Accueil Numérique Livre papier ou iPad ?

Livre papier ou iPad ?

1
0
48

 

 

La sortie récente en France de l’iPad a relancé le débat. Faut-il rejeter le livre numérique ? Faut-il obstinément défendre le papier ? Il n’est pas exagéré d’affirmer qu’il s’agit d’un débat majeur. La découverte de Gutenberg (les caractères mobiles) a déjà 500 ans. Donc aussi le livre imprimé. Le livre numérique, lui, compte à peine plus d’une dizaine d’années. Que les passionnés des deux camps se rassurent : les deux formules vont encore cohabiter longtemps. Mais je parie un os pas trop rongé contre un tonneau neuf que le numérique l’emportera. D’où l’importance des bibliothèques gardiennes de notre patrimoine de papyrus, de tissus imprimés, de parchemins et de livres en papier.

 

Certes, comme l’assurait Alfred de Musset en titrant l’une de ses pièces : « Il ne faut jurer de rien ». En effet, qui pourrait jurer que le livre disparaîtra totalement ? Mais nous connaissons des précédents : le papyrus ou le parchemin. Quoique ces supports ne puissent soutenir la comparaison chimique, technique, historique ou économique avec le papier. Celui-ci est né en Chine vers la fin du IIIe siècle avant  notre ère, sous le règne de l’empereur Chiuangdi (dynastie des Qin). Nous devons aux Arabes d’avoir transmis cette technique peu à peu à l’Occident vers le VIIIe siècle. Au XVe siècle, l’invention de la typographie par Gutenberg favorise le développement de la consommation de papier.

 

Mais c’est au XIXe siècle que l’industrie papetière prend réellement son essor. Au siècle suivant, elle devient l’industrie lourde que nous connaissons aujourd’hui. Le papier a donc accompagné durant des siècles l’activité et le développement de l’homme, assurant par là même l’essor des peuples qui en maîtrisaient la fabrication. Aujourd’hui, l’apparition de l’internet jette le trouble dans les esprits. Le livre ne va-t-il pas disparaître, rendu totalement obsolète par le net ?

 

Pourquoi en serait-il ainsi ? Certes, à très long terme (un siècle ou plus) la probabilité n’est pas insensée. Mais cela nous laisse un peu de temps. Le livre, pour l’instant, demeure indispensable. Il peut tout à fait mener sa vie à côté de l’internet, les vocations réciproques des deux supports ne pouvant totalement se substituer l’une à l’autre. Le plaisir de tenir un livre en main, le contact physique avec l’objet – surtout s’il s’agit d’un ouvrage bien relié – ne sont comparables à rien d’autre. L’écran de l’ordinateur procure d’autres joies, très différentes. La rapidité de l’internet dans le domaine de la recherche d’information est sans conteste un avantage inégalable. Jadis, le cheval permettait de voyager. L’automobile et le train aussi. Mais ces moyens de transport ne peuvent être comparés. L’automobile a envahi notre vie, cela n’empêche pas les chevaux de perdurer et de procurer aux cavaliers des plaisirs de premier ordre… Il en sera de même longtemps encore pour le livre.

 

Je rappelle cependant quelques chiffres à méditer par les inconditionnels du papier.  D’après les spécialistes, il faut 19 arbres pour fabriquer une tonne de papier. Un Goncourt qui se vend bien tire entre 300 000 et 500 000 exemplaires. Si je prends 400 g. comme poids moyen d’un livre et en calculant sur la fourchette basse, ce prix littéraire « coûterait » à lui seul environ 120 000 arbres…  Sauf pour le dernier Goncourt dont le tirage semble être de l’ordre de 140 000 exemplaires. Merci à Marie Ndiaye.

 

Avec ses 400 millions d’hectares regroupant 50 000 espèces d’arbres identifiées, dont certains mesurent jusqu’à 50 mètres de hauteur, la forêt amazonienne est en danger périlleux, mais aussi toutes les forêts du monde. Pour les plus optimistes, il reste moins de onze mille jours  avant la fin quasi-totale des forêts tropicales !

 

Alors livre papier ou lecture sur iPad ?

 

Diogène Junior

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Numérique

Un commentaire

  1. seks filmy

    28 juin, 2010 à 21:47

    This is a really good read for me, Must admit that you are one of the best bloggers I ever saw.Thanks for posting this informative article.

Consulter aussi

SOMMAIRE DU 5 FÉVRIER

185e anniversaire de la naissance de la marquise de Sévigné 97e anniversaire de la naissan…