre, spectacles de danse, concerts, tenteront d’établir un «compromis entre la fiction et le réel» selon la directrice, Marie-Agnès Sevestre. Canada, Mali, Congo, Italie, Tunisie, Belgique, Haïti, Vietnam… des compagnies francophones venues des quatre coins du monde sont invitées pour une grande célébration des arts de la scène. Le «Bar des auteurs» accueillera les visiteurs pour des lectures, des rencontres et des débats avec des écrivains dont les lauréats des concours d’écriture théâtrales d’Etc_ Caraïbes, l’haïtien Guy Régis Junior et le vénézuélien Gustavo Ott. 

Francophonies en Limousin 

Du 23 septembre au 2 octobre 

11 avenue du Général-de-Gaulle 

87000 Limoges

accueil@lesfrancophonies.com

05 55 10 90 10

Publié dans Festivals, galas, spectacles, expositions, musées, Francophonie, langue française | Commentaires fermés

Label LIR : 58 librairies de plus en 2010, nouveaux critères en 2011

Posté par Serge Bénard le 17 août 2010

Librairie Indépendante de Référence…

Par Nicolas Gary,

Depuis 2009 et la mise en place du label LIR, ce sont 406 librairies qui se sont vu octroyer cette marque d’établissement de qualité ratifié en mars 2009 par Christine Albanel. LIR, pour Librairie Indépendante de Référence, a été promulgué le 15 avril 2009 au JO (décret n°2009-395 du 8 avril 2009) et les demandes adressées au CNL.

Bref rappel des conditions nécessaires pour son obtention :

Les conditions pour obtenir le label sont : réaliser 75 % de son chiffre d’affaires « avec la vente de livres neufs au détail » pour les grandes villes et 50 % pour les petites et moyennes villes, proposer « une offre diversifiée de titres », 12,5 % du CA réalisé sur la vente de livres doivent être dévolus « aux frais des personnels affectés à cette activité ». Enfin, la librairie doit organiser tout au long de l’année « une animation culturelle ».

Dans un communiqué, le ministère de la Culture et de la Communication vient d’annoncer que pour 2010, 58 nouveaux établissements avaient grossi les rangs, au terme de la session d’attribution. (voir la liste des librairies).

Lire l’article :

http://www.actualitte.com/actualite/20882-librairie-independante-reference-LIR-label.htm

 


Publié dans Librairies, libraires | Commentaires fermés

L’interdiction du livre égyptien au Salon d’Alger, une décision irréfléchie et calamiteuse

Posté par Serge Bénard le 17 août 2010

Par Abdellali Merdaci* 

La décision rapportée par le quotidien L’Expression (9 août 2010) du commissaire du Salon international du Livre d’Alger (Sila) d’en fermer les portes aux écrivains et aux éditeurs égyptiens est dans ses excès à la fois irréfléchie et calamiteuse.
Irréfléchie en raison même du caractère officiel de la manifestation qui associe le gouvernement, principal organisateur, en ce qu’elle préjuge fortement de ce que doivent être aujourd’hui les relations d’États entre l’Algérie et l’Égypte. Calamiteuse, car M. Smaïl Ameziane en justifiant cette mesure intempestive par les éprouvants événements qui ont précédé et accompagné les rencontres entre les sélections nationales de football algérienne et égyptienne dans la phase éliminatoire de la Coupe du monde 2010, surinvestit – sans calcul du risque d’exacerber et de renflouer les chauvinismes à l’affût comme on vient de l’observer à Tizi-Ouzou avec le caillassage du bas d’El Ahly — ce qui a été une scène dramatique entre deux pays, longtemps liés par un destin commun. Sans doute ce sentiment de rejet – vengeur et rédempteur — de l’Égypte que le commissaire du Sila partage avec beaucoup d’Algériens, à juste titre excédés par les heurts et malheurs d’une rencontre de football, est bien réel. Cependant, au-delà des mécontentements vivement exprimés par le peuple algérien, il est revenu – et il revient toujours — au seul gouvernement de prendre et d’assumer publiquement les mesures politiques et diplomatiques les plus appropriées dans cette brève et fulgurante escarmouche du football entre l’Algérie et l’Égypte. Et, bien entendu, d’en prévoir les retombées. L’interdiction par le commissaire du Sila du livre égyptien en figurerait-elle nécessairement un signe ou — si elle relève, comme il l’indique, de la convenance personnelle – un inconvenant et inexplicable dérapage ?

Lire la suite :

http://www.lematindz.net/news/3271-opinion-linterdiction-du-livre-egyptien-au-salon-dalger-une-decision-irrefl.html

 

* Écrivain-universitaire. A publié L’Institution du littéraire dans l’Algérie coloniale, Constantine, Médersa, 2006. Dernier ouvrage paru : Auteurs algériens de langue française de la période coloniale, Paris, L’Harmattan, 2010.

Publié dans Censure, autodafés, emprisonnements, crimes, exils, Foires et salons du livre | Commentaires fermés

Les écrits gnostiques : de Louxor à Nag Hammadi

Posté par Serge Bénard le 17 août 2010

Par Nicolas Grimal, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, égyptologue, professeur au Collège de France

Ce n’est pas un hasard si les écrits gnostiques ont été découverts à Nag Hammadi : Nicolas Grimal démontre que cette partie de l’Egypte a été, du temps des pharaons, un haut lieu de la métaphysique et de la réflexion théologique. Ecoutez son intervention lors du colloque « Les textes de Nag Hammadi » organisé par l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/col538.mp3

Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida3858-Les-ecrits-gnostiques-de-Louxor-a.html

Le colloque international « Les textes de Nag Hammadi : histoire des religions et approches contemporaines », organisé par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, en partenariat avec l’université Laval (Québec), les 11 et 12 décembre 2008, s’est tenu à Paris, à la fois à la Fondation Simone et Cino Del Duca et dans la salle des séances de l’Institut de France.

Victimes du temps et des hommes, les écrits gnostiques ne furent longtemps accessibles qu’à travers les citations ou les résumés des Pères de l’Eglise (IIè-IVè siècles) qui furent acharnés à les combattre. Tout changea en 1945 lors que l’on découvrit, à Nag Hammadi, à quelque 130 km au nord de Louxor, dans une jarre, douze livres reliés en cuir et plusieurs feuillets d’un treizième, au total près de 1200 pages de papyrus. On connaissait enfin la rédaction complète de plusieurs écrits discutés par les philosophes néoplatoniciens et les hérésiologues chrétiens, l’Evangile de vérité, attribué à Valentin, le Livre des secrets de Jean, résumé par Irénée, ou le célèbre Evangile de Thomas, qui contient une très ancienne collection des paroles de Jésus.

Comme l’a souligné Nicolas Grimal dans son intervention, il est sans doute délicat de tenter d’établir une connection entre l’Egypte pharaonique et les textes gnostiques des premiers siècles du christianisme. Et pourtant ce n’est pas sans raison que ces textes ont été trouvés en Egypte et, tout particulièrement, dans cette partie de l’Egypte que l’on appelle (à tort sur le plan historique mais c’est une autre affaire) la moyenne Egypte. Nicolas Grimal démontre que ceux-ci ne peuvent être « délocalisés ».

Lire la suite :

http://www.canalacademie.com/ida3858-Les-ecrits-gnostiques-de-Louxor-a.html

Publié dans Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies, Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Patrimoine culturel, patrimoine écrit | Commentaires fermés

Grand dépoussiérage pour la bibliothèque du conseil de Paris

Posté par Serge Bénard le 17 août 2010

 18898.jpeg

Une toilette pour des dizaines de milliers de livres   

Par Bastien Morel, (Actualitté)

Il faudra bien l’expertise d’une entreprise spécialiste pour venir à bout de la tâche. Le conseil de Paris souhaite organiser le dépoussiérage des 20.000 ouvrages que compte sa bibliothèque.

Un dépoussiérage du dos et des tranches de chaque volume mais aussi essuyage des rayonnages que compte les 400. Pour la plupart fragile et précieux, le fond s’étale sur 400m dont une mezzanine.

Monument classé au patrimoine, le conseil verra les travaux commencer à l’été 2011.

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

Définition du jour : Livres d’Heures

Posté par Serge Bénard le 17 août 2010

Livres d’Heures. Sous ce nom, on publiait à Paris des ouvrages manuscrits richement enluminés avant l’invention de l’imprimerie ; puis ceux-ci furent imprimés à la fin du XVIe siècle. Cette désignation française est également appliquée dans la bibliographie étrangère. Ces livres qui étaient destinés aux laïcs contenaient les dates du calendrier, des fragments des évangiles, etc. Citons le célèbre Livre d’Heures du Duc de Berri. Paru en 1403, illustré par Van Eyck ; ces livres n’avaient pas de pagination, on les composait en gothique, en romain et en italique ; leurs imprimeurs étaient Simon Vostre, Vérard, Pigouchet, Kerver, tous à Paris.

Publié dans Définition du jour (Les mots du livre) | Commentaires fermés

La littérature francophone d’Algérie, une réalité mouvante

Posté par Serge Bénard le 17 août 2010


Née dans un contexte historique, la littérature algérienne francophone écrite par les autochtones ne cesse d’animer le débat qu’engendre son apellation. Cette littérature, à laquelle la critique a toujours assigné des limites chronologiques et dont on a prédit la mort au lendemain de l’indépendance, demeure bien vivante. Enquête au pays de Kateb Yacine.

Par Meriem Boughachiche, Université de Constantine

Écrite par des ruraux, nomades, citadins, aristocrates, berbères, chrétiens musulmans, juifs, Français, Arabes, Franco-Algériens, la littérature algérienne de langue française reflète la complexité, la diversité et la richesse de l’histoire du pays. Liée à la colonisation, celle-ci est devenue, avant même qu’elle ne soit achevée, matière intarissable où l’engagement n Ùte rien à l’originalité d’une écriture qui s’affirme, se renouvelle, perpétue la précédente et s’enrichit avec le temps. Le panorama de cette littérature rend compte des parcours historique, idéologique et esthétique, et nombre de critiques s’accordent pour voir dans son développement des phases incontournables. Aux alentours des années 20 avance timidement une littérature d’assimilation et d’apprentissage de la langue et de la culture de l’Autre, une période au cours de laquelle les Algériens sentent le besoin de parler aux Français de leur vie d’indigène en s’adonnant à des genres comme la nouvelle, l’essai, le poème, le témoignage : Khadra, danseuse des Ouled Naôl de Slimane ben Brahim, Ahmed ben Mustafa, goumier de Caôd ben Cherif, Zohra, La femme d’un mineur d’Abdelkader Hadj-Hamou, Mériem dans les palmes de Mohammed Ould Cheikh, …toile secrète de Jean Amrouche, Jacinthe noire de Marguerite Louis Taos.

Peu à peu, le français devient directement le vecteur principal des grands débats qui agitent l’Algérie suscitant, au début des annÈes 50, l’apparition d’une littérature ethnographique haute en couleur qui glisse vers l’autobiographique dont les principaux ouvrages furent : Le Fils du pauvre de Mouloud Feraoun, La Colline oubliée de Mouloud Mammeri, La Grande maison de Mohammed Dib, descriptions de la vie traditionnelle, du folklore, des coutumes et des mœurs des Algériens dénonçant le colonialisme. C’est une écriture réaliste ancrée dans le terroir dont les techniques et les effets rappellent ceux des romans classiques occidentaux, vu l’impact de la formation scolaire sur ces auteurs.

Lire la suite :

http://lorientlitteraire.com/article_details.php?cid=31&nid=3090

Publié dans Francophonie, langue française | Commentaires fermés

Citation du 17 août

Posté par Serge Bénard le 17 août 2010

Les livres anciens sont pour les auteurs ; les nouveaux, pour les lecteurs.

Montesquieu

Cahiers 1716-1755

Publié dans Citation, note, pensée du jour | Commentaires fermés

 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar