199e anniversaire de la naissance de Théophile Gautier

Posté par Serge Bénard le 31 août 2010

 imgres7.jpeg

Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 18111 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872. Peintre de sujets typiques, scènes de genres, figures, portraits, aquarelliste, pastelliste, graveur, dessinateur, illustrateur, écrivain. Orientaliste.

Œuvres

1831 : La cafetière

1832 : Albertus, Laquelle des deux, histoire perplexe, Nid de rossignols.

1833 : Les Jeunes-France

1835 : Mademoiselle de Maupin

1836 : La Morte amoureuse

1837 : La Chaîne d’or (nouvelle), Fortunio.

1838 : La Comédie de la Mort et poésies diverses, Une nuit de Cléopâtre (nouvelle)

1839 : Une Larme du Diable, Le Tricorne Enchanté et Pierrot Posthume, La toison d’or.

1840 : Tra los montes

1841 : Giselle (ballet)

1843 : Le Voyage en Espagne, La Péri (ballet)

1845 : España, L’Oreiller d’une jeune fille.

1846 : Les Roués innocents, Le Pavillon sur l’eau.

1847 : Militona .

1851 : Pâquerette (ballet)

1852 : Émaux et Camées (poèmes parnassiens)

1858 : Le Roman de la momie, roman historique,texte intégral,Librio, ISBN 2-227-30081-0

1859 : Honoré de Balzac (biographie)

1863 : Le Capitaine Fracasse, roman historique

1866 : Voyage en Russie

1868 : Rapport sur les progrès de la poésie.

1869 : Ménagerie intime

1870 : La Nature chez elle

1880 : Tableaux à la plume

1903 : Souvenirs de théâtre, d’art et de critique, Eugène Fasquelle.

1911 : La Musique, Bibliothèque-Charpentier, Eugène Fasquelle ; recueil d’articles publiés à l’occasion de représentations d’œuvres de Weber (1866), Beethoven (1849-1852), Mozart (1864), Spontini (1854), Méhul (1851), Meyerbeer (1854), Halévy (1852), Auber (1850 et 1851), Adolphe Adam (1849, 1850 et 1853), Rossini (1852), Donizetti (1854), Berlioz (1839-1854-1869 et 1870), Félicien David (1848 et 1851), Gounod (1854), Ambroise Thomas (1850 et 1853), François Bazin (1849), Victor Massé (1853), Niedermeyer (1844 et 1853), Chopin (1849) et Richard Wagner (1857 et 1869).

Poésie

Poésies (1830), son premier livre, refondu dans le volume « Albertus ou L’Ame et le pêché » (1833).

La Comédie de la mort (1838).

Espagna, qui paraît dans le volume des « Poésies complètes » de 1845.

Émaux et camées (1852), qui reparaît, à chaque fois augmenté, en 1853, 1858, 1863 et, enfin, en 1872 dans une édition définitive.

Les poésies complètes de Gautier, hormis Émaux et camées, sont parues en 1875-1876. Les poésies de circonstance et les poésies « légères » ont paru à part dans le volume « Poésies de Théophile Gautier qui ne figureront pas dans ses œuvres » (1873).

Théophile Gautier est l’auteur de certains des plus célèbres ballets du répertoire. Par contre, son théâtre est une partie mineure de son œuvre.

Il a écrit une trentaine de contes et nouvelles, pour la plupart de nature fantastique (dont La morte amoureuse)

En outre, il a publié douze romans de son vivant :

« Mademoiselle de Maupin. Double amour » (1835).

« L’Eldorado », devenu, très vite, « Fortunio » (1837-1838).

« Militona » (1847).

« Les Roués innoçents » (1847).

« Jean et Jeannette » (1848).

« Les Deux étoiles » (1848), devenu « Partie carrée » (1851), et, enfin, « La Belle Jenny » (1865).

« Arria Marcella, souvenir de Pompei » (1852), en réalité une longue nouvelle.

« Avatar » (1857).

« Jettatura » (1857).

« Le Roman de la momie » (1858).

« Le Capitaine Fracasse » (1863).

« Spirite » (1866 ).

En outre, Th. Gautier est l’un des quatre auteurs du roman par lettres « La Croix de Berny » (1845).

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations | Commentaires fermés

143e anniversaire de la mort de Baudelaire

Posté par Serge Bénard le 31 août 2010

unknown2.jpeg

Charles Pierre Baudelaire est un poète français, né à Paris le 9 avril 1821. Il est mort le 31 août 1867 à Paris. C’est l’un des poètes les plus célèbres du XIXe siècle. Aujourd’hui reconnu comme un écrivain majeur de l’histoire de la poésie mondiale, Baudelaire est devenu un classique.

Principaux ouvrages

Salon de 1845 (1845)

Salon de 1846 (1846), illustré par Raymond Pelez

La Fanfarlo (1847), nouvelle

Du vin et du haschisch (1851)

Fusées (1851), journal intime

L’Art romantique (1852)

Morale du joujou (1853, réécrit en 1869)

Exposition universelle (1855)

Les Fleurs du mal (1857)

Le Poème du haschisch (1858)

Salon de 1859 (1859)

Les Paradis artificiels (1860)

La Chevelure (1861)

Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains (1861)

Richard Wagner et Tannhäuser à Paris (1861)

Petits poèmes en prose ou Le Spleen de Paris (1869), poème en prose (posthume)

Le Peintre de la vie moderne (1863)

L’œuvre et la vie d’Eugène Delacroix (1863)

Mon cœur mis à nu (1864), journal intime

Curiosités esthétiques (1868)

Lettres

L’Art romantique (1869)

Journaux intimes (1851-1862)

Baudelaire fut également parmi les premiers traducteurs en français d’Edgar Allan Poe (qu’il réunit dans plusieurs recueils, notamment les Histoires extraordinaires), qu’il contribua à faire connaître.

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations | Commentaires fermés

Les biblliothèques municipale de la ville de Genève (Suisse)

Posté par Serge Bénard le 31 août 2010

Le réseau des bibliothèques municipales (BM) offre dans presque tous les quartiers de la ville des espaces adultes et jeunesse permettant de consulter et d’emprunter des documents sur tous les sujets et sur tous les supports.

servette.jpg

Le réseau des Bibliothèques municipales (BM) offre aujourd’hui dans les quartiers de la ville des espaces adultes et jeunesse permettant de consulter et d’emprunter des documents sur tous les sujets et supports. Les collections, sans cesse actualisées, reflètent l’évolution du savoir et de la culture a travers de près de 700’000 documents. Les BM mettent également à disposition des publics des accès à Internet et des blogs. Des animations pour tous les publics sont organisées chaque semaine gratuitement dans le réseau. Le réseau des BM est composé de 7 bibliothèques, 2 discothèques, une bibliothèque des sports, un service de bibliobus, une bibliothèque de prison (Champ-Dollon), ainsi que d’un service à domicile. 1’600’000 prêts sont effectués en moyenne chaque année.

Rappel historique du réseau des BM

Les Bibliothèques municipales sont nées en 1941de la fusion de la Bibliothèque circulante et de la Bibliothèque moderne.

La Bibliothèque circulante fut créée en 1843, le terme < circulante > signifiant que les livres pouvaient être empruntés à domicile. La Bibliothèque moderne a, quant à elle, vu le jour en 1931. Elle était conçue sur le modèle des bibliothèques anglaises : elle était en libre accès. Le lecteur avait directement accès aux livres (contrairement à la bibliothèque circulante) et n’avait donc plus besoin de passer par l’intermédiaire d’un bibliothécaire.

Mme Hélene Rivier, directrice de la Bibliothèque moderne, est la premiere directrice des BM. Ainsi, en 1941, les BM sont composées d’une bibliothèque centrale (bibliothèque de la Madeleine) et de quatre autres sites (bibliothèques de la Servette, de la rue des Alpes, de Plainpalais et des Crets). Les bibliothèques de la Servette et de Plainpalais sont équipées dès leur ouverture d’espaces jeunesse : les bibliothèques de la rue des Alpes et des Crets le sont entre 1943 et 1944.

Lire la suite et en savoir plus :

http://www.ville-ge.ch/bm/fr/bibliotheque/index.php

Publié dans Bibliothèques du monde | Commentaires fermés

Trois distinctions pour l’UQTR

Posté par Serge Bénard le 31 août 2010


Un vice-recteur et deux professeurs de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) ont été honorés à l’occasion d’une cérémonie visant à souligner les réalisations exceptionnelles de membres du personnel du réseau de l’Université du Québec.

André Paradis, vice-recteur aux études de premier cycle et au soutien académique de l’UQTR, a reçu le Prix d’excellence en gestion (volet carrière) de l’Université du Québec, alors qu’un autre Prix d’excellence, celui-ci en enseignement (volet carrière), a été remis au professeur Sylvain Robert, du Département de chimie-biologie. Pour sa part, Michel Arcand, professeur au Département des sciences de la gestion, a été admis au Cercle d’excellence de l’Université du Québec.

Un remarquable gestionnaire

Depuis le début de sa carrière, André Paradis a joué un rôle de premier plan dans le développement de l’UQTR. Grâce à son travail, l’université trifluvienne est aujourd’hui considérée comme un établissement avant-gardiste en matière de gestion intégrée des ressources. Plusieurs projets lancés sous sa direction, parmi lesquels le dossier étudiant, la bibliothèque virtuelle et les modules de gestion académique, sont à ce point efficaces qu’ils servent de modèles ailleurs ou ont été acquis par des partenaires. Lorsque les bibliothèques des établissements du réseau de l’Université du Québec ont voulu acquérir un nouveau système intégré de gestion, l’équipe de M. Paradis s’en est vu confier la gestion. Depuis, l’UQTR héberge et exploite cinq applications informatiques pour le compte des bibliothèques de treize universités québécoises. De plus, M. Paradis a orchestré la mise en place de plusieurs initiatives structurantes favorisant la pédagogie universitaire ainsi que l’apprentissage et la réussite des étudiants. Membre de nombreux comités et instances de l’Université du Québec, il a également contribué à des organismes importants du système universitaire québécois, comme le Réseau d’informations scientifiques du Québec et le Centre de recherche informatique de Montréal. Coordonnateur hors pair, rigoureux et structuré, M. Paradis a l’immense mérite d’avoir contribué à faire évoluer en parallèle les ressources pédagogiques, médiatiques, informatiques et réseautiques de l’UQTR.

Lire la suite :

http://www.lhebdojournal.com/Societe/Education/2010-08-30/article-1708925/Trois-distinctions-pour-l%26rsquo%3BUQTR/1

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Francophonie, langue française | Commentaires fermés

France Culture et les livres (écoute et podcast)

Posté par Serge Bénard le 31 août 2010

À écouter et réécouter sur France Culture

Voyage en Transsibérien par Cédric Aussir

du lundi au vendredi de 13h30 à 13h53 Durée moyenne : 22 minutes

Dans le cadre de l’année France-Russie, France Culture s’est associée à l’un des projets les plus ambitieux mené par Culturesfrance : le voyage d’une vingtaine d’écrivains et poètes français dans le transsibérien, de Moscou à Vladivostok.

Ce voyage s’est déroulé du 27 mai au 15 juin 2010. Nous avons imaginé diffuser sur France Culture dans le cadre de la grille d’été un feuilleton quotidien relatant cette épopée littéraire, en proposant à quatre écrivains (Mathias Enard, Maylis de Kerangal, Sylvie Germain, Olivier Rolin) de tenir un carnet de voyage. Ainsi nous avons confié à chacun d’entre eux une semaine de feuilleton composée de la lecture de leur texte par eux-mêmes ou par des comédiens. Certains textes ont pris une dimension plus fictionnelle, d’autres restent dans la forme plus classique du journal de voyage. Tous nous font partager cette traversée ferroviaire, de Moscou à Vladivostok, et nous parlent de ce pays qu’ils ont traversé, lentement, avec un certain nombre d’arrêts à Nijni-Novgorod, Kazan, Ekaterinbourg, Novossibirsk, Krasnoïarsk, Irkoutsk, Oulan-Oudé et Vladivostok.

Cédric Aussir, réalisateur, Claire Levasseur, ingénieur du son, ont accompagné les écrivains tout au long du voyage, rapportant pour ce feuilleton d’été des sons et des entretiens. Et pour clore, nous entendrons des extraits de Passant par la Russie écrit par Denis Lavant lors d’un voyage en transsibérien qu’il a fait en 2006.

C’est donc à un voyage sonore et littéraire à travers la Russie et dans un train devenu mythique grâce à Blaise Cendrars que nous vous invitons chaque jour à 13h30 sur la grille d’été de France Culture. Une manière de découvrir les nouvelles proses du transsibérien …

Le Transsibérien des écrivains « Blaise Cendrars », a été réalisé du 27 mai au 15 juin 2010, de Moscou à Vladivostok, dans le cadre de l’année France-Russie, mis en oeuvre par Culturesfrance et l’Agence pour la Communication de la Fédération de Russie, en partenariat avec les Chemins de fer russes et la SNCF.

Moscou / Vladivostok et des rails de 9288 kilomètres.

C’est une nouvelle « prose du transsibérien » ;

Réelle celle-là

C’est un kaléidoscope de sons et de Russie.

Une Russie polyphonique traversée à 60 kilomètres/heure.

Certains ont écrit dans le train, d’autres à leur retour ;

Certains ont préféré la fiction au récit de voyage ;

Certains ont eu du mal à écrire…

Mais on va les entendre. Tous.

Nous raconter ce voyage et ce « Transsibérien ».

Le leur.

Avec leurs mots, leur écriture.

Et surtout avec leur voix.

On y entendra également de façon surprenante un témoignage de leurs attentes, de leurs inspirations mais aussi de leurs démons.

Avec les mots et la voix du comédien voyageur Denis Lavant qui lira de larges extraits de son carnet de voyage Passant par la Russie.

Terminus avec La prose du transsibérien et de la petit Jehanne de France, de Cendrars. »

 

26 au 30 juillet : Mathias Enard

2 au 6 août : Maylis de Kerangal

9 au 13 août : Sylvie Germain

16 au 19 août : Olivier Rolin

20 août : Jean Echenoz

23 au 26 août : Denis Lavant

27 août : La Prose du transibérien et de la petite Jehanne de France, de Blaise Cendrars

 

Complètement livre par Jean-Louis Ezine

du lundi au vendredi de 6h45 à 6h51 Durée moyenne : 5 minutes

Jean-Louis Ezine, écrivain, journaliste et critique littéraire, devient tous les matins… Complètement Livre.

 

À plus d’un titre par Tewfik Hakem et Jacques Munier

du lundi au vendredi de 16h à 17h Durée moyenne : 60 minutes

16h-17h, l’heure de tous les livres, tous les univers. Romans français et étrangers, littérature classique et romans de genre, les beaux livres et la bande dessinée, les lectures d’évasion et celles de la réflexion avec les essais : c’est À plus d’un titre que cette émission nous invite à découvrir l’actualité de l’édition dans des domaines souvent ignorés par la critique. Chaque jour, du lundi au vendredi, un dialogue s’engage avec les auteurs de ces livres, une rencontre qui se déroule en deux temps :
- de 15h00 à 15h30, la littérature française et étrangère, les premiers romans et les beaux livres, et tous les vendredis, l’actualité de la bande dessinée avec Tewfik Hakem, qui cette année n’hésitera pas à faire participer au téléphone des libraires de France, d’Europe et du monde entier pour avoir une vision plus large de l’actualité des livres.
- de 15h30 à 16 h, les sciences humaines et sociales, les essais et les revues avec Jacques Munier.

De la linguistique au polar en passant par la jeune littérature, la BD, la sociologie ou la psychanalyse… et le vendredi, l’actualité des revues. À plus d’un titre, la sélection quotidienne de France Culture pour un choix judicieux de livres en tous genres. (partenariat Sciences Humaines)

 

Poème du jour avec la Comédie Française

du lundi au vendredi de 6h16 à 6h19 Durée moyenne : 2 minutes

Chaque jour, une poésie française interprétée par les Sociétaires de la Comédie-Française, coordonnée par la Fiction de France Culture.

 

Ça rime à quoi ? par Sophie Nauleau

le samedi de 21h à 21h30 Durée moyenne : 29 minutes

Maintenant prenez garde, les mots sont à tout le monde, vous êtes donc tenus de faire des mots ce que personne n’en a fait a prévenu Pierre Reverdy. C’est en effet la seule et unique condition au poème.

Ici, de l’internet à La Pléiade et du papier bible aux tirages limités, tous poètes à la même tablée ! Poésie numérique, revues, récitals, recueils, CD, DVD ou spectacles, tous à la même enseigne ! C’est le pari sans oeillère de Ça rime à quoi. La règle est la même pour tous : une poignée d’alphabet en poche à tourner et retourner sans fin, magie sur le bout de la langue et que l’on compte sur les doigts de la main. Ne changent que l’horizon, le sang ou le fuseau horaire.

Et pourtant. Tant et tant de mots, d’harmonies et d’émotions autres. Tant de chants singuliers, tant de vers chahutés, d’anacoluthes et de néologismes, tant de belles échappées enchantées et d’épopées neuves. Tant de carpe diem remis sur le métier… et sur les ondes de France Culture tous les samedis à 21 heures désormais.

Source :

www.franceculture.com/emissions/nid/2726641

Publié dans Radio/Télé - Voir et/ou entendre | Commentaires fermés

Une histoire manuscrite inédite de la ville de Gap (XVIIIe siècle)

Posté par Serge Bénard le 31 août 2010

memoirevillegaprochastitre.jpg

Je vous présente aujourd’hui une copie manuscrite d’une histoire de la ville de Gap, rédigée par Joseph Dominique de Rochas dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, et reliée, avec d’autres documents, par son arrière petit-fils Albert de Rochas d’Aiglun, après une tentative de publication par l’Académie delphinale.

Joseph Dominique de Rochas (1733-1807), avocat et homme de loi gapençais, un temps maire de sa ville natale, entreprit au milieu du XVIIIe siècle de rédiger une histoire de la ville de Gap. Pour cela, il s’appuya sur les nombreux documents présents dans les archives de la ville et les archives ecclésiastiques. De tout cela, il résulta un mémoire manuscrit sur la ville de Gap, resté dans les mains de la famille.

Après son décès en 1807, le manuscrit resta dans la famille. En réalité, il en existait deux versions. Sur la base de son premier mémoire manuscrit, Joseph Dominique de Rochas avait composé une nouvelle version de cette histoire où il refondait le plan et donnait plus de liant à l’ensemble des documents qui étaient parfois sèchement recopiés dans le premier manuscrit. La première version de cette histoire de la ville de Gap fut donnée à la Bibliothèque Municipale de Grenoble, où elle est toujours conservée dans le fonds dauphinois (U.911). Quant à la version revue, elle resta dans la famille où elle échut à Victor de Rochas. En 1877, après un accident qui vit disparaître les 44 premiers feuillets, fut faite une copie manuscrite par Albert de Rochas d’Aiglun, un autre descendant. Il soumit ce mémoire à l’Académie delphinale en vue d’une publication.

Ce travail était entaché d’une accusation de plagiat depuis les affirmations d’Adolphe Rochas. En effet, ce dernier consacre une notice biographique à Joseph Dominique de Rochas, dans sa Biographie du Dauphiné (T. II, p. 354). Il rappelle que « son désintéressement, sa probité, son excessive délicatesse et une piété solide, profonde et éclairée l’avaient fait vénérer, et qu’il fut enlevé à ses concitoyens dont il était le modèle, le 27 août 1807. » Après cet éloge, il se fait l’écho de l’opinion de Clément Amat sur la paternité de ce Mémoire : « Personne jusqu’à ce jour n’a songé à lui contester la paternité de ces Mémoires; mais d’après M. Clém. Amat, celui de nos bibliophiles dauphinois qui connaît certainement le mieux l’histoire littéraire des H.-Alpes et qui a étudié attentivement la question, cet ouvrage ne serait pas de lui; il aurait eu en sa possession des mémoires inédits de Juvenis sur le même sujet, et après les avoir copiés, commentés et continués sous son nom, il en aurait détruit le manuscrit original. Ainsi s’expliquerait la disparition d’un ouvrage qui, comme nous l’avons déjà dit dans notre t. Ier (p. 464, n° V), a échappé jusqu’à ce jour aux investigations. »

Publié dans Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies | Commentaires fermés

Découverte d’un manuscrit de Blaise Pascal inconnu

Posté par Serge Bénard le 31 août 2010

1bc89d32b44311df85088cb071446cbb.jpg

Par Yves Miserey

On ne possédait aucune pièce écrite de sa main dans cette discipline où il fit preuve d’un génie précoce.

Un manuscrit mathématique de Blaise Pascal a été découvert récemment à la Bibliothèque nationale de France (BNF). Il a été repéré par Dominique Descotes, professeur à l’université de Clermont-Ferrand-CNRS, parmi les clichés du manuscrit des Pensées que le Centre international Blaise-Pascal est en train de numériser. Il s’agit d’une page de brouillon écrite au dos d’un fragment des Pensées qui était jusqu’alors passée totalement inaperçue.

C’est un document unique et tout à fait exceptionnel, car on ne disposait à ce jour d’aucune trace écrite des recherches mathématiques conduites par l’auteur des Pensées. Très tôt, Pascal se montra extrêmement novateur dans cette discipline et y consacra beaucoup de temps et d’énergie. À 12 ans, il commença seul l’étude de la géométrie. Quatre ans plus tard, il présentait devant l’Académie des sciences de nouvelles formules permettant de projeter sur un plan des cercles tracés dans l’espace. De cet Essai pour les coniques qui ouvrit notamment la voie au dessin industriel, il ne reste rien de sa main. De même, les originaux de ses autres ouvrages de mathématiques ont tous été détruits après impression. Seules quelques lettres envoyées à Fermat, Sluse et Huygens, trois grands mathématiciens avec lesquels Pascal entretenait une correspondance, ont été conservées.

La pièce découverte à la BNF n’apporte rien de fondamental dans son contenu mais elle est précieuse pour tous ceux qui s’intéressent à Pascal.

Lire la suite :

http://www.lefigaro.fr/sciences-technologies/2010/08/26/01030-20100826ARTFIG00638-decouverte-d-un-manuscrit-de-blaise-pascal-inconnu.php

Publié dans Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies | Commentaires fermés

28 septembre – Café Littéraire du Petit Théâtre de la Ruelle (Belgique)

Posté par Serge Bénard le 31 août 2010

En présence de l’auteur, lecture à voix haute par Eveline Marlaire-De Couvreur d’un découpage du roman

Dernière pelletée de Claire Mathy

Editions Memory press 2010

« – Tu vois, Luke, chaque matin, quasi inconsciemment, mes pas me conduisent ici, au « paradis », où l’exposition sud du cimetière donne de l’éclat aux gisants. Je viens m’asseoir auprès de Pétronille 1925-1995. Cette ménagère était une Dame. Simple mère au foyer elle était cependant une Dame extraordinaire. »

Un cimetière, Monsieur Jacobin, le fossoyeur, Luke, son successeur… Le décor est planté, il y manque encore les trois grâces, « les trois Diolen » qui suivent les enterrements et y vont de leurs réflexions « désarçonnantes, piquantes et judicieuses à qui sait entendre » en n’oubliant pas la famille nombreuse, le clan de dame Pétronille. Mystères, secrets de famille, la douleur, la tendresse, et les sourires sont au rendez-vous.

Après la lecture de « Dernière pelletée » vous ne passerez plus jamais la grille d’un cimetière avec le même regard et les mêmes pensées !

Vous pourrez acheter le livre au prix de 12 € et le faire dédicacer

‘Cafés Littéraires du Petit Théâtre de la Ruelle’

Petit Théâtre de la Ruelle

Rue du Village (près de la place E. Gilles), 6042 Lodelinsart

Téléphone: 0472-852.486

3€

Public: à partir de 12 ans

Ouverture: 19h à 21h

Source :

http://www.quefaire.be/cafes-litteraires-du-petit-223288.shtml

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs | Commentaires fermés

Les bibliothèques. Lieux de savoir et de mémoire.

Posté par Serge Bénard le 31 août 2010

9782130570646.jpg

Les bibliothèques

Lieux de savoir et de mémoire.

Denis Pallier

128 pages

9 €

Collection « Que sais-je ? » Numéro : 944

ISBN : 978-2-13-057064-6

N° d’édition : 12

Date de parution : 25/08/2010

À la fois lieux de travail pour des recherches contemporaines et lieux de conservation d’un patrimoine, les bibliothèques ont un rôle charnière entre le passé et le présent. Mais si leur mission demeure identique, les moyens mis à leur disposition, ainsi que les modes de consultation et d’usage des livres, sont aujourd’hui en pleine mutation.
Cet ouvrage s’assigne donc une double tâche : présenter l’histoire des bibliothèques dans le monde occidental afin de comprendre l’ampleur des changements qu’elles connaissent depuis un siècle, et donc les nouveaux enjeux culturels et économiques engendrés par de telles évolutions.

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Lu pour vous | Commentaires fermés

11, 18 et 15 septembre – Rencontres et dédicaces au Furet du Nord

Posté par Serge Bénard le 31 août 2010

Voici les séances de dédicaces prévues en septembre au Furet de Valenciennes. Avec deux ouvrages reliés en prise directe à l’histoire de Valenciennes et du Valenciennois.

- Samedi 11 septembre, 15 h. Anne-Françoise Théréné, « Le vendredi, c’est dictée », Ed. Henry Jeunesse. Tom est un petit garçon comme les autres. Une chouette maman, des copains… Mais une peur affreuse de la sacrée dictée du vendredi, et de mademoiselle Legentil, cette sorcière de maîtresse. « Les fautes arrivent comme les moustiques l’été dans ma chambre. Elles s’accumulent, les fautes, à croire qu’elles se sont donné rendez-vous sur mon cahier ». Anne-Françoise Théréné déploie avec humour et tendresse l’univers d’un petit garçon plein de malice. Un conte poétique joliment illustré par Bénédicte Boullet.

- Samedi 18 septembre, à 15 h. Alain Cybertowicz et Hervé Hornez, Du collège de jeunes filles au lycée Antoine-Watteau, auto-édition. À l’occasion des Journées du Patrimoine, le comité de sauvegarde du patrimoine valenciennois présente le passionnant récit de l’histoire des bâtiments Watteau et des cours dispensés de 1880 à nos jours sur place. Un récit qui avait été préparé en 2009 pour le centenaire de l’établissement.

- Samedi 25 septembre, à 15 h. Encore une locale de l’étape, que nous vous avons présentée cet été dans nos colonnes. Amélie Debaye a écrit Les Soeurs Fernig, paru aux éditions Ravet-Anceau. 1792 : la patrie est en danger. Les armées autrichiennes sont à la frontière. Dans le petit village de Mortagne-du-Nord, près de Valenciennes, deux adolescentes décident de rejoindre les défenseurs de la Révolution. Félicité et Théophile Fernig ont 17 et 22 ans. En cachette de leur père, elles prennent part aux combats, déguisées en hommes. Cette aventure les mènera à la bataille de Valmy. Elles connaîtront la gloire et les honneurs avant d’être bannies et condamnées à l’exil. Des vies comme un roman…

Source :

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Valenciennes/actualite/Valenciennes/2010/08/30/article_rencontres-et-dedicaces-en-septembre-au.shtml

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Rencontres auteurs, signatures, conférences | Commentaires fermés

12345...40
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar