• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 4 août 2010

5 au 7 novembre – 8e Salon national de l’édition indépendante

Posté par Serge Bénard le 4 août 2010

Pour la 8e fois, le Salon national de l’édition indépendante s’installe Place Bellecour à Lyon sous un vaste chapiteau de 2 000 m2, les vendredi 5, samedi 6 et dimanche 7 novembre de 10 heures à 19 heures, avec comme thème cette année : « Ici et ailleurs »

Comme chaque année, des rencontres, des dédicaces, des découvertes, des lectures, des coups de cœur, des conférences et des tables rondes de qualité, des animations, ateliers et des achats compulsifs : Noël arrive à grands pas.

Le public découvrira sous le chapiteau plus de 100 éditeurs indépendants des régions de France et d’ailleurs : de l’Aquitaine au Nord-Pas-de-Calais, de l’Auvergne à la Franche-Comté, de l’île-de-France à Midi-Pyrénées et au Québec. Éditeurs et libraires, c’est le moment de s’inscrire.

Place aux livres : 2, quai Claude Bernard – 69007 Lyon Tél. 04 72 71 74 52 – Fax : 04 78 69 00 48 place.aux.livres@orange.fr www.salonlivrelyon.com

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Foires et salons du livre | Commentaires fermés

22 au 31 octobre – Salon des livres et des papiers anciens

Posté par Serge Bénard le 4 août 2010

Espace Champerret

place de la Porte-de-Champerret

75017, Paris

Tel.: 01 43 95 37 00

Hotels Paris 17e

Du vendredi 22 octobre 2010 au dimanche 31 octobre 2010

Passion du papier.

Documents écrits, imprimés, dessinés ou gravés, ce salon de passion permet de découvrir une multitude de trésors anciens et contemporains.

De l’estampe à la réclame, des cartes postales aux livres anciens, découvrez des documents sur un thème nouveau à chaque manifestation.

Informations Tourisme

Du vendredi 22 au dimanche 31 octobre 2010

Toute la semaine de 11 h à 19 h

Tarifs d’entrée : Plein tarif 8 €

Source : http://fr.federal-hotel.com/salon-salon-des-livres-et-des-papiers-anciens—-la-vigne–paris_412485_42074.htm

 

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Foires et salons du livre | Commentaires fermés

13 au 15 août – La lecture à haute voix décryptée

Posté par Serge Bénard le 4 août 2010

Le compositeur, musicien et écrivain Bruno Ruiz animera le stage de lecture à haute voix.

Dans le cadre du festival Les Rencontres de la Garenne 2010, les Dits de l’Osse organisent un stage de lecture à voix haute animé par Bruno Ruiz, musicien, compositeur et écrivain. Ce stage se clôturera par une lecture publique d’écrits de Didier Daeninckx, les samedi 14 et dimanche 15 août.

En effet, fidèle au désir de faire connaître l’œuvre d’un auteur contemporain, ce festival est dédié à Didier Daeninckx, qui sera présent pour l’occasion.

Cet atelier s’adresse à toute personne qui souhaite approfondir la simple lecture d’un texte à voix haute. Le travail portera sur le montage et la lecture à voix haute de textes de Didier Daeninckx. Le stage de lecture aura lieu du 13 au 15 août : vendredi 13 août, de 13 heures à 19 heures et de 20 heures à 23 heures, et samedi 14, de 9 heuresà 12 heures. La répétition générale a lieu le samedi à 14 heures (repas de midi offert par l’association). Participation aux lectures publiques le samedi 14 et le dimanche 15. Le stage se déroulera dans les locaux de la commune, au rez-de-chaussée de la mairie.

Le nombre de places pour l’atelier est limité à 12 personnes. Possibilité d’hébergement. Participation aux frais : 70 euros / stagiaire et 16 euros d’adhésion. Inscriptions au siège de l’association Les Dits de l’Osse, 32320 Montesquiou. Tél. : 05 62 70 98 12 ou 06 83 83 15 63.

Source : http://www.sudouest.fr/2010/08/04/la-lecture-a-haute-voix-decryptee-153335-2526.php

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Enseignement, séminaire, conférences, formation, atelie, Lectures publiques, promenades et tourisme littéraires, théâtre, Promotion du livre et de la lecture, dons de livres | Commentaires fermés

Comme un roman

Posté par Serge Bénard le 4 août 2010

Écrire à quatre mains fleurait son XIXe siècle : Erckmann et Chatrian, Goncourt Edmond et Jules, jusqu’à Marx et Engels. Écrire ou publier tout en étant amants était un autre genre : Colette et son Willy, Virginia Woolf et son mari. Écrire à quatre mains, publier et s’aimer, certains font tout ensemble. Tels sont donc les Orban.

Olivier, l’éditeur, 66 ans, et Christine, l’écrivain, 55 ans, ont cosigné deux livres. À chaque fois, ils mettent la maison à sac. Dans Une folie amoureuse (Grasset, 1997), un mari volage cherche le journal intime de sa femme psychanalyste : « Je désossai la maison. Pas un coussin, un livre, un tableau, un tapis que je n’eusse ouvert, soupesé, soulevé. (…) Rien ne m’échappa, jusqu’à la housse qui recouvrait la planche à repasser. » Diable, un homme avec des ruses de femme…

Lire la suite :

http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2010/08/04/comme-un-roman_1395565_3224.html

Publié dans Edition, éditeurs, Entretiens, portraits, rencontres, interviews | Commentaires fermés

5 au 11 novembre – Assises de la Traduction Littéraire en Arles

Posté par Serge Bénard le 4 août 2010

Collège International des Traducteurs Littéraires

Promouvoir la littérature traduite comme activité créatrice, et mettre en relation les spécialistes et les personnalités intéressées par la traduction littéraire.

Conférences, tables rondes, lectures et ateliers de traduction.

En 2010 Les correspondances

Source :

http://www.visitprovence.com/agenda-culturel/arts/Provence/2657-Les+Assises+de+la+Traduction+Litt%C3%A9raire+en+Arles?direct=1

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Colloques, conférences, assises, forums, congrès, symp, Traductions, traducteurs | Commentaires fermés

1er au 3 octobre – Festival du Livre de Mouans-Sartoux

Posté par Serge Bénard le 4 août 2010

festivaldulivredemouanssartouxofficiel.jpeg

Festival du Livre de Mouans-Sartoux (06)

Lieu d’échanges et de rencontres, Mouans-Sartoux propose, cette année encore et durant trois jours, de poursuivre une réflexion sur le monde tel qu’il vit aujourd’hui, cherchant à croiser le regard des observateurs – des écrivains du texte et de l’image, des poètes, des philosophes, sociologues, historiens, journalistes, scientifiques, politiques -, et celui, citoyen, des habitants de ce monde.

Ce festival du livre foisonnant et vivant, à travers lequel la parole et la participation du public… (lire la suite)

Ouvert à tous. Tout le contenu est public.

Adresse électronique : comfestival@mouans-sartoux.netSite

web :http://www.lefestivaldulivre.fr

Bureau :Centre Culturel des Cèdres

77, allée des Cèdres

Mouans-Sartoux, France

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Festivals, galas, spectacles, expositions, musées | Commentaires fermés

Tel-Aviv, la ville qui ne dort jamais (cafés littéraires)

Posté par Serge Bénard le 4 août 2010

Par Noémie Grynberg

http://noemiegrynberg.e-monsite.com/rubrique,tel-aviv-by-night,62075.html

Il est bien loin le temps où Tel-Aviv n’était qu’une petite bourgade du bord de mer, nouveau faubourg juif de Jaffa, bâti par les pionniers. En un siècle, la cité s’est transformée en centre économique, intellectuel et culturel d’Israel. Métropole attirant surtout les jeunes, Tel-Aviv, la ville qui ne dort jamais, mérite-t-elle vraiment ce qualificatif ? Etat des lieux.

On dit souvent que Tel-Aviv est une ville d’Europe en Orient. Certains l’appelle même le petit New-York. C’est dire si la cité vit à un rythme trépidant. Les telaviviens et ses banlieusards aiment sortir, c’est certain. Aussi les soirées telaviviennes proposent-elles une large variété de divertissements pour tous les âges. Pour ceux qui aiment la fête et/ou la vie de bohème, Tel-Aviv offre à chaque coin de rue, dans chaque quartier, une foule de petits cafés, terrasses, bars, restaurants, discothèques, karaokés, clubs pour passer d’agréables nuits calmes ou agitées, culturelles ou simplement fun. La vie culturelle y est aussi intense. Pour les inconditionnels du shopping, il y a évidemment les nombreux centres commerciaux. Il est intéressant de remarquer que la crise économique qui sévit dans le pays depuis le début de l’Intifada, n’a pas découragé des intrépides d’ouvrir de nouveaux lieux de loisir. Tel-Aviv compte 47 salles de cinéma dont la cinémathèque, 45 hôtels, 4 grandes salles de théâtre et plusieurs plus petites, diverses salles de concert, 18 musées, de nombreuses galeries d’art et différents parcs et jardins où se promener au clair de lune. Trois des quartiers de la ville présentent chacun une ambiance particulière.

Pour commencer, le bord de mer. Pour ceux qui aiment les longues promenade au bord de l’eau à pied, en roller ou en vélo, la Tayelet est là, espace agréable et dégagé. Ses grands hôtels proposent également de nombreux restaurants, bars et discothèques, des plus typiques aux plus huppés. Le cœur-même de Tel-Aviv, entre les rues Ibn Gvirol, Dizingoff, Rotchild, Arba, concentre les lieux branchés de la ville. Quant à la fameuse Sheinkin, rue in s’il en est, malgré ses quelques cafés et restaurants, elle est moins animée le soir qu’en journée. L’ambiance y est plus calme. Enfin, le vieux port rénové et réaménagé est devenu également un rendez-vous de la vie nocturne.

Il existe des cafés de toute sorte : traditionnels, occidentaux, orientaux, internet ou littéraires. Le ‘’Cassit’’ fut l’un des hauts lieux branchés de la bohème telavivienne des années 70. Popularisé grâce au célèbre film ‘’Dizengoff 99’’, il offre aujourd’hui des soirées jazz live. Actuellement en rénovation, il devrait bientôt rouvrir ses portes aux nostalgiques d’autrefois.Quelques initiatives originales ont vu le jour dernièrement. Ainsi le ‘’DVD Café’’ offre au premier étage un large éventail de films récents ou classiques, d’action ou d’art, à louer ou acheter. Ouvert depuis mars 2002, l’ambiance maison y est décontractée. La clientèle régulière est surtout celle du nord de Tel-Aviv. On compte aussi quelques acteurs ou journalistes TV qui s’y retrouvent. Pour les plus ‘’intellectuels’’ existe le ‘’Coffee Bean’’, une chaîne américaine de cafés littéraires qui en a ouvert 4 à Tel-Aviv. La carte de ce café-restaurant permet un choix de cafés et de thés du monde entier, à consommer sur place ou à emporter. De plus, il offre à ses clients livres et revues d’art à consulter sur place. Certains des ouvrages sont des dons des clients eux-même.

Pour lire l’article : http://ma-nouvelle-vie-en-israel.blog.tdg.ch/archive/2010/08/02/tel-aviv-never-sleep-tourist.html

Publié dans Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs | Commentaires fermés

Italie: décès du poète Luciano Erba

Posté par Serge Bénard le 4 août 2010

Le poète et critique littéraire italien Luciano Erba est décédé hier à l’âge de 87 ans à Milan des suite d’une maladie, a rapporté aujourd’hui le quotidien Il Corriere della Sera.

Traducteur de nombreux poètes français des XVIe et XVIIe siècles, il était professeur de littérature française à l’Université catholique de Milan. Il avait vécu à Paris, en Suisse et aux Etats-Unis. Son recueil de poèmes L’Hippopotame a été publié en français en 1992.

Luciano Erba s’était vu décerner plusieurs prix littéraires en Italie, dont le prix Bagutta en 1998. Ses obsèques auront lieu à Milan.

Publié dans Disparitions, nécrologies | Commentaires fermés

Les temps sont durs pour le livre papier, avec l’essor de l’édition numérique, en Chine

Posté par Serge Bénard le 4 août 2010

 

Les temps sont durs pour le livre papier, avec l’essor de l’édition numérique, en Chine

 

04/08/2010

(Relaxnews) –

Les jours du livre en papier sont comptés, en Chine, à en croire les chiffres publiés par le gouvernement central, qui montrent que de plus en plus de lecteurs se tournent vers l’édition numérique.

L’administration centrale chargée de la presse et de l’édition en Chine a indiqué qu’en 2009, pour la première fois, la valeur de l’édition numérique a dépassé celle de l’édition traditionnelle. Internet, les livres électroniques et les logiciels de lecture sur ordinateur ou téléphone portable plaisent davantage aux lecteurs que le papier.

Les ventes de livres en version numérique ont atteint 79,9 milliards de yuans (9 milliards d’euros) en 2009, et ce chiffre devrait augmenter en 2010.

Un sondage mené par l’Institut scientifique chinois de l’édition montre que près d’un tiers des habitants de Chine continentale âgés de 18 à 70 ans utilisaient en priorité le format numérique pour lire. Chez les moins de 29 ans, ce chiffre atteint 50%.

Plus surprenant, 91% des 20.000 personnes interrogées pour les besoins de ce sondage affirment qu’elles n’achèteraient pas de livres imprimés si elles pouvaient en trouver en version numérique.

Les fabricants chinois de tablettes de lecture (e-readers) ont répondu prestement à cette tendance. Shanda Literature a sorti le lecteur Bambook, en indiquant qu’il donnait accès à une bibliothèque de trois millions de livres et un millier de journaux.

Shanda vise désormais les 90% de parts de marché du géant Hanvon Technologies en Chine, avec une série d’e-readers. Hanvon affirme avoir vendu 270.000 e-readers en Chine l’an dernier, et prévoit d’en écouler jusqu’à deux millions cette année.

Un horizon qui ne peut que faire trembler les libraires. Mais Chen Fuming, directeur de l’une des plus grosses librairies traditionnelles de Guangzhou, se veut réaliste, malgré la perspective de glisser la clé sous la porte. « Même moi je préfère maintenant lire de la fiction sur mon téléphone portable. C’est bon marché et pratique », a-t-il déclaré au South China Morning Post.

MS

Source : 
http://www.myboox.fr/node/3419

Publié dans Actualité - Événement, Numérique | Commentaires fermés

La contrefaçon au XIXe siècle

Posté par Serge Bénard le 4 août 2010

Une exposition étonnante se déroule présentement à la Grande Bibliothèque.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) présente, du 13 avril au 28 novembre 2010, une exposition originale intitulée Au temps où le livre français était « belge » – La contrefaçon au XIXe siècle.

Spécialistes et amoureux de la littérature sont conviés à cette exposition qui met en lumière la façon dont l’industrie du livre belge a pris son essor dans la première moitié du XIXe siècle.

En l’absence d’une législation internationale sur le droit d’auteur, cette industrie s’est notamment développée grâce à la réédition non autorisée d’œuvres françaises.

Cette pratique, motivée par d’évidentes ambitions commerciales, a toutefois largement contribué à promouvoir la littérature française dans le monde.

Les visiteurs pourront découvrir comment le livre français de facture belge a rayonné et à quel point la contrefaçon belge est présente dans les collections mêmes de BAnQ.

Lire la suite :

http://cltr.blogspot.com/2010/08/la-contrefacon-au-19e-siecle.html

Publié dans Arts et métiers du livre et de l'édition, Edition, éditeurs, Vie du livre, modes, tendances, dons, pastiches,concours littéraires | Commentaires fermés

12
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar