• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 18 juillet 2010

Aujourd’hui 103e anniversaire de la mort de Hector Malot

Posté par Serge Bénard le 18 juillet 2010

Hector-Henri Malot dit Hector Malot, né le 19 mai 1830 à La Bouille (Seine-Maritime), non loin de Rouen, et décédé le 18 juillet 1907 à Fontenay-sous-Bois (département de la Seine), est un romancier français.

dcouvrezlabiographiedehectormalot.jpeg

Bibliographie :

Victimes d’Amour (trilogie)

Les Amants (1859 Les Époux (1865Les Enfants (1866

Les Amours de Jacques (1860)

Romain Kalbris (1869)

Un Beau-frère (1869)

Une Bonne Affaire (1870)

Mme Obernin (1870)

Souvenirs d’un Blessé 1872(Suzanne, Miss Clifton)

Un Curé de Province 1872 

Un Miracle 1872 

Un Mariage sous le second empire 1873 

La Belle Madame Donis 1873 

Clotilde Martory 1873

Une belle-mère (1874

Le Mariage de Juliette 1874 

Le Mari de Charlotte (1874)

La Fille de la Comédienne 1875 

L’Héritage d’Arthur 1875

L’Auberge du Monde (Le Colonel Chamberlain 1875

La marquise de Lucilière 1875

Ida et Carmélita

Thérèse 1876 

Les Batailles du Mariage (Un Bon Jeune Homme 1877, Comte du Pape 1877, Marié par les Prêtres 1877)

Cara 1878

Sans Famille (roman) (1878

Le Docteur Claude 1879 

La Bohême Tapageuse (Raphaëlle 1880, La Duchesse d’Arvernes 1880) 

Corysandre 1880 

Une Femme d’Argent 1881

Pompon 1881

Séduction 1881 

Les Millions Honteux 1882 

La Petite Sœur 1882

Paulette 1883 

Les Besoigneux 1883 

Marichette 1884 

Micheline 1884 

Le Sang Bleu 1885 

Le Lieutenant Bonnet 1885 

Baccara (1886

Zyte 1886 

Vices Français 1887 

 Ghislaine 1887 

Conscience 1888 Mondaine 1888 

Justice 1889 

Mariage Riche 1889 (recueil de nouvelles : Mariage Riche, Vire de Bord, L’Ombre, Une Peur, Sous le Suaire, Le *Magot, Le Café Adèle) 

Mère 1890 (également publié sous forme de roman-feuilleton dans Le Figaro du 29 décembre 1889 au 18 février 1890)

Annie 1891

Complices 1892

En Famille (1893)

Amours de jeunes, amours de vieux 1894

Un Nom 1895

Le Roman de mes Romans (1896) (autobiographie littéraire dans laquelle il relate les circonstances d’écriture de chacun de ses romans)

Le Mousse 1997 (roman pour la jeunesse ; édition posthume)

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations | Commentaires fermés

C’est le 193e anniversaire de la mort de Jane Austen

Posté par Serge Bénard le 18 juillet 2010

Jane Austen, née le 16 décembre 1775 à Steventon, dans le Hampshire en Angleterre et morte le 18 juillet 1817 à Winchester, dans le même comté, est une femme de lettres anglaise. Son réalisme, sa critique sociale mordante et sa maîtrise du discours indirect libre, son humour décalé et son ironie ont fait d’elle l’un des écrivains anglais les plus largement lus et aimés.

Extraits de sa bibliographie (traductions en français) :

Raison et Sensibilité, ou les Deux Manières d’aimer, 1815 

Bon Sens et Sentimentalité

Raison et Sensibilité, 1945 

Marianne et Elinor, 1948 

Le Cœur et la Raison, 1948

Raison et Sentiments, 1979

Orgueil et Prévention, 1821

Orgueil et Préjugé,

Orgueil et Parti pris 

Les Cinq Filles de Mrs Bennett, 1932 

Orgueil et Préjugés, 1946

Orgueil et Préjugé (de nouveau), 2001

Le Parc de Mansfield, ou les trois Cousines

La Nouvelle Emma,ou les Caractères anglais du siècle, 1816

 L’Abbaye de Northanger, posthume 1824

La Famille Elliot, ou l’Ancienne inclination, 1821

200pxjaneaustencolouredversion.jpg

Portrait « traditionnel » de Jane Austen, d’après un dessin de sa sœur

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations | Commentaires fermés

Orange lance le forfait Alexandre Jardin

Posté par Serge Bénard le 18 juillet 2010

Le roman téléphoné du jour

Par David Caviglioli

Si vous vous demandez ce qu’Alexandre Jardin fabrique ces jours-ci, sachez qu’il travaille « comme un dératé » sur son lieu de vacances. Pas à un livre. A bien pire. « Ce ne sera pas un roman », explique-t-il à l’AFP. Mais alors, que sera-ce ? « Une aventure qu’on va vivre du 27 octobre prochain à mai 2011 ». Si vous avez sept mois de RTT à prendre, n’hésitez pas : l’affaire risque d’être palpitante.

« Ce sera une fiction en temps réel. Quand les héros vivront quelque chose à 15h, les lecteurs le liront à 15h01 », explique l’auteur de « Fanfan ». Il s’agira donc d’être vigilant. D’avoir les yeux rivés sur son smartphone, puisque c’est par là que l’imagination d’Alexandre Jardin débordera. On s’y voit déjà. Il est 15h01 et quelque chose vibre dans notre poche. C’est la vibration de l’amour : « Francine vient d’embrasser Gilbert, mais a des doutes sur sa sincérité ». Regard complice avec notre voisin de bus, qui a consulté son iPhone au même moment. Lui aussi, il sait.

Pour lire cet article, rejoignez :

http://bibliobs.nouvelobs.com/20100715/20512/orange-lance-le-forfait-alexandre-jardin-0

Publié dans À paraître, Actualité - Événement | Commentaires fermés

Les usagers de Questions ? Réponses ! de l’Enssib

Posté par Serge Bénard le 18 juillet 2010

Quand les professionnels de l’information redeviennent utilisateurs

Par Christophe Evan et Marie-France Peyrelong       

« Une ouverture », « un tuyau interne », « un lieu où il peut y avoir de l’échange », « une récréation », « une respiration », « un soulagement », « un double apprentissage », « une assistance », « une expertise », « c’est pas indispensable »… Difficile de croire que ces différentes expressions se rapportent au même objet. Elles ont pourtant toutes surgi au cours des entretiens que nous avons réalisés dans le cadre d’une enquête consacrée aux usagers de Questions ? Réponses !, le service de réponses à distance en ligne  de l’Enssib (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques) spécialisé dans le domaine des sciences de l’information et des bibliothèques.

La production d’entretiens semi-directifs avec les usagers d’un tel type de service, sur la base d’un corpus d’entretiens presque exclusivement composé d’usagers eux-mêmes professionnels de l’information (bibliothécaires, documentalistes, en poste ou en formation), permet de dépasser les limites habituelles des enquêtes descriptives. Au-delà des données factuelles (qui fait quoi ?), et des éléments d’évaluation stricto sensu (quel est le niveau de satisfaction des utilisateurs ?), une enquête qualitative de ce genre permet en effet d’explorer le champ des représentations individuelles et collectives des personnes interviewées. Pour le dire autrement, faire parler des bibliothécaires ou des documentalistes de leurs usages de Questions ? Réponses ! revenait souvent à aborder avec eux la question du rapport au métier, celle du rapport à la communauté professionnelle – réelle ou imaginée –, ou encore l’idée qu’ils se faisaient de ce qui se trouve à l’autre extrémité du « tuyau interne » : l’Enssib et son personnel. C’est donc une recherche centrée à la fois sur les pratiques et sur le discours autour des pratiques qui a été mise en chantier, une recherche dont les objectifs étaient de se renseigner de manière aussi large et ouverte que possible sur les attentes, les cheminements, les impressions et représentations des utilisateurs, c’est-à-dire sans imposer de grille d’analyse préétablie comme on le ferait avec un questionnaire d’enquête traditionnel et standardisé.

Nous allons présenter dans cet article les principaux résultats de cette enquête qui, à travers son objet, s’est révélée être un observatoire privilégié pour suivre des professionnels de l’information dans leurs quêtes – au double sens de recherche et de demande – d’information, c’est-à-dire quand ils passent de l’autre côté du miroir et deviennent à leur tour usagers-demandeurs. Nous nous efforcerons, quand c’est possible, de dépasser le cas particulier de Questions ? Réponses ! et de ses publics spécifiques. On verra ainsi que certaines de nos analyses nous permettent de revenir sur la notion de désincarnation qui est parfois associée aux services de référence virtuels 2 et de constater que ce genre de service spécialisé peut contribuer à produire du lien professionnel, jusqu’à permettre dans certains cas d’égaliser des positions asymétriques ou pensées comme telles.

Pour lire la suite, rejoignez :

http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-04-0067-004

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

Égypte : le rôle des nouvelles technologies dans l’éducation

Posté par Serge Bénard le 18 juillet 2010

Situation en Égypte des médiathécaires et rôle des nouvelles technologies dans l’éducation

Par Soha Saad-Wakim, coordinatrice des Écoles bilingues catholiques d’Alexandrie

initiationaumultimdiaalexandrie2010bibliothcairesetenseignanteszinc300x224.jpg

Les bibliothèques et les services d’information jouent incontestablement un rôle clé dans l’accès aux ressources documentaires indispensables. Leur action favorise le développement culturel et contribue au maintien de la liberté intellectuelle.

Les bibliothèques des établissements scolaires sont censées mettre à disposition une importante structure de services en relation avec les objectifs de leurs organisations. Ces bibliothèques  doivent soutenir les programmes d’enseignement. Elles doivent acquérir des livres et des supports d’information pour l’encouragement à la lecture et la stimulation de la curiosité intellectuelle. Elles doivent répondre également aux besoins des enseignants et du personnel administratif.

Il est également incontestable que les médiathèques ou l’espace multimédia dans les établissements scolaires offre une opportunité à l’ouverture sur le monde et fait évoluer de façon spectaculaire le degré d’accès à l’information et au savoir.

Nous avons l’opportunité de travailler avec des enfants, des adolescents et des jeunes qui eux, avec ou sans notre aide, vont à la recherche de ce qu’offre la technologie dans les différents domaines. Et si les enfants ont accès dès leur plus jeune âge aux informations circulant librement sur Internet, ils ont plus que jamais besoin d’aide pour y faire un tri et pour évaluer la pertinence des sources qu’ils consultent.

Si l’on n’y prend pas garde, il y a un risque que les jeunes restent dans la superficialité et qu’ils aient un grand manque de culture approfondie.

Les écoles en Égypte vont à petits pas vers cette technologie, elles ont découvert que l’enseignement magistral même s’il garde son importance pour un grand nombre d’enseignants, ne pourrait pas se passer des nouvelles technologies qui à présent ont la primauté. Cette technologie qui incite, encourage et donne goût à l’apprentissage.

Pour lire la suite, rejoignez :

http://zinclafriche.org/mediakitab/?p=411

 

 

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Enseignement, séminaire, conférences, formation, atelie, Francophonie, langue française | Commentaires fermés

Topographie parisienne

Posté par Serge Bénard le 18 juillet 2010

La Sorbonne actuelle représente à Paris un haut lieu de l’histoire du livre, non seulement pour sa bibliothèque, mais aussi parce que l’institution a abrité le premier atelier typographique ayant fonctionné en France.

plaquefichet.jpg

 

Parmi d’autres en effet, le monde des universités joue un rôle décisif dans la diffusion de la technologie nouvelle à partir de Mayence dans les décennies 1450 et 1460. Et d’abord, un grand nombre des premiers typographes sont des gradués de l’université, à commencer par Gutenberg lui-même. Bien entendu, Paris, capitale du royaume, cumule les indicateurs favorables pour être une ville susceptible d’accueillir l’art nouveau : Paris est la plus grande ville d’Europe sur le plan démographique (225 000 habitants vers 1500), le principal pôle économique et bien évidemment le centre de direction politique et intellectuelle de la France. On y reçoit très tôt des imprimés, le roi Louis XI aurait dès 1458 envoyé Jenson s’informer sur les techniques exploitées à Mayence et dans les années 1460 Fust et Schoeffer y écoulent une partie de la production imprimée mayençaise.

Pour lire la suite, rejoignez :

 

http://histoire-du-livre.blogspot.com/2010/07/topographie-parisienne.html

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Enseignement, séminaire, conférences, formation, atelie, Festivals, galas, spectacles, expositions, musées | Commentaires fermés

Où sont les musées du livre ?

Posté par Serge Bénard le 18 juillet 2010

Nous avons parlé il y a quelques semaines du Musée des lettres et manuscrits à Paris, Force est de reconnaître que, un peu partout, se multiplient en France comme à l’étranger les exemples d’institutions visant à présenter au public d’aujourd’hui le patrimoine des textes et des livres. Si, au sein de ce mouvement, les bibliothèques restent paradoxalement en retrait, les musées spécialisés et autres maisons d’écrivains se rencontrent souvent.

Pour prendre l’exemple de la Touraine, le Musée Balzac du château de Saché met en scène «l’imaginaire balzacien» (museebalzac@cg37.fr), quand la maison natale de Rabelais à La Devinière veut articuler la figure même de l’écrivain avec son œuvre et sa région d’origine («Rabelais en son pays») (museerabelais@cg37.fr). D’autres sites célèbrent encore Ronsard, à La Riche, et Descartes, dans sa ville natale de La Haye-Descartes (musée@ville-descartes.fr), sans parler de Léonard de Vinci aux portes d’Amboise.

 

Pour lire la suite, rejoignez :

http://histoire-du-livre.blogspot.com/2010/07/nous-avons-parle-il-y-quelques-semaines.html

Publié dans Festivals, galas, spectacles, expositions, musées | Commentaires fermés

Prieuré de Saint-Cosme, demeure de Ronsard (37)

Posté par Serge Bénard le 18 juillet 2010

Depuis sa fondation en 1092 et jusqu’au XVIIIe siècle, la communauté des chanoines accueille au prieuré de Saint-Cosme les pèlerins en route pour Saint Jacques de Compostelle.

 imgres4.jpeg

L’histoire du site reste marquée par la présence des rois de France en Touraine aux XVe et XVIe siècles mais aussi par les séjours de Pierre de Ronsard et surtout par la venue de Pierre de Ronsard qui en devient le prieur en 1565. Le “Prince des poètes” y reçoit la même année la visite de Catherine de Médicis et de son fils, le roi Charles IX.

Depuis sa fondation en 1092 et jusqu’au XVIIIe siècle, la communauté des chanoines accueille au prieuré de Saint-Cosme les pèlerins en route pour Saint Jacques de Compostelle.

L’histoire du site reste marquée par la présence des rois de France en Touraine aux XVe et XVIe siècles et surtout par la venue de Pierre de Ronsard qui en devient le prieur en 1565. Le “Prince des poètes” y reçoit la même année la visite de Catherine de Médicis et de son fils, le roi Charles IX.

Dans ce cadre propice à son inspiration, Ronsard vit ses derniers jours et s’y éteint dans la nuit du 27 décembre 1585.

En pénétrant par l’arche de pierre dans les jardins, découvrez la maison du prieur édifiée au XVe siècle. Elle abrite la chambre et le cabinet de travail de Ronsard agrémentés de mobilier Renaissance. De l’église ne subsistent que des vestiges : le chevet où la tombe de Pierre de Ronsard a été découverte, les chapiteaux romans, l’arc gothique et une partie de croisillon.

Des bâtiments autour du cloître, seuls le réfectoire doté d’une magnifique chaire romane et une partie de l’hôtelier ont échappé aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale.

Les neuf jardins de roses, créations contemporaines, sont inspirés des plans de jardins médiévaux et Renaissance.

Jours et horaires d’ouverture

Ouvert toute l’année – Fermé les 25 décembre et 1er janvier

15 mars à- 30 avril : 10h-18h/1er mai – 31 août : 10h-19h/1er septembre – 15 octobre : 10h-18h/15 octobre – 15 mars : 10h-12h30 – 14h-17h (fermé le mardi)

Visites :

Visite libre : brochure F/GB/D/NL/I/E

Visite guidée gratuite : 50 min.

Réservation pour les groupes et les visites en anglais.

Tarifs : Tarif unique 3 € pendant toute la durée des travaux.

A partir du 1er juillet : – plein tarif : 4,5 € – tarif réduit : 3 € – gratuit jusqu’à 12 ans. Carte ambassadeur (2) : 10 €. Tarif professionnel : 2.70 €. Pass scolaire (3) : 10 €.

Publié dans Festivals, galas, spectacles, expositions, musées | Commentaires fermés

Musée Rabelais, Maison de La Devinière (37)

Posté par Serge Bénard le 18 juillet 2010

La Devinière, maison des champs du XVe siècle, est le lieu de naissance de François Rabelais. Elle est située à Seuilly, au cœur du vignoble du Chinonais, théatre des Guerres Picrocholines contées par l’écrivain dans son œuvre Gargantua. Elle abrite un musée littéraire qui lui est consacré. La maison de La Devinière abrite un musée littéraire consacré à l’auteur.

photodeviniere2.jpeg

La visite des ces lieux évocateurs de la jeunesse de Rabelais permet de mieux appréhender ce que fut l’Humanisme de la Renaissance à travers la présentation d’une riche iconographie, de publications anciennes et de nombreux portraits de l’écrivain.

La découverte des caves troglodytiques, des jardins, de la vigne et du paysage d’inspiration renforce l’authenticité ambiant et invite à la méditation.

Jours et horaires d’ouverture : Ouvert toute l’année – Fermé les 25 décembre et 1er janvier

1er juillet – 31 août : 10h-19h Tous les jours (sauf le mardi) 

1er avril – 30 juin : 10h-12h30 – 14h-18h

1er sept. – 30 sept. : 10h-12h30 – 14h-18h

1er oct. – 31 mars : 10h-12h30 – 14h-17h

Visite libre : brochure F/GB/D/NL/I/E

Visite guidée gratuite  : 45 min. Réservation pour les groupes

Tarifs : Plein tarif : 4.50 € – Tarif réduit (1) : 3 € – Tarif professionnel : 2.70 € – Carte ambassadeur (2) : 10 € – Pass scolaire (3) : 10 €

 

Publié dans Festivals, galas, spectacles, expositions, musées | Commentaires fermés

Musée Balzac, château de Saché (37)

Posté par Serge Bénard le 18 juillet 2010

Au cœur de la Touraine, le château de Saché est le lieu d’inspiration privilégié d’Honoré de Balzac.

jamoneaumichelweb.jpeg

 De 1830 à 1837, années les plus prolifiques de sa carrière, l’auteur de La Comédie humaine y trouve, chez son ami Jean de Margonne, le refuge idéal pour échapper à ses créanciers et à la vie parisienne.

 mbreweb.jpeg

Dans sa petite chambre du second étage, il écrit plusieurs chefs-d’œuvre dont Le Père Goriot, Les Illusions perdues et La Recherche de l’Absolu. La vallée de l’Indre, Saché et les châteaux environnants constituent le cadre de son célèbre roman Le Lys dans la vallée.

Jours et horaires d’ouverture : Ouvert toute l’année – Fermé les 25 décembre et 1er janvier

1er avril – 30 juin : 10h-18h/1er juillet – 31 août : 10h-19h/1er sept. – 30 sept.  : 10h-18h/1er oct.- 31 mars : 10h-12h30 – 14h-17h (fermé le mardi).

Tarifs : Plein tarif : 4.50 € – Tarif réduit (1) : 3 € – Tarif professionnel : 2.70 € – Carte ambassadeur (2) : 10 € – Pass scolaire (3) : 10 €

Publié dans Festivals, galas, spectacles, expositions, musées | Commentaires fermés

12
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar