• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 16 août 2010

Perpignan – La librairie Coste-Torcatis souffle ses 65 bougies

Posté par Serge Bénard le 16 août 2010

1945-2010. La très connue librairie Coste-Torcatis, rue Mailly, va célébrer ses 65 ans. Avec, à partir du mois de septembre, des manifestations culturelles et un site internet. 65 ans et toujours actuelle 

C’était au lendemain de la guerre, en 1945. La veuve du résistant Louis Torcatis, dont le nom de combat était Bouloc, fonda avec un certain nombre d’éditeurs et de papetiers (Editions Colin, Suden, papeterie Navarre, etc.) une librairie à vocation scolaire, à la rue Mailly. En 1962, Jean-Louis Coste, de retour de la guerre d’Algérie et employé aux Télécom à Paris, décide de changer de profession et, peut-on dire aussi, de vie. Ce passionné de littérature va reprendre, avec son épouse Odette, la librairie de la veuve Torcatis, dont le nom restera accolé à celui de Coste. La première

 

vitrine que réaliseront Jean-Louis et Odette Coste sera une vitrine sur Boris Vian. « A l’époque, mettre du Vian dans sa vitrine, c’était un peu rock and roll », commente Roger Coste, fils des précédents et actuel propriétaire de la librairie.

Le libraire : « Un passeur de textes » Sous la direction du couple Coste, la littérature prend rapidement le pas sur le manuel scolaire et le supplante. « A la fin de la guerre, l’ouverture de librairies, souvent militantes, s’est développé. Mais un besoin de changement s’est fait jour, et le libraire est devenu acteur de la transmission de pensée. Le libraire ce n’est pas un vendeur de livres, c’est un passeur de textes, il doit proposer aux gens ce qui leur convient le mieux, il a un rôle politique au sens étymologique du terme. Mais notre librairie n’a jamais été celle d’un parti, nous y veillons », explique Roger Coste. En 1962, il y avait davantage de librairies au coeur de Perpignan qu’aujourd’hui. La faute aux grandes structures qui ont englobé de petites librairies indépendantes.

Lire la suite :

http://www.lindependant.com/articles/2010-08-15/la-librairie-coste-torcatis-souffle-ses-65-bougies-231622.php

Publié dans Librairies, libraires | Commentaires fermés

Citation du 16 août

Posté par Serge Bénard le 16 août 2010

L’autore dovrebbe morire dopo aver scritto. Per non disturbare il cammino del testo.

L’auteur devrait mourir après avoir écrit. Pour ne pas gêner le cheminement du texte.

Umberto Eco

Il nome della Rosa (Le Nom de la Rose)

Publié dans Citation, note, pensée du jour | Commentaires fermés

123
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar