• Accueil
  • > À paraître
  • > « Fragments » ou Marilyn Monroe écrivain à la recherche d’elle-même

« Fragments » ou Marilyn Monroe écrivain à la recherche d’elle-même

Posté par Serge Bénard le 5 août 2010

Paris, 5 août 2010 (AFP) – Des documents inédits dont des extraits de ses carnets intimes, à paraître en octobre, révèlent une Marilyn Monroe inconnue, cherchant par l’écriture à échapper aux clichés hollywoodiens.

« Il y a eu des centaines de livres ‘sur’ Marilyn mais on pourrait dire qu’il s’agit pour la première fois d’un livre ‘de’ Marilyn et du monde vu à travers ses yeux, avec quelque chose d’intellectuellement exigeant et la volonté de le comprendre, à travers ses écrits », explique à l’AFP Bernard Comment, coéditeur de l’ouvrage avec le producteur de cinéma américain Stanley Buchthal.

Intitulé Fragments, le livre sortira entre les 7 et 12 octobre dans une dizaine de pays dont les Etats-Unis (éditions Farar, Straus & Giroux). Il rassemble des poèmes, des extraits de carnets intimes et des lettres, reproduits en 101 fac-similés, traduits, ainsi que 33 photos personnelles, couvrant une période allant de 1943 à la veille de la mort de la star dans la nuit du 4 au 5 août 1962.

« Il n’y a pas de révélation fracassante mais pour la première fois peut-être on entre dans l’univers mental de Marilyn qui cherche à comprendre le monde qui l’entoure, ses relations aux autres, avec elle-même », poursuit M. Comment.

Considérations sur l’amour impossible, sur la vie et les façons d’avancer, de s’en sortir…. »Au-delà des clichés de la pin-up blonde, produit par les studios d’Hollywood, on découvre une Marilyn qui précisément cherche à fuir ces clichés », explique l’éditeur.

Selon lui, la majeure partie du livre concerne les années 50, « au moment où elle quitte Hollywood, où elle vient d’enchaîner les succès, pour New York et l’Actor’s Studio ».

« Ses textes montrent comment elle cherche sa propre vérité, à se concentrer sur de meilleurs rôles et à affronter les grands textes ».

La littérature est très présente dans ses textes tout comme les auteurs qu’elle a lus, même si elle y fait rarement directement référence. Elle évoque notamment James Joyce – qu’elle avait découvert à ses débuts en interprétant des extraits du monologue de Molly – , Samuel Beckett ou Walt Whitman, fondateur de la poésie américaine moderne.

Lire la suite :

http://www.tv5.org/TV5Site/cinema/afp_article.php?rub=cinema&idArticle=100805121520.lfp14wtc.xml

 

 

 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar