• Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Les Éditions-Dialogues.fr font appel

Posté par Serge Bénard le 23 juillet 2010

Déjà condamnées à censurer le sous-titre d’un livre paru en juin dernier, les Editions-Dialogues.fr viennent de faire appel du verdict rendu début juillet les enjoignant de retirer de la vente Avec le temps, un ouvrage de Michel Treguer. Charles Kermarec, le patron de la maison d’édition brestoise, créée il y a quelques mois, s’est dit «solidaire de son auteur» qui a décidé de lancer la procédure d’appel. Le livre situe l’histoire dans le village finistérien de Bourg-Blanc sous l’occupation allemande. Prétexte de la plainte, le chapitre intitulé «Le fils de l’allemand» y révèle la nationalité du père de M. Roch, le plaignant. Le juge évoque une «atteinte intolérable au respect et au droit de la vie privée». Dès la prononciation du verdict sévère, l’auteur de l’ouvrage s’est défendu en ces termes : «L’histoire de M. Roch est publique depuis sa naissance en 1942. Elle est bien connue à Bourg-Blanc où tout le monde l’a toujours considéré aimablement. Et M. Roch l’a lui-même publiée dans les journaux allemands dans l’espoir d’identifier son père. Il est dès lors impossible de parler d’une atteinte «intolérable» à la vie privée, qualificatif nécessaire pour justifier une mesure de retrait du livre de la vente». De son côté Charles Kermarec a procédé au rappel des 1300 exemplaires circulant toujours, l’astreinte s’élevant à 50 euros par jour et par livre encore en vente.

Publié dans Censure, autodafés, emprisonnements, crimes, exils, Edition, éditeurs | Commentaires fermés

Je défie quelqu’un de lire sérieusement sur un lecteur ebook !

Posté par Serge Bénard le 23 juillet 2010

Par Adrien Aszerman & Bastien Morel

Longue barbe blanche et cheveux grisonnants en bataille, Jean Capdeville est un véritable personnage de roman, au milieu des colonnes de livres qui emplissent sa librairie*. Installé dans les murs depuis 23 ans, il est pour les habitués du quartier une véritable institution, avec qui converser sur la présence des hirondelles dans la capitale ou le marché de l’édition, les révisions de vacances ou le marché du livre numérique.

Alors que nous conversons, une passante s’arrête devant la porte et s’étonne de l’organisation des livres en piles. Elle regarde à deux fois avant de demander : « c’est une librairie ? »

Éclairez-nous sur votre librairie et son système de piles…

La librairie fait 33m2 et compte 23.000 livres, soit autant qu’une Fnac de province comme celle de Mulhouse. Les libraires s’occupent surtout des stocks, obnubilés par un souci de rentabilité des livres, avec un retour sur profit évident. Le système de piles a le gros avantage de contenir plus de livres et la rentabilité au mètre pèse moins. Les éditeurs comme Hachette ou Editis privilégient des stocks importants de livres qui se vendent bien. Ils préfèrent privilégier la quantité plutôt que la qualité : au libraire d’imposer ses choix.

Le système de piles ne dilue-t-il pas le regard de vos clients ?

Tous les titres sont facilement visibles en étant dans le même sens. Cela peut ne pas apparaître évident, mais chaque ouvrage est rangé selon une logique précise. Le 2e intérêt est, avec 23 000 livres en stock, de ne pas avoir à dire « désolé, je n’ai pas celui-là ». C’est quand même frustrant pour une librairie, non ? Dans une librairie, il doit y avoir des livres. Même si le catalogue de la littérature française est large (1,5 million de livres) j’essaye d’en avoir le plus possible.

Quand je passe devant des libraires en province, je suis toujours étonné de voir de grands rayonnages aux trois quarts vides. Je m’efforce donc de n’être jamais dans cette situation, en faisant notamment appel à un coursier régulier pour mes commandes.

http://www.actualitte.com/dossiers/1097-portrait-libraire-capdeville-conseils-paris.htm

Publié dans Librairies, libraires, Numérique | Commentaires fermés

Prix Tortoni et Tortignole 2010

Posté par Serge Bénard le 23 juillet 2010

 llgancedumaigrichonetautrespastiches.jpeg

Pour sa deuxième édition, le Prix Tortoni – Café Le Petit Pont, a été décerné le mois dernier à Pascal Fioretto pour son livre L’élégance du maigrichon, paru en 2009 aux Editions Chiflet&Cie. Rappelons que le Prix Tortoni – Café le Petit Pont récompense un livre paru dans l’année écoulée dont la grande qualité a semblé au jury trop peu célébrée par les médias…

Le Prix Tortignole, prix ironique “d’encouragement dans l’art difficile des Belles Lettres…” – remis à un livre, publié dans l’année écoulée, dont la large promotion n’a pas paru totalement justifiée au jury… – a, lui, été décerné à Anna Gavalda pour son roman L’échappée belle.

 

Le jury était composé de : Patrick Tudoret, Président ; Thibaut d’Anthonay, Vice-président ; Christophe Ferré ; Pierre Jourde ; Pierre-Robert Leclercq ; Thibaut de Saint Pol ; Jérôme Saillard, secrétaire général, jurés.

Publié dans Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

Je défie quelqu’un de lire sérieusement sur un lecteur ebook !

Posté par Serge Bénard le 23 juillet 2010

Par Adrien Aszerman & Bastien Morel

Longue barbe blanche et cheveux grisonnants en bataille, Jean Capdeville est un véritable personnage de roman, au milieu des colonnes de livres qui emplissent sa librairie*. Installé dans les murs depuis 23 ans, il est pour les habitués du quartier une véritable institution, avec qui converser sur la présence des hirondelles dans la capitale ou le marché de l’édition, les révisions de vacances ou le marché du livre numérique.

 

Alors que nous conversons, une passante s’arrête devant la porte et s’étonne de l’organisation des livres en piles. Elle regarde à deux fois avant de demander : « c’est une librairie ? »

Éclairez-nous sur votre librairie et son système de piles…

La librairie fait 33m2 et compte 23.000 livres, soit autant qu’une Fnac de province comme celle de Mulhouse. Les libraires s’occupent surtout des stocks, obnubilés par un souci de rentabilité des livres, avec un retour sur profit évident. Le système de piles a le gros avantage de contenir plus de livres et la rentabilité au mètre pèse moins. Les éditeurs comme Hachette ou Editis privilégient des stocks importants de livres qui se vendent bien. Ils préfèrent privilégier la quantité plutôt que la qualité : au libraire d’imposer ses choix.

Le système de piles ne dilue-t-il pas le regard de vos clients ?

Tous les titres sont facilement visibles en étant dans le même sens. Cela peut ne pas apparaître évident, mais chaque ouvrage est rangé selon une logique précise. Le 2e intérêt est, avec 23 000 livres en stock, de ne pas avoir à dire « désolé, je n’ai pas celui-là ». C’est quand même frustrant pour une librairie, non ? Dans une librairie, il doit y avoir des livres. Même si le catalogue de la littérature française est large (1,5 million de livres) j’essaye d’en avoir le plus possible.

Quand je passe devant des libraires en province, je suis toujours étonné de voir de grands rayonnages aux trois quarts vides. Je m’efforce donc de n’être jamais dans cette situation, en faisant notamment appel à un coursier régulier pour mes commandes.

http://www.actualitte.com/dossiers/1097-portrait-libraire-capdeville-conseils-paris.htm

 

 

Publié dans Librairies, libraires, Numérique | Commentaires fermés

La Cité Internationale de la Bande dessinée et de l’image

Posté par Serge Bénard le 23 juillet 2010

Quel meilleur endroit que la cité d’Angoulême pour abriter ce temple dédié au 9ème Art ? Musée, bibliothèque, librairie, résidence d’artistes, cinéma… les amateurs de 7 à 77 ans se régaleront, entre visite, ateliers et heures de lecture !

Au programme du musée de la bande dessinée, trois parcours pour trois regards sur cet art.

L’approche historique balade le visiteur du 19ème siècle à nos jours, entre la France et la Belgique, les Etats-Unis et le Japon. L’approche technique lui fait découvrir tout le processus de création de la BD, du scénario à la mise en couleur, et passionnera les auteurs en herbe ! Quant à l’approche esthétique, elle présente les différents courants, les maîtres et les influences de la bande dessinée. Enfin, des espaces de lecture ponctuent chaque module pour le plus grand bonheur des bédéphiles.

Ici au musée, les enfants ne sont pas oubliés ! Des images d’Epinal à Titeuf en passant par Zig et Puce et Snoopy, un parcours jeu sous la forme d’un questionnaire-poster leur fera découvrir la BD en s’amusant. Ils pourront également créer leurs propres personnages grâce à une borne interactive de création de strip ! Et tous les samedis après-midi, place à la création à l’atelier de BD : strip à compléter, mise en image d’un scénario… il n’est jamais trop tôt pour commencer.

Enfin, la Cité de la bande dessinée et de l’image, c’est aussi une grande bibliothèque confortable où il fait bon lire, et où le choix dépasse le rayon de la BD pure pour s’ouvrir au cinéma d’animation, aux jeux vidéos et à la caricature. Ne passez pas non plus à côté de la programmation toujours originale du cinéma de la cité et des séances Ciné Môme trois fois par semaine.

Ouverture du musée de la bande dessinée, des expositions et de la librairie :

Juillet et août : du mardi au vendredi de 10 h à 19 h, le week-end de 14 h à 19h

Septembre à juin : du mardi au vendredi de 10 h à 18 h, le week-end de 14 h à 19 h

Tarifs : 6 €/4,50€ /gratuit (-18 ans et 1er dimanche du mois pour tous)

Adresse : 121 rue de Bordeaux, 16 023 Angoulême. Tél. : 05 45 38 65 65

http://www.citebd.org/

Publié dans Festivals, galas, spectacles, expositions, musées | Commentaires fermés

Citation du 23 juillet

Posté par Serge Bénard le 23 juillet 2010

Jamais vingt volumes in-folio ne feront de révolution ; ce sont les petits livres portatifs à trente sous qui sont à craindre. Si l’Évangile avait coûté douze cents sesterces, jamais la religion chrétienne ne se serait établie.

Voltaire

Lettre XII à M. d’Alembert (5 avril 1765)

Publié dans Citation, note, pensée du jour | Commentaires fermés

8 novembre – Approches récentes de Guillaume Budé (1468-1540)

Posté par Serge Bénard le 22 juillet 2010

bud.png

Approches récentes de Guillaume Budé (1468-1540). Histoire, philologie et rhétorique de l’humanisme français.

Table ronde, le 8 novembre 2010, organisée par Luigi Sanchi et la section de l’Humanisme autour du travail philologique de G. Budé. Cette rencontre constituera l’une des deux séances spéciales du séminaire de la section.

Centre Félix-Grat de l’IRHT, 40, Avenue d’Iéna 75116 Paris. Tél : 01.44.43.90.70. Fax : 01.47.23.89.39

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Colloques, conférences, assises, forums, congrès, symp | Commentaires fermés

IUT Nancy-Charlemagne – DUT Information – Communication / Métiers du Livre

Posté par Serge Bénard le 22 juillet 2010

logodudpartement.jpeg

Le DUT Information – Communication / Métiers du Livre prépare aux métiers des bibliothèques, médiathèques ou librairies. Les étudiants reçoivent une formation générale, un enseignement technique commun à l’interprofession et des techniques spécifiques à la bibliothèque ou à la librairie. Outre ces enseignements dispensés en cours, la formation s’opère par la pratique. Les étudiants effectuent des stages et sont impliqués dans la préparation ou le déroulement de manifestations en relation avec le livre (« Le livre sur la Place », « Festival International de Géographie », « La Fête de la Lecture »…).

Contact : Département Information-Communication

Tél. 03 54 50 38 82

ou 03 54 50 38 80

Fax 03 54 50 38 81

Mél: mailto:admic-iuta@univ-nancy2.fr

Publié dans Arts et métiers du livre et de l'édition, Enseignement, séminaire, conférences, formation, atelie | Commentaires fermés

23 juillet – Librairie Lucioles à Vienne (38)

Posté par Serge Bénard le 22 juillet 2010

Rencontre-dédicace de 18 h à 19 h – Causerie-lecture à partir de 19 h

Fouad El-Etr poète, traducteur et créateur des éditions La Délirante.

librairielucioles.jpeg

Fouad El-Etr, poète et directeur des éditions La Délirante présentera sa collection et notamment ses traductions de John Keats, Ode à un rossignol & autres poèmes qui ont servi pour les versions française et sous titrée de Bright Star, le film qui Jame Campion, la réalisatrice de La leçon de piano, a consacré aux dernières années et à la poésie de ce poète romantique.

13 place du Palais

38200 Vienne

Tél: (0) 4 74 85 53 08

Fax: (0) 4 74 85 27 52

Horaires : Le lundi de 14 h à 19 h – Le vendredi sans interruption de 9 h à 19 h. Du mardi au samedi de 9 h à 12 h 30 et de 13 h 30 à 19 h.

Publié dans Entretiens, portraits, rencontres, interviews, Librairies, libraires, Rencontres auteurs, signatures, conférences | Commentaires fermés

La bibliothèque de Rotterdam au coeur de la cité

Posté par Serge Bénard le 22 juillet 2010

Avec ses vingt-deux annexes, ses deux bibliobus et sa bibliothèque centrale, la Bibliothèque publique de Rotterdam joue un rôle de premier plan dans la ville. Chaque année, elle enregistre au total près de quatre millions d’entrées, dont la moitié pour la bibliothèque centrale, les deux autres millions concernant les vingt-deux annexes, équitablement réparties entre la rive Sud et la rive Nord du fleuve. De toutes les autres institutions ou attractions de Rotterdam, seul le port, le premier du monde, draine autant de visiteurs.

Le nombre total des prêts accordés chaque année aux 145000 lecteurs inscrits (environ le quart de la population de la ville) s’élève à 4,5 millions, pour des collections comprenant 1,6 million de titres. À côté des livres proprement dits, les collections rassemblent plus de 1000 cédéroms, 14000 cassettes vidéo, et 2000 périodiques, dont 80 journaux ou revues en langue étrangère. Chaque année, la Bibliothèque publique acquiert en moyenne 100000 livres (30000 titres).

Ce ne sont pas là ses seules ressources. Depuis que les Archives sonores (administrées séparément) ont été installées dans les locaux de la bibliothèque centrale, le choix offert aux visiteurs s’est augmenté de 300000 disques noirs et de 200000 disques compacts (musique); il s’agit en l’occurrence du fonds d’archives sonores le plus important d’Europe.

Les horaires d’ouverture offrent au public d’amples occasions de tirer parti des ressources ainsi mises à sa disposition.

Au vu des chiffres, la bibliothèque publique de Rotterdam est de loin la plus importante des Pays-Bas. Aussi n’est-il pas étonnant qu’elle s’attire les éloges d’innombrables bibliothécaires venus la visiter du monde entier, pour qui elle constitue un modèle du genre

Pour lire la suite, rejoignez :

http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2000-05-0081-009

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

123456...28
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar